CLIMAT-GATE : quand le GIEC manipule les données scientifiques

Source: http://www.rebelles.info/article-climat-gate-quand-le-giec-manipule-les-donnees-scientifiques--39862668.html

Lundi 23 novembre 2009



Il va être très intéressant d'observer comment nos médias vont réagir à l'information suivante à quelques jours de l'ouverture de la conférence internationale de l'ONU sur le changement climatique à Copenhague, le 07 décembre, qui rassemblera 192 pays pour élaborer un traité contre les émissions de gaz à effet de serre et qui semble déjà vouée à l'échec

Un pirate informatique a en effet réussi à entrer dans le serveur du centre de recherches sur le climat (CRU) de l'université britannique d'East Anglia, le centre d’études climatologiques de référence du GIEC. Il a ensuite mis en ligne un millier d'e-mails et 3.000 autres documents, soit plus de dix ans de correspondance entre des scientifiques britanniques et américains de renom (http://www.anelegantchaos.org/cru/index.php). Dans l'un des courriels rendus publics par le pirate, le directeur du CRU, Phil Jones, écrit à des collègues au sujet de graphiques exploitant des statistiques climatiques pour le dernier millénaire. Il dit avoir employé "une manip'" (manipulation) empruntée à un météorologue de l'université d'Etat de Pennsylvanie, Michael Mann, pour "dissimuler le déclin" récent des températures dans le monde.

Après un moment de stupeur devant ces révélations et les vérifications d'usage pour contrôler la véracité des documents publiés, les membres de la secte verte tentent de désamorcer cette véritable bombe. Phil Jones dans un communiqué nie toute falsification des données, assurant que ses commentaires ont été sortis de leur contexte. "Le mot de 'manip' est utilisé ici de façon familière, pour dire que c'est astucieux (ben voyons !). C'est ridicule de suggérer que cela fait référence à quoi que ce soit de fâcheux".

En revanche, pour Myron Ebell, responsable de l'énergie et de la politique sur le réchauffement climatique du Competitive Enterprise Institute, financé par des entreprises américaines, ces documents montrent que les chercheurs se sont «arrangés» pour établir un consensus scientifique montrant que les hommes sont responsables du changement climatique. «Il est clair que certains des scientifiques les plus éminents en matière de climat dans le monde, comme ils sont toujours décrits, sont plus préoccupés par la promotion d'un discours politique alarmiste que par la recherche scientifique. Certains courriers électroniques que j'ai lus montrent qu'on tord la réalité scientifique pour qu'elle corresponde aux positions politiques».

Le Wall Street journal a résumé la situation : "Une lecture partielle des courriels démontre que, dans beaucoup de cas, les climatologues révèlent que leurs propres travaux ne sont pas concluants. Dans d'autres courriels, ils discutent de comment dissimuler des désaccords entre eux afin de présenter une position « unifiée » du changement climatique. Dans au moins un courriel, on conseille à ces climatologues de « renforcer » leurs conclusions au sujet du changement climatique et d'événements climatiques extrêmes parce que les responsables gouvernementaux d'un pays préparaient « un gros événement médiatique".

Ces documents dont l'authenticité vient d'être confirmée par la BBC peuvent être le départ d'un véritable climategate. Cela est la preuve que des scientifiques du GIEC ont manipulé des données afin de les faire correspondre à leurs hypothèses. Une fraude aussi importante sur les données de températures récentes doit contraindre les scientifiques du monde entier à tout reprendre à zéro. Quant à Nicolas Sarkozy il va être bien en peine d'expliquer aux Français pourquoi ils devront payer une taxe carbone à partir de janvier 2010.

Mais les médias français veillent. A cette heure (minuit) toujours rien à l'AFP ou dans les grands médias francophones.





Lire aussi :
Le 'Climategate' évente la mystification du réchauffement climatique
par Gregory Fegel (traduction : Pétrus Lombard)
A selection of quotes : quelques extraits des courriels du professeur Lamagouille (alias Phil Jones).