Déclaration d'Oussama Ben Laden
au journal Ummat, Karachi, 28 septembre 2001


Source :
La Terreur fabriquée, made in USA
11 Septembre, le mythe du XXIe siècle

par Webster G. Tarpley
(format pdf - 1,9 mo)



J'ai déjà dit que je n'étais pas impliqué dans les attentats du 11 Septembre aux Etats-Unis. Comme musulman, je fais de mon mieux pour ne pas mentir. Je n'ai rien su de ces attentats et je ne considère pas que le meurtre de femmes, d'enfants et d'autres innocents soit une bonne chose. L'islam interdit strictement de nuire aux femmes, aux enfants et aux autres gens. De tels actes sont interdits, même au cours d'une bataille. Ce sont les Etats-Unis qui maltraitent les femmes, les enfants et les gens simples qui pratiquent une autre religion, et particulièrement les croyants de l'islam. Tout ce qui se passe en Palestine depuis 11 mois est suffisant pour attirer la colère de Dieu sur les Etats-Unis et Israël. C'est aussi un avertissement pour les pays musulmans qui ont assisté à tout cela en spectateurs muets. Et qu'avait-on fait auparavant aux peuples innocents d'Irak, de Tchétchénie et de Bosnie ?

On ne peut tirer qu'une seule conclusion de l'indifférence des Etats-Unis et de l'Occident envers ces actes de terreur et le soutien des tyrans par ces puissances : que l'Amérique est une puissance anti-islamique et qu'elle appuie les armées anti-islamiques. Son amitié avec certains pays musulmans n'est qu'une façade ou plutôt un mensonge. En séduisant ou en intimidant ces pays, les Etats-Unis les forcent à jouer le rôle qu'ils ont choisi pour eux. Regardez autour de vous et vous verrez que les esclaves des Etats-Unis sont soit des dirigeants des musulmans, soit leurs ennemis.

Les pays qui ne veulent pas devenir les esclaves des Etats-Unis sont la Chine, l'Iran, la Libye, Cuba, la Syrie, l'Afghanistan, le Pakistan, le Bangladesh, l'Irak, le Soudan, l'Indonésie, la Malaisie et la Russie. Ceux qui ont commis l'acte du 11 Septembre ne sont pas des amis du peuple américain. J'ai déjà dit que nous sommes adversaires du système américain, mais pas de son peuple, alors que ces attentats ont tué de simples citoyens américains. D'après mes informations, le nombre de tués est bien supérieur à ce qu'en a dit le gouvernement des Etats-Unis. Mais l'administration Bush ne veut pas que la panique se répande.

Les Etats-Unis devraient essayer de dénicher les auteurs de ces attentats chez eux, parmi les gens qui font partie du système des Etats-Unis mais sont en désaccord avec lui. Ou parmi ceux qui travaillent pour un autre système, qui veulent que ce siècle soit celui des conflits entre l'Islam et la Chrétienté afin que leur propre civilisation, leur nation, leur pays ou leur idéologie puisse survivre. Cela peut être n'importe qui, de la Russie à Israël et de l'Inde à la Serbie. Aux Etats-Unis, il existe des dizaines de groupes bien organisés et bien équipés, capables de provoquer de grands dégâts. Et puis, n'oubliez pas les Juifs américains qui sont contrariés par le président Bush depuis les élections en Floride et qui veulent une revanche.

Il y a aussi les services secrets des Etats-Unis, qui demandent au Congrès et au gouvernement des milliards de dollars chaque année. Cela [la question du financement] n'était pas un gros problème tant que l'URSS existait, mais après, le budget des agences a été menacé. Il leur fallait un ennemi. Donc, ils ont commencé leur propagande contre Oussama et les Talibans, et maintenant cet événement a lieu. Vous savez, l'administration Bush a approuvé un budget de 40 milliards de dollars. Où va aller cette somme énorme ? Elle ira aux mêmes agences, qui ont besoin de beaucoup d'argent et veulent justifier leur importance. Maintenant elles vont pouvoir dépenser cet argent à s'agrandir et à accroître leur importance.

Voici un exemple : les trafiquants de drogue du monde entier sont en contact avec les services secrets des Etats-Unis. Ces agences ne veulent pas éradiquer la culture des stupéfiants, ni leur trafic, car cela diminuerait leur importance. Les gens du département chargé de la lutte contre les stupéfiants encouragent le trafic de drogue afin de pouvoir montrer leurs résulats et obtenir des millions de dollars pour leur budget. Le général Noriega a été fait baron de la drogue par la CIA et, quand le besoin s'en est fait sentir, il a été transformé en bouc émissaire. De la même manière, Bush ou tout autre président ne peut pas faire juger Israël pour violation des droits de l'homme, ni même lui demander des comptes pour de tels crimes. Qu'est-ce que cela veut dire ? N'est-ce pas qu'il existe un gouvernement au sein du gouvernement des Etats-Unis ? Ce gouvernement de l'ombre doit être interrogé pour savoir qui a perpétré les attentats.


(Ummat, Karachi, 28 septembre 2001)