AHMADINEJAD - DICTATEUR ANTISÉMITE, NÉGATIONNISTE ET HOMOPHOBE ?


- Le président iranien à l'Université Columbia - septembre 2007 -




A l'occasion de la session annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU, fin septembre 2007, Mahmoud Ahmadinejad est à New York. Il est invité à l'Université Columbia où il a la possibilité de s'exprimer et de répondre aux questions du public.

Si l'on en croit les médias, c'est un signe évident que les Etats-Unis (contrairement à l'Iran) sont le pays de la liberté d'expression. Ah bon ?...

Si les organisateurs* ont fait venir le président iranien, ce n'est certainement pas pour lui offrir une tribune, mais plutôt dans le but de le ridiculiser et de lui "donner une leçon" - ce qui, malheureusement pour eux, n'a pas marché.

* Spécialement le recteur Lee Bollinger, Juif sioniste comme il se doit.

A quelques jours de distance, on a pu constater que la fameuse "liberté d'expression" américaine fonctionne suivant le principe du "deux poids, deux mesures". En Floride, où se produisait John Kerry, les questions désagréables étaient formellement interdites sous peine d'électrochocs. A New York, au contraire, elles étaient tolérées, souhaitées, encouragées. En fait, il n'y avait que cela - la mafia sioniste avait mobilisé ses troupes. Alors qu'en temps normal la police américaine arrête les gens à cause d'un T-shirt ou d'un autocollant anti-Bush, il y avait, à Columbia, des pancartes anti-Ahmadinejad partout et, bien entendu, la police n'en a pas enlevé une seule.

Les gens qui ont reproché à Andrew Meyer, l'étudiant récalcitrant de Gainesville, d'avoir été "impoli" et "agressif", ont applaudi lorsque le président iranien a été couvert d'insultes par ceux qui l'avaient invité. Le fanatique sioniste Bollinger l'a présenté au public comme un "dictateur mesquin et cruel" ("petty* and cruel dictator"), avant de lui lancer : "Vous êtes soit un fieffé provocateur soit incroyablement ignorant... Je doute que vous ayez le courage intellectuel de répondre à nos questions..." Lesquelles questions, stéréotypées et reprenant les accusations habituelles de la propagande israélo-américaine, se mirent à pleuvoir sur Ahmadinejad : "Pourquoi soutenez-vous le terrorisme ?" , "Pourquoi niez-vous l'Holocauste ?" , "Pourquoi voulez-vous rayer Israël de la carte ?" , "Pourquoi fabriquez-vous des bombes atomiques ?"

* Petty, ça fait plutôt penser à Sar-ko-zee, non ?...

Les enragés sionistes ont fait étalage de leur goujaterie et démontré, une fois de plus, qu'ils sont totalement allergiques aux opinions divergentes et parfaitement incapables de mener une discussion de façon civilisée. On ne dialogue pas avec eux, on leur obéit en silence.*

Qu'on imagine un instant George W. Bush invité à Téhéran et reçu de la même manière, dans le cadre de la liberté d'expression : "Monsieur le terroriste débile et sanguinaire, pourquoi faites-vous massacrer chaque jour des centaines de civils en Irak et en Afghanistan ?  Pourquoi refusez-vous de reconnaître les droits les plus élementaires du peuple palestinien ?  Pourquoi voulez-vous lancer votre pays dans une guerre 'nuculaire' planifiée par Israël ?  Pourquoi invoquez-vous l'holocauste juif à tout bout de champ pour justifier les spoliations et les souffrances infligées aux Palestiniens ?  Pourquoi tolérez-vous que le lobby sioniste contrôle la politique de votre pays ?  Pourquoi violez-vous constamment les droits de l'homme en Louisiane et au Texas ?..."

* Dans les universités américaines, la chasse aux sorcières bat son plein. Dernière victime de marque : Norman Finkelstein, historien juif antisioniste, auteur du livre L'Industrie de l'Holocauste ("There's no business like Shoah business"). Professeur à l'Université catholique DePaul de Chicago (= Saint Vincent de Paul), il a été licencié en août 2007 sur ordre du lobby qui n'existe pas (ou lobby innommable).


Etudiants "américains" de la Columbia Jew-niversity


Ils vomissent leur haine
et brandissent leurs symboles politiques préférés

         



La presse, quand elle a publié les réponses d'Ahmadinejad, s'est montrée extrêmement sélective, se gardant bien de faire connaître le texte intégral. CNN - une fois n'est pas coutume - a diffusé de larges extraits sans trop manipuler le contenu. (Lire ici ce qu'a dit Ahmadinejad - voir également ce lien).

En fait, compte tenu de la situation, le président iranien s'en est bien tiré, restant toujours calme et souverain. A l'exception du ballast religieux dont il agrémente ses discours, ses positions sont claires et démentent ses détracteurs sur presque tous les points :



On ne demande à personne d'aimer Ahmadinejad et le régime de Téhéran. La question n'est pas là. Ce qui est en jeu, c'est le droit pour tout Etat souverain de suivre sa propre politique, sans ingérence étrangère, dans la mesure où cette politique ne constitue pas une menace pour les pays voisins. Or, en dépit de ce que prétend la propagande sioniste, l'Iran ne menace personne. Au contraire, c'est ce pays qui est menacé.

L'Iran mérite notre solidarité - pas nos leçons de morale.




Iran - la prochaine guerre


Il paraît que l'Iran veut anéantir Israël et exterminer les Juifs
(les preuves seraient accablantes)



Accueil



Recherche sur l'ensemble du site
Mot-clé :



- un outil FreeFind -