PALESTINE - ISRAËL

- L'interminable conflit -

( IV - 2011-2012)



I : Des origines à 1967     II : 1973-2008     III : 2009-2010     IV : 2011-2012     V : 2013-2014     VI : Certains mythes ont la vie dure





3 janvier 2011    12 janvier    18 janvier    23 janvier    3 février    3 mars    20 mars    2 avril
15 avril    15 mai    19 mai    7 juin    16 juin    1er juillet    17 juillet    2 août    14 août    1er septembre
18 septembre    3 octobre    25 octobre    8 novembre    24 décembre 2011 - "Allez tous vous faire voir..."

2 janvier 2012    20 janvier - Guerres juives par procuration    18 février - Devinette ARTE de la semaine    24 février
8 mars - Journée interna-sion-ale des femmes    26 mars    4 avril - Günter Grass    15 avril    19 avril - Achetez israélien
28 avril    4 mai    10 mai    4 juin    11 juin    18 juin    6 juillet    24 juillet    4 septembre    29 septembre 2012

Nouvelle guerre juive à Gaza :
10 novembre 2012    18 novembre    20 novembre    22 novembre

29 novembre 2012 - Reconnaissance à l'ONU    3 décembre    8 décembre - Golden Kike nous promet la Lune
10 décembre - Les lunettes roses de Thierry Meyssan
11 décembre - Hanoucaca - Une fête pour enculuminer le monde entier
15 décembre - Une bonne et une mauvaise nouvelle    26 décembre 2012


Fusillade de Toulouse :
19 mars 2012    21 mars    22 mars    23 mars    etc...    C'était le but de la manœuvre


Les mésaventures du sioniste DSK




Carte de la bande de Gaza
Carte d'Israël




3 janvier 2011 :

La nouvelle année commence bien :


La "bonne santé" de l'économie israélienne est due aux transferts financiers (publics ou privés, officiels ou occultes) en provenance
des USA, d'Europe et d'ailleurs, ainsi qu'aux "aides" de toutes sortes (Industrie de l'Holocauste, Shoah Business, rackets divers),
sans oublier bien sûr le pillage permanent des territoires occupés. Sans ces dizaines de milliards de dollars par an, l'Etat voleur juif
ferait faillite au bout de quelques semaines et serait bien incapable de poursuivre sa politique d'agression.



Bonne année, bonne santé :

On voit que certains Juifs sont "plus égaux" que d'autres. Après la prochaine guerre sioniste,
les riches seront encore plus riches, et les pauvres (sans guillemets) encore plus pauvres.




Si l'année 2010 a été "un bon cru", 2011 promet d'être encore meilleure.

[ Six mois plus tard, la crise sociale bat son plein - voir plus bas ]


4 janvier 2011 -   Pour comprendre le comportement israélien en Palestine - ou pourquoi Israël n'obéit ni aux lois internationales ni à la morale universelle : La théocratie ethnique dans le chaudron de l'histoire  par Aline de Diéguez.  Le cancer sioniste, tout juste centenaire en apparence, a en réalité des racines beaucoup plus lointaines ; il trouve sa source idéologique dans le Talmud.  (Voir également notre page sur les mythes bibliques de l'Ancien Testament.)


9 janvier 2011 -   D'importantes réserves de pétrole et de gaz naturel se trouvent dans le sous-sol méditerranéen entre Chypre, le Liban et la Palestine-Israël. Inutile de dire qu'elles appartiennent de droit à Tel Aviv. Après tout, c'est à Son Peuple élu (poil au Q) que Dieu a donné cette Terre et ces Eaux, et non aux goyim.

Voir cet article de Manlio Dinucci sur le site du Réseau Voltaire : Les Arabes dehors, Tel Aviv revendique toutes les ressources.

Voir également plus bas : 8 septembre 2011.




L'Etat voleur juif est donc en train de s'approprier les gisements de gaz naturel et de pétrole qui se trouvent au large du Liban et de la bande de Gaza. La prospection et l'exploitation ont été confiées à un consortium "international" composé d'entreprises israéliennes et d'une compagnie américaine à capitaux juifs, Noble Energy, dont le PDG est le sioniste Charles D. Davidson, membre de l'American-Israel Friendship League et de nombreuses autres organisations de ce genre. (C'est le principe même de la "coopération internationale" judéo-juive telle qu'elle se pratique dans tous les domaines, principalement en politique - un exemple de juin 2010.)

Comme le fait très justement remarquer l'auteur de l'article, la manne pétrolière est une raison de plus pour bloquer la mise en place d'un Etat palestinien séparé :

"Reconnaître cet Etat signifierait reconnaître la souveraineté palestinienne sur une grande part des réserves énergétiques dont Israël veut s'emparer. C'est surtout à cette fin [empêcher la reconnaissance] qu'a été lancée la guerre de 2008-2009..."

"Les réserves appartiennent dans une mesure notable aussi à l'Autorité palestinienne. Selon la carte établie par l'US Geological Survey, il s'avère que la majeure partie des gisements de gaz (60 % environ) se trouve dans les eaux territoriales et dans le territoire de Gaza. L'Autorité palestinienne en a confié l'exploitation à un consortium formé de British Gas et Consolidated Contractors (compagnie basée à Athènes, de propriété libanaise), dans laquelle l'Autorité détient un quota de 10 %."

"Deux puits, Gaza Marine-1 et Gaza Marine-2, sont déjà prêts mais ne sont jamais entrés en fonction. Tel Aviv, en fait, a rejeté toutes les propositions, présentées par l'Autorité palestinienne et par le consortium, d'exporter le gaz en Israël et en Egypte. Les Palestiniens possèdent donc une grande richesse qu'ils ne peuvent cependant pas utiliser."


10 janvier 2011 -   L'aviation israélienne lance deux raids contre la bande de Gaza. Les "opérations" de ce genre sont redevenues quasiment quotidiennes, de même que les attaques contre les civils de Cisjordanie. Des Palestiniens meurent ou sont blessés tous les jours : à Hébron, un homme est assassiné chez lui par la soldatesque juive sous les yeux de sa famille ; à Bilin, près de Ramallah, où les sionistes ont "confisqué" 60 % des terres pour y construire leur mur de l'apartheid et où les protestations durent depuis six ans, une manifestante pacifique est gazée par les génocideurs, etc... etc...

Comme d'habitude, la riposte palestinienne (une roquette foireuse de temps à autre) est plus que modeste - mais suffisante pour invoquer un "nouvel Holocauste®" dont seraient victimes les pauvres sionistes innocents. L'Etat terroriste juif prépare une nouvelle agression militaire ; ses ministres ne se cachent pas pour le dire.


11 janvier 2011 -   A Jérusalem-Est, Israël rase la demeure historique du mufti Amin Al-Husseini afin de construire à la place une nouvelle colonie juive - une de plus. Les judéo-nazis reprochent au mufti de Jérusalem (mort en 1974) d'avoir collaboré avec l'Allemagne nazie - comme si eux-mêmes avaient fait autre chose : accord financier avec le IIIème Reich, visite amicale d'Adolf Eichmann à Haïfa en 1937, coopération SS-Haganah, UGIF, etc...  Pour tous les détails, voir  Fascisme juif.

Ce qui gêne surtout les nazisraéliens, c'est évidemment le fait qu'Al-Husseini a été, dans les années 1920-1930, le leader de la révolte palestinienne contre l'invasion sioniste et le régime britannique qui la soutenait.

Israël exporte son 'savoir-faire' en Afrique - Activités illégales, subversion, infiltration, trafic d'armes, assassinats, etc... "Les Israéliens sont derrière tous les conflits en Afrique..."  Cette remarque vaut notamment pour la Côte-d'Ivoire (début de guerre civile), le Soudan (dépeçage en cours), la Tunisie, l'Egypte (attentats terroristes "religieux" et révolu-sion), la Libye et quelques autres pays arabes - voir ici.


12 janvier 2011 -   Un fait divers américain, banal en apparence, semble cacher beaucoup plus qu'il n'y paraît. Le 8 janvier, à Tucson dans l'Arizona, un "déséquilibré", Jared Loughner, tue six personnes dans un supermarché et en blesse grièvement plusieurs autres, dont Gabrielle Giffords, députée au Congrès de Washington (Knesset des Territoires américains occupés). Giffords, que le quotidien juif new-yorkais Forward salue comme "la première congresswoman juive d'Arizona", avait comme il se doit des contacts suivis avec l'AIPAC - il faut bien recevoir ses instructions de quelque part.  "She is also a supporter of Israel, and is considered a safe pro-Israel vote in the House", ajoute Forward - tu m'étonnes...

Le journal précise que le grand-père de Giffords, fils d'un rabbin lituanien émigré aux USA, avait en son temps changé son nom de Hornstein en Giffords afin d'échapper à....  à quoi ?...  au refroidissement climatique ?... non...  à la cuisine sans sel ?... non...  à la réforme de l'orthographe ?... non...  à l'antisémitisme recrudescent ?... OUAIS !!!!!!...  Bravo, vous venez de gagner un bon de réduction de 5 % valable pour votre prochaine visite au Musée de l'H-O-A® de l'Arizona.

Giffords est un membre actif de la Congrégation Chaverim, une synagogue réformée de Tucson, souligne Forward. Ce que le journal "oublie" de mentionner : le tireur "fou" Jared Loughner est juif lui aussi*, comme l'indique son prénom, et membre de la même synagogue que Giffords par dessus le marché. Bizarre, non ?...

S'agit-il d'un sordide règlement de comptes judéo-juif ?... D'une banale explosion de violence sectaire sionistico-sioniste opposant deux bandes rivales de la même synagogue extrémiste ?... Le plus dégueulasse, dans cette affaire, c'est que ce genre d'affrontement coûte toujours la vie à des innocents.

* Le site www.shoah.org.uk est, comme son nom ne l'indique pas, un site palestinien consacré à l'Holocauste palestinien.



SOUFFRANCE JUIVE FRANÇAISE DU JOUR :



Pour remédier à cette intolérable et antisémitissime discrimination, nous proposons un plan d'urgence en sept points :

  1. La République française reconnaît ses torts et construit à Villeurbanne une synagogue de 20.000 places avec Musée de l'Holocauste® adjacent.

  2. En attendant la fin des travaux, la Préfecture met un hélicoptère à la disposition de ce monsieur afin de lui éviter d'avoir à compter les kilomètres quand il fait 28 fois l'aller-et-retour pendant les fêtes de Tichri (cinq stations de métro, c'est trop).

  3. Ouverture d'une enquête pour savoir ce qui est arrivé aux 161 familles disparues. Faute de résultat satisfaisant, on dira qu'elles ont été shoatisées® avec l'aide du maire et des beurs de la commune. L'Etat versera 161.000.000 € aux héritiers (représentés par le CRIF).

  4. La mairie de Vaulx-en-Velin a 24 heures pour décrocher tous les drapeaux palestiniens et les remplacer par des drapeaux israéliens.

  5. En cas de non-respect de cette décision contraignante de la communauté internationale israélo-israélienne, bombardement de la mairie et destruction au phosphore de toutes les écoles de la ville fréquentées par des partisans de la cause palestinienne. Mise en place de checkpoints entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin avec l'aide du Bétar bâtard et de la Ligue de défonce juive.

  6. Indemnisation adéquate de M. Touitou par les autorités, afin de compenser le préjudice que lui-même et son D... ont subi à l'occasion des multiples viols des règles du Chabbat qu'il s'est vu contraint de commettre en utilisant des moyens de transport publics ou privés en ces jours sacrés.

  7. Pour éviter la répétition de telles horreurs, transformer toute l'agglomération lyonnaise en Erouv soumis à la loi judaïque.



15 janvier 2011 -   Vanessa Paradis, encouragée par ses fans français, annule le concert qu'elle devait donner en février à Tel Aviv (lien vidéo).

Voir également : Boycottons l'apartheid


18 janvier 2011 :


Les Patrons voyous juifs s'excitent pour rien :


Au congrès du FN, ce quelqu'un qui connaît quelqu'un qui "sympathise avec le Hamas"
aura eu l'occasion de côtoyer beaucoup de sympathisants d'Israël
(dont un certain nombre de supporters "élus" de Marine Le Pen).

Le lobby ratisse large
(O.P.A. réussie)


Bonne nouvelle :
"Le Front national a toujours été pro-sioniste et a
toujours défendu le droit à l'existence d'Israël.
"
(La nouvelle bonne de l'Etat terroriste juif)



Le site sioniste Guysen confirme
ce qui ne peut plus être nié :

Effets secondaires : En 2011, quand on se fait adouber par le lobby innommable, il faut en assumer toutes les conséquences - qui dit sionisme dit automatiquement homosexualisme. Le Front National a dû se plier à cette règle élémentaire en se rangeant sous la bannière du nouvel ordre mondial. On a donc collé à Marine Le Pen une certaine Vénussia Myrtil, lesbienne militante et agitatrice de tous les "causes nouvelles" : gouines, pédés, travelos, transos, défense des "droits" de l'homo, "mariage gay" et adoption, libre accès à la chair fraîche... Il y a encore tellement à faire dans le domaine de l'enculture, songez à tous ces pédophobes, incestophobes et autres zoophobes qui entravent l'épanouissement de la société. La nouvelle conseillère du FN pour les questions de cul pourrait devenir la future Rachida Dati (mais sans fellation quasi nulle, évidemment). Avant d'être au Front National, elle occupait le même poste au NPA de Besancenot - vive la différence...


21 janvier 2011 - Une autre servante du lobby, Michèle Alliot-Marie (MAM), est vivement prise à partie par des Palestiniens en colère à l'occasion d'une visite qu'elle effectue dans la bande de Gaza. La ministre des Affaires étrangères de Judée-Sarkozie (le nom officiel des territoires français occupés) avait qualifié de "crime de guerre" la détention du caporal Ptitebite, ce tsahalo capturé les armes à la main par la résistance palestinienne il y a quelques années. Pour Alliot-Marie, les 12.000 ou 15.000 prisonniers politiques palestiniens kidnappés par l'Etat terroriste juif ne comptent pas.

MAM (yes MAM !) se trouvait en compagnie de la sioniste Valérie Hoffenberg, déléguée en Europe de l'American Jewish Committee et "représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient" (sic) - la longueur du titre est à la mesure du traitement que lui verse l'Etat pour cette sinécure.

Pendant que les Israéliens fomentaient la révolu-sion en Tunisie, MAM, au courant de rien, se faisait inviter par le dictateur. Et les parents de la ministre faisaient des affaires avec un grand patron tunisien proche de Ben Ali.  Mauvaise synchronisation, certes, mais on n'y peut rien, les sionistes n'ont pas pour habitude de prévenir leurs "alliés". (Fin février, Alliot-Marie dégage à son tour. C'est Juppé qui la remplace au Quai d'Orsay.)


Communauté internationale : ses meilleurs représentants

Culture : Pour 250 millions de dollars, l'Elysée vient d'acquérir un chef-d'œuvre inconnu de l'art surréaliste


23 janvier 2011 -   Selon le quotidien Ha'aretz, "suite au développement des capacités militaires du Hezbollah [et du Hamas !] en particulier en ce qui concerne la précision et le potentiel de destruction de ses missiles, l'armée israélienne a décidé de remplacer ses bases militaires ouvertes par des abris creusés dans les montagnes."  A titre confidentiel, nous apprenons que Ben Laden, depuis son refuge d'outre-tombe, s'est déclaré prêt à faire profiter les tsahalos de son savoir-faire et de sa supériorité technologique. Les futures bases israéliennes ressembleront donc à celles qu'il exploite dans la région de Tora Bora (Afghanistan). En contrepartie, les sionistes feront attribuer le prochain Prix Nobel de la Paix - à titre posthume - à leur chouchou enturbanné.


24 janvier 2011 -   On apprend que le ministre nazisraélien des Affaires étrangères, le Russo-Moldave Avigdor Lieberman (Avidgoret pour les intimes) envisage la constitution, sur 42 % de la Cisjordanie, d'un "mini-Etat palestinien dans des frontières provisoires, dans le cadre d'un accord intérimaire".




On ne connaît pas encore les détails de ce nouveau plan (le 534ème de ce genre depuis que l'Etat voyou juif est engagé dans le Pisse Process). On sait seulement qu'on ne touchera pas aux colonies, qu'elles pourront continuer de s'étendre et que rien ne changera, si ce n'est, de temps à autre, la couleur de la cravate de Lieberman (mais pas le motif). Quant aux 42 %, ils pourront bien sûr être revus à la baisse au fur et à mesure que diminuera la superficie de ce que le ministre considère comme la Cisjordanie éventuellement attribuable en partie aux Palestiniens, sous toute réserve, au cas où aucun contretemps n'interviendrait au cours des prochaines minutes.

Le "gouvernement" palestinien va certainement bondir de joie et accepter, en échange, de faire quelques concessions supplémentaires. Si l'on en croit WikiLeaks, les dirigeants de Ramallah sont prêts à renoncer à presque tout pour faire plaisir à Tel Aviv - détails. Evidemment, ces "révélations" sont un secret de Polichinelle, et WikiLeaks - en fait SioniLeaks - est un instrument de diversion et de désinformation. Si des "fuites" se produisent, c'est que le régime israélien veut humilier ses prétendus "interlocuteurs" palestiniens - interlocuteurs dont il nie d'ailleurs l'existence, puisqu'il répète à qui veut l'entendre qu'il n'y a "pas de partenaire pour faire la paix". Quoi qu'il en soit, l'opération WikiLeaks produit l'effet voulu : au lieu de protester contre l'occupant, les Palestiniens commencent à manifester contre l'Autorité palestinienne. La télé de Tel Aviv a même interviewé des gens qui déclarent qu'à ce compte-là, il vaut mieux rester sous domination israélienne - CQFD.

Pour détourner l'attention de ses problèmes de "communication", l'Etat terroriste juif sème systématiquement la zizanie (pour ne pas dire plus) dans les pays arabes qui lui sont hostiles et même dans certains de ceux qui ne le sont pas - voir la Tunisie et l'Egypte. Tant que les gens de ces pays se révoltent contre leurs propres dirigeants (propres est une façon de parler), ils ne s'occupent pas de Gaza.


27 janvier 2011 -   Sortie du film de politique-fiction La Vallée des loups - Palestine qui montre à quoi aurait pu ressembler la réaction turque au massacre de la flottille humanitaire de Gaza (neuf morts le 31 mai 2010) si le gouvernement d'Ankara avait eu le courage d'aller au-delà des mots - pure utopie...

Comme prévu, les sionistes et la presse aux ordres crient à "l'antisémitisme". En Allemagne surtout, où vivent de très nombreux Turcs, le lobby innommable essaie de bloquer la sortie du film, sous prétexte que le 27 janvier est la Journée de l'Holocauste®. Comme si les 364 (ou 365) autres jours de l'année n'étaient pas également des Journées de l'Holocauste® - pas l'Holocauste palestinien, bien sûr, ni celui de Dresde, de Hambourg, d'Hiroshima, de Nagasaki ou de Tokyo... mais le seul, le vrai, l'unique, l'inégalable, l'ineffable, l'imprescriptible. Celui dont le nom n'a été inventé qu'en 1978 et dont même les Juifs nés après 1945 peuvent être des rescapés - une qualité qui se transmet de manière héréditaire jusqu'à la 99ème génération, au moins... Et tant qu'il y aura des rescapés, il faudra payer en silence et applaudir à tous les crimes israéliens. Oui, l'Industrie de l'Holocauste® est faite pour durer...


28 janvier 2011 -   Le bon mot sioniste du jour, rapporté par The Guardian, est de Moshé Yaalon, ministre des Affaires stratégiques (et de la chutzpah) : "Israël en a marre de donner et donner et toujours donner aux Palestiniens sans rien recevoir en échange. Tout ça c'est terminé, il faut qu'ils nous reconnaissent comme Etat de la nation juive."


29 janvier 2011 -   Pour endiguer l'antisémitisme mortifère, interdisons la chasse.

Rubrique invasion et occupation - Marine Le Pen nous avait prévenus :  Au secours !  Paris s'islamise !...


3 février 2011 -   Dans le domaine de la chutzpah sioniste, on a beau imaginer le pire, ils vont encore plus loin...  Un avocat israélien réclame cinq millions de dollars de "dommages-intérêts" à l'ancien président américain Jimmy Carter et à son éditeur pour le "mal" causé à Israël par le livre Palestine : Peace Not Apartheid.  Le plus drôle dans cette histoire, c'est que l'éditeur est juif lui aussi (de même que les avocats et le juge, très probablement).


8 février 2011 -   Près de 500 députés sur les 736 que compte le Parlement européen étaient à Jérusalem du 5 au 8 février. Ils participaient à la seconde conférence organisée par les "Amis européens d'Israël" - détails. 500 sur 736, c'est un taux de présence largement supérieur à la moyenne habituelle de la Knesset de Strasbourg...  Une fois la conférence terminée, les laquais français de l'Etat voyou juif se sont dépêchés de rentrer à Paris afin de ne pas rater le Dîner de cons organisé le 9 février par le CRIF (Crapules Racistes Israéliennes de France).


9 février 2011 -   Le menu du CRIF en exclusivité.


11 février 2011 -   Tandis que toutes les caméras de télévision sont braquées sur l'Egypte, l'Etat terroriste juif bombarde un dépôt de médicaments dans le ghetto de Gaza, sous prétexte qu'une roquette, qui n'a fait aucun dégât et que personne n'a vue, aurait été lancée en direction d'Israël.


18 février 2011 -   Il faut en finir avec l'Etat d'Israël et le sionisme  par Danielle Bleitrach, sociologue et journaliste française d'origine juive (reprise d'un article de juillet 2006).  "Cet Etat, pure création coloniale, est une monstruosité morale et politique...  Que ceux que l'on a dupés avec le sionisme aient le droit de rester sur la terre qui est devenue la leur, ne dépend que de leur capacité à la coexistence et, pendant un certain temps, d'une surveillance internationale, mais le sionisme et l'Etat d'Israël n'ont pas le droit à la survie politique...  Israël, en tant qu'Etat théocratique basé sur le droit du sang, doit disparaître pour voir naître un Etat de tous les citoyens."


19 février 2011 -   La judaïsation forcée de Jérusalem-Est se poursuit. Dans la colonie de Har Homa, les occupants prévoient de construire 19 nouvelles synagogues.


24 février 2011 -   Helen Thomas, ex-doyenne des journalistes accrédités à la Maison Blanche, qui avait "scandalisé" les sionistes en disant qu'il était temps que les Juifs israéliens foutent le camp de Palestine et retournent d'où ils sont venus (voir 11 juin 2010), refait parler d'elle. Cette fois, elle déclare que la plupart des Juifs n'ont rien à voir avec le Moyen-Orient car ils descendent des Khazars européens - ce qui est strictement vrai. Et elle ajoute : "Avec la fin de la Deuxième Guerre mondiale les persécutions antijuives ont cessé dans le monde entier. Il n'y avait donc aucune raison pour que ces Européens volent la Palestine à ceux qui y vivaient depuis des millénaires... On peut traiter le président américain de tous les noms, mais dès qu'on dit la moindre chose contre Israël, on est aussitôt attaqué par le lobby."


28 février 2011 -   Le chanteur américain Pete Seeger (92 ans), auteur du fameux We shall overcome, appelle lui aussi au boycott d'Israël.  Roger Waters (ex-Pink Floyd) fait de même quelques jours plus tard. Il avait été vivement attaqué par le lobby sioniste fin septembre 2010 - voir ici  ('29.9.10' et 'Boycottons l'apartheid').


3 mars 2011 -   Israël et le sionisme : un projet unique dans l'histoire  par Gilad Atzmon.

"L'Afrique du Sud a été brutale, mais elle s'est abstenue de jeter du phosphore blanc sur sa population autochtone. L'Afrique du Sud était un Etat de colons, et elle exploitait sa population autochtone ; mais elle voulait la maintenir en vie et opprimée. L'Etat juif, pour sa part, préférerait de beaucoup se réveiller un matin pour découvrir que tous les Palestiniens ont disparu, parce que c'est un Etat basé sur une idéologie talmudique raciste. Pour ceux qui ne l'ont pas encore compris, le sionisme, qui se présentait initialement comme un projet laïc, était, en fait, une tentative grossière de transformer la Bible en un registre foncier ; et une tentative de transformer Dieu en un méchant agent immobilier..."

"Le 'paradigme colonial' est invoqué pour soutenir l'idée qu'Israël est un Etat d'apartheid, très semblable à la plupart des autres entreprises coloniales du passé. Mon approche est totalement différente, parce que je dirais qu'Israël et le sionisme représentent un projet unique dans l'histoire, et que la relation entre Israël et l'action des lobbies juifs en Occident est également tout à fait unique dans l'histoire."

"J'irais même plus loin pour dire que, si les Palestiniens sont en effet à l'avant-garde d'une bataille pour l'humanité, le fait est que nous sommes tous soumis à la politique sioniste mondiale. Selon mon modèle, l'effondrement du crédit est en fait un coup sioniste. La guerre en Irak est une guerre sioniste. Je dirais avec force que le sionisme est depuis longtemps passé de la 'terre promise' du récit, à la 'planète promise' du cauchemar. Je soutiens qu'il est impossible de ramener la paix dans le monde sans affronter la véritable signification de l'idéologie juive contemporaine..."

"Je pense aussi qu'au moment où les gens n'auront plus assez d'argent pour mettre de l'essence dans leur voiture ni même pour acheter du pain, ils vont commencer à se demander qui est à blâmer. Lorsque cela se produira, l'Etat d'Israël et ses lobbies vont apparaître en tête de liste. Je pense que, maintenant déjà, certains commencent à le voir. Le changement sera considérable..."

"Les Israéliens, et leurs alliés, savent très bien pourquoi ils promeuvent l'islamophobie. Mais qu'est-ce que l'islamophobie ? A quoi sert-elle et qui sert-elle ? Elle sert les intérêts capitalistes centrés sur le sionisme. L'islamophobie est le vrai visage de la Hasbara (la propagande israélienne). Elle sert à assurer que la 'guerre de survie' d'Israël soit en fait une guerre de l'Occident. C'est évidemment fallacieux, et pour le bien des intérêts occidentaux, s'éloigner immédiatement d'Israël serait la juste chose à faire."


4 mars 2011 -   Pour compléter le portrait politique de Marine Le Pen (voir plus haut), voici un petit extrait d'un article du magazine Elle du 4 mars, consacré à la candidate numéro 3 des sionistes pour 2012. La nouvelle patronne du FN se vante d'avoir "une amie" tsahalope et espère pouvoir visiter bientôt "ce beau pays" volé au Palestiniens.




Dis, Marine, c'est laquelle ta copine ?


6 mars 2011 -   Tout le monde est antisémite, c'est bien connu. Aujourd'hui, c'est au tour de l'acteur Charlie Sheen, qui a osé dire que Chuck Lorre, un des coproducteurs de la fameuse série Mon oncle Charlie (Two and a Half Men), était juif et qu'il s'appelait en réalité Chaïm Levine. C'est un secret de Polichinelle, puisque Lorre-Levine s'en est lui-même vanté. D'ailleurs, tous les gens importants, à Hollywood, sont juifs et fiers de l'être. Il est quasiment impossible de trouver un film ou une série hollywoodienne qui n'ait pas, d'une manière ou d'une autre, un rapport avec les Juifs. Charlie Sheen lui aussi est juif, par sa mère, l'actrice Janet Templeton. En Israël, c'est le critère même de la judaïté. S'il en faisait la demande, Charlie obtiendrait aussitôt son passeport israélien. On appelle ça le "droit au retour", c'est-à-dire le droit de "retourner" dans un pays où l'on n'a jamais mis les pieds, pour en chasser des gens qui y vivent depuis des millénaires.  (Brooke Mueller, l'ex-femme de Charlie Sheen, est également juive. Mais ce serait plutôt une circonstance aggravante car elle a divorcé pour violences conjugales - et battre une femme juive, c'est évidemment antisémite.)

Charlie Sheen est donc un "Juif antisémite" - un de plus. On lui reproche souvent de toucher un million de dollars par épisode, mais on oublie de mentionner que Chaïm Levine, Lee Aronsohn (l'autre coproducteur juif) et les studios (juifs) Warner Bros gagnent pour leur part des milliards avec cette série. Derrière tout cela, il y a en réalité une basse vengeance du lobby innommable qui n'a jamais digéré le rejet par le célèbre acteur, en 2006 puis de nouveau en 2009, de la théorie officielle du complot islamiste du 11 septembre - voir Les sceptiques sont de plus en plus nombreux. Exprimer des doutes dans ce domaine a toujours été, pour les fans d'Al-Mossaïda, un signe flagrant d'antisémitisme.

Charlie Sheen / "Chaim Levine" explained - sur le site des Sages de Sion (Elder of Ziyon), un site juif au nom "ironique" (comme ils le disent eux-mêmes).

Charlie Sheen says he's Jewish and proud - sur le site JTA - The Global News Service of the Jewish People.


7 mars 2011 -   Le sionisme, une chutzpah cosmique  par Aline de Diéguez.


9 mars 2011 -   Israël exige des Etats-Unis un supplément de 20 milliards de dollars en assistance militaire, "afin de se prémunir contre les menaces potentielles qui pourraient se développer à la lumière des récents changements survenus au Proche-Orient". Voilà qui ne manque pas de piquant, puisque les "changements" en question sont le résultat direct de la subversion américano-sioniste. Personne ne pourra dire que la révolu-sion ne paie pas.  (20 milliards, c'est à peu près ce que l'Egypte de Moubarak a reçu des Américains au cours des 20 dernières années.)


10 mars 2011 -   Daniel Shapiro, un des innombrables conseillers sionistes de la Maison Blanche, devient ambassadeur des Etats-Unis en Israël - encore un signe encourageant de coopération internationale judéo-juive qui n'est pas sans rappeler cet autre exemple récent. Le jour où le "diplomate" préféré d'Obama aura envie de rentrer à Washington, il suffira de le nommer ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis.


11 mars 2011 -   Affaire extrêmement louche à Itamar, dans le nord de la Cisjordanie. Un Palestinien aurait, paraît-il, réussi à s'introduire dans une colonie juive (comment ?) et à y poignarder une famille d'Israéliens endormis (un homme, une femme et trois enfants, dont un bébé). Il serait ensuite bien tranquillement reparti sans se faire prendre !...  Et ce, bien que toutes les colonies soient contrôlées jour et nuit, et qu'il soit impossible à un non-Juif d'y pénétrer sans autorisation spéciale, sans fouille et sans surveillance de tous les instants.  En réalité, seul le Mossad est capable d'arranger ce genre d'opération. Et comme on sait depuis longtemps qu'il ne fait jamais rien "pour rien", surtout pas lorsqu'il assassine des civils juifs, on se demande ce que l'Etat voyou est en train de préparer.


20 mars 2011 -   A l'occasion de la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima (Japon), on apprend que c'est l'entreprise israélienne Magna BSP qui assurait la "sécurité" des lieux. Pour les sionistes, le mot "sécurité" signifie toujours "sécurité pour nous", c'est-à-dire insécurité pour les autres. C'est la porte ouverte au Mossad pour d'éventuels actes d'espionnage ou de sabotage. Il est probable que la plupart des installations nucléaires, au Japon et ailleurs dans le monde, sont ainsi "sécurisées" par des agents de l'Etat terroriste juif. Voir également : Profiteurs - Israel connection.


22 mars 2011 -   Prétextant des tirs de roquettes (qui n'ont causé, comme toujours, ni dégâts ni blessés), les tueurs de Tel Aviv bombardent Gaza à plusieurs reprises. Après avoir blessé une vingtaine de Palestiniens la veille, ils en tuent dix aujourd'hui, dont quatre enfants. De toute évidence, les sionistes veulent profiter de la guerre de Libye pour lancer une nouvelle agression contre le ghetto. Pour les médias occidentaux, le Hamas, c'est la même chose que Kadhafi.


24 mars 2011 :


LES PROCHAINES GUERRES PAR PROCURA-SION :

Après la Libye, Avidgoret Lieberman, ministre des Affaires étrangères de Tel Aviv,
veut que l'Occident bombarde l'Iran et la Syrie.





Le ministre judéo-nazi a remis au goût du jour un classique de la littérature juive :



26 mars 2011 - Tandis que l'Etat holocausteur juif prépare sa prochaine guerre contre Gaza, l'UNRWA (Office des Nations unies pour les réfugiés de Palestine), en bon cheval de Troie du sionisme dans le ghetto, essaie d'imposer des cours d'holocaustomanie dans le programme de ses écoles de Gaza. Bien entendu, la population résiste et refuse cette forme particulièrement perverse d'intoxication des cerveaux.

Inutile de dire que, dans les écoles de l'Etat voyou juif, toute référence à la Nakba palestinienne est strictement prohibée. Pas seulement dans les écoles, d'ailleurs, mais aussi dans l'ensemble de la vie publique. Une loi récente punit même toute forme de commémoration, y compris et surtout par les Palestiniens.


30 mars 2011 -   Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, ordonne la suppression de tous les comptes et de toutes les pages appelant à une nouvelle Intifada pour le 15 mai prochain, date anniversaire de la Nakba. Grande déception chez certains Palestiniens qui croyaient que le milliardaire juif allait les laisser faire joujou sur son réseau "social". Ces gens n'ont pas compris les trois principes fondamentaux de FessesBouc : 1) recueillir des masses de données personnelles sur les participants - 2) servir d'outil de subver-sion et de révolu-sion, surtout dans les pays arabes et musulmans - et 3) rafler le plus de milliards possible.

En ce qui concerne le point n° 3, des groupes juifs américains veulent une partie du gâteau. Représentés par un certain Larry Klayman, qui se dit "Américain d'origine juive soucieux de la sécurité d'Israël", ils réclament un milliard de dollars de dommages-intérêts à Zuckerberg. Motif : en autorisant dans un premier temps les pages en question, le boss de Facebook "a fait preuve de négligence". Une intéressante guerre juridique judéo-juive est en train de s'instaurer. Dommage que les avocats de Jew York ne pratiquent pas entre eux les attentats-suicides. On aurait bien rigolé...


2 avril 2011 -   A Gaza, trois Palestiniens meurent dans des attaques aériennes de l'Etat terroriste juif.


3 avril 2011 -   Le juge juif sud-africain Richard Goldstone, co-auteur d'un rapport des Nations Unies condamnant les massacres israéliens de Gaza de décembre 2008-janvier 2009, a été contraint de se rétracter suite aux incessantes pressions subies par sa famille et son entourage. Pour mettre fin au harcèlement, Goldstone déclare qu'il s'est trompé et n'a pas tenu compte de tous les éléments d'information. Dans le quotidien sioniste Washington Post, il écrit en substance que l'armée israélienne n'a pas intentionnellement tué de civils palestiniens à Gaza. La preuve en est fournie par la déclaration de cette armée selon laquelle elle n'a pas intentionnellement tué de civils palestiniens.

Les massacreurs de Tel Aviv sont convaincus qu'ils sortent blanchis de cette affaire. On voit bien là la logique talmudique qui permet tous les mensonges et toutes les escroqueries, y compris vis-à-vis de son propre Dieu, pourvu que "la forme", fixée selon les besoins par tel ou tel rabbin, soit "respectée". Les sionistes pensent vraiment que les goyim sont aussi cons qu'eux et qu'ils vont gober ce genre d'argumentation.


9 avril 2011 -   Depuis une semaine, les massacres israéliens ont repris à Gaza. Il y a des morts tous les jours : 25 Palestiniens tués rien qu'au cours des dernières 48 heures. Comme d'habitude, la racaille sioniste prétend avoir été agressée la première, alors que les quelques tirs de roquettes observés ont tous été consécutifs aux attaques des tsahalos. Et comme toujours, ces tirs n'ont fait aucun dégât (l'Etat mythomane juif prétend que deux personnes ont été blessées dans le Néguev).

La tactique des agresseurs est toujours la même : Israël annonce des semaines à l'avance son intention d'attaquer, et lorsque l'annonce est mise à exécution, ce sont subitement les Palestiniens qui ont commencé.


10 avril 2011 -   Les pantins de la Ligue arabe demandent à l'ONU que la bande de Gaza soit déclarée zone d'exclusion aérienne. La dernière fois qu'ils ont fait une demande analogue, c'était le 12 mars 2011, à propos de la Libye, et "interdire le survol de la Libye" s'est alors traduit par "bombarder la Libye". A l'exception de l'Algérie et de la Syrie, c'est peut-être d'ailleurs ce que souhaitent (plus ou moins secrètement) tous les larbins israélophiles de la Ligue arabe : faire bombarder Gaza par l'OTAN pour le compte de l'Etat terroriste juif...

Si Amar Moussa (chef de la Ligue et peut-être futur président égyptien) voulait vraiment aider les Palestiniens, il suffirait qu'il réclame une véritable ouverture de la frontière entre Gaza et l'Egypte, que les militaires égyptiens continuent de maintenir fermée pour le plus grand bien d'Israël. Mais Moussa n'en fera rien, bien sûr, car cet homme, comme la plupart de ses collègues de la Ligue arabe, est une ordure au service de Tel Aviv.

Indépendamment de cela, une zone d'interdiction serait une bonne chose en soi, à condition qu'elle s'applique non pas à Gaza mais à Israël, et que tout se déroule selon les critères de l'OTAN, c'est-à-dire bombardements quotidiens de cibles israéliennes, tant civiles que militaires, jusqu'à ce que la dictature sioniste s'effondre dans l'ensemble de la Palestine.

Si la Ligue arabe avait la volonté de résister, le cauchemar israélien serait vite terminé. Malheureusement, cette organisation est depuis longtemps dévorée de l'intérieur par le cancer sioniste.



Dans le cadre de la concurrence des démagogues, le rival de Moussa promet lui aussi de faire quelque chose pour Gaza :

El-Baradei, ancienne marionnette des sionistes à la tête de l'AIEA, dépisteur de toutes les armes de destruction massive, sauf celles de ses maîtres, ne promet rien en fait. Si Israël attaque Gaza "sous sa présidence", il se contentera de "procéder au suivi de la défense arabe commune". Autrement dit, il passera le relais à la Ligue arabe : quel fumiste...

Pour ce qui est de l'ouverture de la frontière, c'est une promesse électorale qui n'engage que ceux qui y croient. Pratiquement fermée, la frontière de Rafah est "techniquement" ouverte... aux Palestiniens munis d'un certificat médical leur permettant de se faire soigner en Egypte, aux étudiants inscrits dans un établissement égyptien et aux détenteurs d'un passeport étranger (non-palestinien). Débit quotidien depuis que la révolu-sion a triomphé au Caire : 300 personnes par jour maximum (sur 1,5 million). El-Baradei n'a jamais promis de faire mieux ; il n'a donc même pas besoin de mentir pour rompre ses promesses.



POISSON D'AVRIL ISRAÉLIEN :





UNE PAGE DE PUBLICITÉ :




Vous êtes descendant de Khazars ?
Vous habitez encore Israël ou les territoires occupés ?


N'ATTENDEZ PAS LA DERNIÈRE MINUTE,
RÉSERVEZ DÈS AUJOURD'HUI VOTRE PLACE POUR


LAMPEDUSA



Aller simple à partir de 150.000 $


EXODUS TRAVELS
Tel Aviv, Brooklyn, Palm Beach, Outremont, Neuilly





15 avril 2011 -   Assassinat à Gaza du militant italien Vittorio Arrigoni, membre de l'ONG International Solidarity Movement, qui s'était établi dans le ghetto en 2008 et y était resté pendant les massacres israéliens de décembre 2008-janvier 2009.  La sentence de mort émise par le Mossad a finalement été exécutée. Officiellement, c'est "Al-Qaïda" qui a fait le coup. ("Al-Qaïda" est cette fameuse organisation "islamiste" qui tue tout le monde, sauf des Israéliens. Nétanyahou va lui faire attribuer le prochain Prix Nobel de la "Paix".)


25 avril 2011 -   On sait que depuis le 11 mars, le Japon est frappé par une série de catastrophes : tsunami, tremblements de terre, destruction de la centrale nucléaire de Fukushima, des dizaines de milliers de morts, etc... Et pourquoi donc tout cela ?...  L'explication est simple, du moins pour le rabbin hassidique David Twersky. C'est parce que les autorités japonaises ont arrêté, en avril 2008, deux pauvres Juifs innocents (pardonnez le pléonasme). Les zantisémites nippons ont jeté ces malheureux en prison, sous prétexte qu'ils transportaient 90.000 pilules d'ecstasy (une spécialité de l'industrie "pharmaceutique" israélienne). Tant que les deux "étudiants" n'auront pas été relâchés, les calamités continueront de s'abattre sur le Pays du Soleil Levant. Ça risque d'être encore pire que les dix plaies d'Egypte. Amis, chantons ensemble : ♫ Let my dealer go !...


28 avril 2011 -   Un accord conclu au Caire entre le Hamas et le Fatah de Mahmoud Abbas prévoit la formation d'un gouvernement provisoire commun en attendant la tenue d'élections (présidentielle et législatives) dans un délai d'un an. Vague impression de déjà vu...

Etant donné que rien ne peut se faire sans le consentement d'Israël, on ne voit pas très bien l'intérêt d'un tel accord. Personne ne peut sortir de Gaza, personne ne peut circuler entre le ghetto et la Cisjordanie, plusieurs ministres "sortants" croupissent toujours dans les bagnes israéliens. Dans ces conditions une "réunification" des territoires palestiniens n'aurait qu'un seul effet immédiat : le retour des pires collabos pro-sionistes à Gaza avec l'aide de Tel Aviv.

La proclamation et la reconnaissance internationale d'un Etat palestinien à part entière, au cours de l'automne 2011 ou plus tard, ne risque pas non plus de se produire. Pour être admis à l'ONU, une Palestine indépendante n'a pas seulement besoin de l'appui des Etats membres (environ 90 % lui sont acquis). Il lui faut également le soutien du Conseil de "Sécurité", c'est-à-dire en premier lieu le soutien des Etats-Unis. Et comme le grand Etat juif de Washington respecte scrupuleusement les ordres que lui donne le petit Etat juif de Tel Aviv, les chances d'aboutir sont très minces, pour ne pas dire inexistantes.

Lieberman a d'ailleurs annoncé "un vaste arsenal de mesures de rétorsion" : plus de "libre circulation" à l'intérieur de la Cisjordanie pour Mahmoud Abbas et son "Premier ministre", gel du transfert des impôts prélevés par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne, durcissement des "règles de sécurité" (c'est-à-dire du régime d'occupation), etc...

Avec cet accord, la perspective d'une vraie solution (un seul Etat démocratique, laïque et pluri-ethnique de la Méditerranée au Jourdain) n'est toujours pas abordée. Le régime militaire égyptien, en jouant les médiateurs, essaie de faire oublier qu'il continue de participer au blocus de Gaza deux mois et demi après la chute de Moubarak.


7 mai 2011 -   Les sionistes prétendent sans rire qu'Israël est un "Etat juif et démocratique". A quoi leurs adversaires répliquent parfois que cet Etat est "démocratique pour les Juifs et juif pour le reste de ses habitants". En fait, cette seconde affirmation est fausse elle aussi. Comme l'illustre l'exemple de Mordechai Vanunu, la soi-disant "démocratie pour les Juifs" est un leurre.

En 1986, Vanunu a révélé au monde, dans le Sunday Times de Londres, l'existence des armes atomiques israéliennes. Aussitôt kidnappé par le Mossad, il a été jugé et condamné à 18 ans de prison. En 2004, après avoir purgé sa peine, au lieu d'être remis en liberté, il s'est vu placer en résidence surveillée pour une période d'un an, renouvelable et toujours renouvelée depuis. Et ce, en vertu d'un décret périmé datant de l'époque coloniale britannique. Vanunu n'a pas le droit de quitter Israël, et tout contact avec des étrangers (journalistes, diplomates et autres) lui est interdit sous peine de prison. Il a déjà été réincarcéré pour plusieurs mois pour "violation" de cette règle arbitraire.

En mai 2011, en vertu d'une nouvelle loi israélienne rendant possible (mais pas obligatoire) la révocation de la citoyenneté israélienne pour les personnes condamnées pour "espionnage et trahison" (ce qui est son cas), Mordechai Vanunu demande que lui soit retirée cette citoyenneté à laquelle il n'attache aucune valeur. Son seul désir est de quitter le pays.

On ne sait pas encore comment réagira la clique fasciste qui domine "la seule démocratie du Moyen-Orient" (sic), mais il ne serait pas étonnant qu'elle refuse une nouvelle fois d'appliquer ses propres lois...

15 mai 2011 -   Pour la première fois depuis 1948, bravant les interdictions, les Palestiniens commémorent la Nakba simultanément en Palestine occupée et aux frontières. Slogan du jour : "La Nakba c'est fini, c'est le moment du retour..."  L'armée des tsahalos tire sur la foule ; il y a une vingtaine de morts en Cisjordanie, à Gaza, dans le sud du Liban et aux abords du Golan. En Egypte, la junte militaire, aussi docile envers les sionistes que le régime de Moubarak, bloque l'accès au Sinaï afin d'empêcher une marche sur Gaza.

En 1948, le fondateur de l'Etat terroriste juif, Ben Gourion, disait entre deux carnages de la Nakba : "Les vieux Palestiniens mourront et les jeunes oublieront la Palestine". Six décennies plus tard, aucun Palestinien n'a oublié. Les jours d'Israël sont comptés, même si personne ne peut dire quand viendra la libération...



NÉGA-SIONISME NAUSÉABOND :

Vu sur le site des Patrons voyous juifs de France,
(professionnels du Shoah® business et de l'Industrie de l'Holocauste®)

Tout sur le néga-sionisme



En hébreu, il n'y a qu'un mot pour dire menteur, voleur, escroc.

C'est le mot
ישראל

En Israël, on le voit partout :



   


16 mai 2011 -   Dans les eaux internationales au large du ghetto, et avec l'aide d'un navire égyptien, la marine israélienne attaque un bateau humanitaire malaisien (le Finch affrété par la mission Spirit of Rachel Corrie). Le bateau malaisien, refoulé dans les eaux égyptiennes, reste bloqué devant El Arich - détails. On voit que la collaboration du "nouveau" régime du Caire avec les gangsters de Tel Aviv fonctionne à la perfection.

Dépossession et exploitation : la politique d'Israël dans la Vallée du Jourdain et le nord de la Mer Morte


19 mai 2011 -   Splendide discours obamerdique sur le Moyen-Orient. Le singe savant de la Maison Blanche plaide pour un Etat palestinien dans les frontières de 1967... mais déconseille fortement aux Palestiniens de le proclamer eux-mêmes, avec ou sans l'ONU. Pour les conseillers sionistes de la présidence, "Etat palestinien dans les frontières de 1967" signifie un Etat palestinien identique à celui de 1967. Comme il n'existait pas d'Etat palestinien à cette époque, mais seulement une Cisjordanie administrée par la Jordanie et une bande de Gaza administrée par l'Egypte, le problème est automatiquement résolu. Le nouvel Etat palestinien aura les mêmes frontières qu'en 1967, c'est-à-dire qu'il n'en aura pas. Sa superficie sera de 0 km2 (en chiffres : zéro), tout le reste appartenant à Israël. Voilà qui va faire avancer le piss process...


24 mai 2011 -   Le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou (nom figurant sur son passeport US : Ben Nitai) est reçu en grande pompe au Congrès de Washington (Chambre des Représentants et Sénat réunis). Applaudissements à son entrée dans la salle, applaudissements à son arrivée à la tribune, applaudissements après chaque phrase de son discours et à la fin de celui-ci, standing ovations d'un bout à l'autre - une ambiance absolument surréaliste dépassant de loin ce qui était courant au Soviet suprême de l'URSS ou à la Volkskammer est-allemande. Le tout restransmis d'un trait pendant 50 minutes sur CNN, alors qu'en temps normal, la chaîne fait alterner cinq minutes de programme avec cinq minutes de publicité.

Il faut avoir vu cela intégralement pour mesurer à quel point la Knesset des Etats-Unis pratique le léchage de bottes pro-israélien. Avec, au milieu, une très courte phase d'humour involontaire. Tandis que quelqu'un est expulsé de la salle après avoir brièvement protesté, Nétanyahou s'exclame : "Une telle interruption serait impossible dans les parlements fantoches de Téhéran ou de Tripoli. C'est ça la vraie démocratie !..."  En effet...  (On ignore qui a protesté et ce que cette personne a dit exactement, mais une chose est sûre : la démocrasserie américano-sioniste ne va pas lui faire de cadeau - à moins qu'il ne s'agisse d'une intervention prévue par le scénariste pour permettre à l'orateur de caser son slogan.*)

* Un peu plus tard, on apprendra que la personne en question est une militante juive connue, membre de l'organisation pacifiste Code Pink - Women for Peace. Elle a crié : "Stop Israeli war crimes", ce qui est en soi excellent.  On se demande seulement comment elle a fait pour pénétrer dans l'hémicycle. On a dû la faire entrer intentionnellement. Dans ce genre de spectacle hypersécurisé, rien n'est jamais laissé au hasard, surtout pas quand le numéro 2 mondial (tout de suite après Dieu) est à la tribune...

A l'occasion de ce discours "historique", Ben Nitaï la racaille présente un "nouveau" plan de paix "généreux" pour la Palestine, en tous points semblable aux précédents. A savoir : négociations "sans préalable"... à condition que le Hamas n'y participe pas, à condition que Mahmoud Abbas reconnaisse l'Etat juif (c'est-à-dire le caractère exclusivement juif d'Israël), à condition que les colonies juives de Jérusalem-Est et de Cisjordanie soient intégrées à Israël, à condition qu'Israël garde le contrôle de la vallée du Jourdain, à condition que l'Etat palestinien "indépendant et souverain" soit démilitarisé, à condition que le problème des réfugiés palestiniens soit réglé sans recours à Israël, etc. etc...

Le tout agrémenté des habituels contes et légendes tirés de la mythologie biblique : Israël terre juive depuis 4.000 ans (alors que les premiers Hébreux/Juifs sont apparus aux alentours de l'an -1000 - voir ici), références à Abraham et David (personnages aussi "historiques" qu'Astérix et Gargantua), Juifs d'aujourd'hui descendants des Juifs de l'Antiquité (alors qu'ils ont à plus de 99 % des ancêtres khazars, berbères ou yéménites ; Ben Nitaï lui-même, en tant que petit-fils d'un rabbin émigré de Lituanie - province de l'Empire tsariste russe - descend des Khazars convertis au judaïsme il y a 12 siècles).

Petite remarque en passant : le chef terroriste de Tel Aviv a fait l'éloge des "révolutions" d'Egypte et de Tunisie, alors que la presse alignée ne cesse de nous répéter que ces mouvements "populaires" représenteraient un danger pour Israël. Ce que les sionistes ont déclenché au Caire et à Tunis ne sera "dangereux" pour eux que si les peuples de ces pays parviennent à transformer la révolu-sion en véritable révolution, ce qui est hautement improbable à l'heure actuelle.

Inutile de préciser que Nétanyahou a ressorti, sur l'Iran et ses alliés, les habituels mensonges de la propagande sioniste. Le contraire aurait été étonnant.


25 mai 2011 -   Moins de vingt-quatre heures après la grand-messe israélophile de Washington, un spectacle plus insolite encore a lieu au Bundestag de Berlin, le parlement "démocratique" d'un pays "libre" où la défense de l'Etat juif relève officiellement de la raison d'Etat. Un étrange "débat" est organisé à propos des "tendances antisémites" au sein du Parti de la Gauche (Die Linke). Ce parti, qui a obtenu 12 % des voix et 76 sièges aux élections législatives de 2009, est une organisation post-communiste née de la fusion des successeurs du PC de l'Est (PDS, ex-SED) et de divers groupes gauchistes de l'Ouest. L'existence même de cette formation pourtant bien inoffensive est une provocation aux yeux de tous les autres partis ; vingt ans après la réunification, l'anticommunisme (sans communistes) est plus virulent que jamais.

Bien que les dirigeants de Die Linke soient on ne peut plus alignés sur les positions pro-israéliennes requises par la "démocratie" allemande, certains membres et certaines sections locales sont plus critiques : participation à la campagne BDS, dénonciation des violations des droits de l'homme en Israël, participation à des manifestations de soutien à Gaza, etc... Deux ou trois élus étaient même présents, un an plus tôt, sur un des bateaux de la flottille. Scandale !...

Tous les partis se relaient donc à la tribune du Bundestag pour dénoncer "l'antisémitisme" des anciens cocos - lesquels, pendant le court temps de parole correspondant à leur poids parlementaire, se placent sur le terrain de leurs adversaires au lieu de répliquer comme il le faudrait (ou de boycotter la session) : "Nous combattons l'antisémitisme... Nous considérons que l'Allemagne, du fait des crimes commis par les national-socialistes à l'encontre des Juives et des Juifs, a une responsabilté toute particulière envers l'Etat d'Israël et dans la lutte contre l'antisémitisme. Cette responsabilté inclut la garantie du droit à l'existence d'Israël..."  Pas un mot sur les crimes sionistes commis à Gaza et ailleurs. Tout juste une vague évocation des "efforts" en vue de l'établissement d'un Etat palestinien (où ?  quand ?  comment ?  mystère...)

Une affaire remontant à 2002-2003 : Scènes de chasse en Germanie - ou comment Jürgen Möllemann, le dernier homme politique allemand ayant osé critiquer (très modérément) Israël, a payé cette audace de sa vie.


28 mai 2011 :  Opération Poudre aux yeux à la frontière entre l'Egypte et Gaza. La junte militaire du Caire "ouvre" le terminal de Rafah... et laisse passer 400 personnes le premier jour. En théorie, tous les Gazaouis ont le droit de se rendre en Egypte, sauf les hommes de 18 à 40 ans (très dangereux) et les gens figurant sur une liste noire probablement établie avec l'aide des services de l'Etat voyou juif.  400 prisonniers autorisés à faire leur promenade en plein air, c'est un "progrès" par rapport à ce qui avait cours depuis le 21 février (300 par jour). Au lieu d'attendre son tour jusqu'en 2025, chacun des 1.500.000 habitants du ghetto a maintenant l'espoir d'y parvenir avant 2022 - à condition qu'il ne meure pas avant sous les bombes israéliennes. Et pour montrer que "tout va changer", les généraux égyptiens annoncent que dans quelque temps, ils envisagent même un petit millier de passages quotidiens (ce qui réduirait le délai d'attente à "seulement" quatre ou cinq ans, tout le monde serait servi vers 2015-2016).  Evidemment, la nouvelle "liberté" ne vaut ni pour les marchandises ni pour l'aide humanitaire. De ce côté-là, rien de nouveau, Israël veille...


30 mai 2011 :  Le bateau humanitaire malaisien Finch ou Spirit of Rachel Corrie (voir plus haut 16 mai) est toujours bloqué au large d'El Arich : Bateau-prison dans les eaux territoriales égyptiennes.


7 juin 2011 :  Les Israéliens se bousculent pour un deuxième passeport - du droit inaliénable des Juifs de Palestine de retourner d'où ils sont venus.


8 juin 2011 :  La deuxième flottille pour Gaza, d'abord prévue pour septembre 2010, puis pour mai 2011 (un an après la première), est maintenant repoussée à fin juin. Chacun sait que, sans protection militaire, l'opération devrait se terminer par un nouveau massacre ou, dans le "meilleur" des cas, par une capitulation immédiate des participants avec emprisonnement et vol de la cargaison. Beaucoup de bruit pour un résultat symbolique des plus réduits.

Compte tenu de la reprise en mains du gouvernement d'Ankara par les sionistes (le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan soutient depuis le début les "rebelles" libyens et fait pression sur la Syrie pour qu'elle se plie à la révolu-sion), il n'y aura bien sûr aucune protection militaire turque. Le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu, au lieu de faire preuve de fermeté vis-à-vis des terroristes de Tel Aviv, demande aux organisateurs d'être patients : Attendez que "l'ouverture" de la frontière entre l'Egypte et Gaza (400 passages quotidiens) ait porté ses fruits ; attendez que le nouveau gouvernement palestinien Hamas-Fatah soit formé ; attendez que l'Etat palestinien soit proclamé à l'automne 2011 (ou plus tard) ; attendez de voir comment Israël réagira à tout cela...  (Pourquoi ne pas attendre que les sionistes restituent d'eux-mêmes tout ce qu'ils ont volé et qu'ils quittent volontairement la Palestine...)

Le rôle de la Turquie (membre de l'OTAN) consiste à miner "de l'intérieur" la résistance palestinienne et ses appuis internationaux, à rendre leurs actions inefficaces avant même qu'elles aient commencé. Contrairement aux apparences, le "patriote islamiste" Erdoğan n'est pas très différent de ses prédécesseurs. Il a toujours fait - plus ou moins discrètement - le jeu d'Israël.

Ou, pour citer un adversaire politique du Premier ministre, celui-ci "est un lèche-bottes des Israéliens et reçoit ses ordres des Etats-Unis. Il a envoyé un ministre en Israël pour discuter d'un investissement privé. Il veut offrir à une société israélienne un contrat de déminage de la frontière turco-syrienne d'une durée de 49 ans. Il a envoyé un ministre à Bruxelles pour discuter de ce qui peut être fait afin de se réconcilier avec le gouvernement d'Israël. Il a reçu le 'Prix du Courage' israélien. Il a interdit aux députés turcs de monter à bord du Mavi Marmara. Il a empêché le ministère de la Justice d'enquêter sur le massacre de la flottille..." - détails.


9 juin 2011 :  A Al-Mughayyir, au nord-est de Ramallah (Cisjordanie), des colons juifs incendient une mosquée. C'est la troisième en trois ans.


10 juin 2011 :  A l'occasion de la Journée internaSIONale judéo-juive des Juifs "convertis", nous avons le plaisir de vous présenter deux grands représentants du crypto-judaïsme moderne :

1 - David Maria Jaeger, qui vient d'être nommé prélat auditeur du Tribunal de la Rote romaine (c'est-à-dire juge à la Cour suprême de l'Eglise catholique). Jaeger se voit comme un Israélien loyal et patriote qui travaille à l'étranger pour une organisation internationale, comme il le ferait au FMI, à l'ONU ou à l'UNESCO. Voilà qui a le mérite de la franchise - au moins, il ne nous raconte pas qu'il croit au petit Jésus...  Il représente tout simplement les intérêts d'Israël au Vatican, en bon sayan fidèle à son unique patrie. Bien entendu, il n'est pas le premier à jouer un tel rôle. Beaucoup d'autres crypto-juifs avant lui se sont infiltrés dans les Eglises chrétiennes afin de les déchristianiser. En France, on se souvient du cardinal Lustiger, converti devenu chef de l'Episcopat, tellement "catholique" que le Kaddish (prière juive pour les morts juifs) fut récité pour lui sur le parvis de Notre-Dame à sa mort en 2007.

(Au 16ème siècle, le crypto-judaïsme était une excellente façon pour les "convertis" de s'enrichir dans le commerce des esclaves en se faisant passer pour des "Portugais" ou des "Espagnols".)


2 - Andrew Klavan, auteur, scénariste et "humoriste" américain lui aussi converti au christianisme, qui vient de mettre en ligne sur WeJew.com ("the largest Jewish video sharing website on the Internet") un clip "drôle", bien entendu raciste et arabophobe. On peut l'admirer ici sur le blog de Gilad Atzmon. En regardant ce superbe produit de la créa-sion judéo-américaine, on comprend pourquoi Israël est un Etat sans frontières :

mu

Phase 1
(en cours de réalisation)



Phase 2



Phase 3



Phase 4



Bonus

Pour montrer qu'il a vraiment de l'humour (juif, bien entendu), Andrew Klavan déclare que si les Juifs contrôlaient l'Amérique, comme le prétendent les méchants zantisémites, celle-ci ne serait pas endettée à hauteur de 14,4 billions de dollars (sous-entendu : nous sommes de bons gestionnaires, nous).  En réalité, bien sûr, si l'Amérique est endettée à ce point, c'est (aussi) à cause de "l'inexistant" contrôle juif sur Wall Street, la Fed, le système bancaire, la bourse, le FMI, la Banque mondiale, etc. etc...  (Pour s'en rendre compte, voir ici : Crise financière.)  Il en a toujours été ainsi : l'argent que perdent les uns se retrouve fatalement dans la poche des autres. Bonne gestion, oui, mais en faveur de qui ?...  De quel côté sont les Madoff et les Goldman Sachs ?...  De quel côté sont les contribuables ?...


11 juin 2011 :  Aux antipodes d'un Andrew Klavan, les Juifs orthodoxes antisionistes de Neturei Karta (NK) veulent effacer Israël de la carte. Ils soutiennent la lutte des Palestiniens, condamnent le massacre de la flottille et ont rencontré plusieurs fois le président Mahmoud Ahmadinejad. Bien entendu, ils sont partout la cible de la racaille judéo-fasciste et ne passent jamais à la télévision, ni aux USA ni en Europe. La chaîne russe anglophone RT (pas encore reprise en mains par le lobby innommable) leur a consacré un reportage.



La seule solution : l'Etat d'Israël doit disparaître

Lien vidéo RT

Site de NK en anglais  et  en français


12 juin 2011 -  Article + vidéos : False Flag Racism - The Internet Proxy War  par Gordon Duff (Veterans Today).  L'antisémitisme n'existe pratiquement plus ?  Qu'à cela ne tienne, les sionistes le fabriquent eux-mêmes. Des centaines de provocateurs ont été recrutés par la Ligue "anti-diffamation" aux USA, et davantage encore en Israël, pour truffer de matériel antisémite les sites qui critiquent la politique d'apartheid de l'Etat juif. Ces gens se vantent ouvertement de dominer depuis des années les sites qui propagent l'idéologie nazie et le suprématisme blanc. Beaucoup d'autres auxiliaires sont payés pour surveiller jour et nuit les sites "sensibles" (genre Wikipédia) et corriger en temps réel les articles qui ne seraient pas parfaitement conformes à la ligne israélienne. Ailleurs, les sionistes dessinent eux-mêmes sur les murs les croix gammées qu'ils attribuent à leurs adversaires (très courant en France). Tout cela n'est finalement que la version soft de ce que le Mossad fait depuis longtemps à grande échelle (attentats "islamistes", 11 septembre, etc...)

Comme dit Shulamit Aloni - ancienne ministre israélienne de l'Education - dans une interview accordée à la journaliste juive américaine Amy Goodman (voir la vidéo en fin d'article) : "L'accusation d'antisémitisme et l'invocation de l'Holocauste, c'est une ruse que nous utilisons chaque fois que quelqu'un critique Israël..."


16 juin 2011 :  Un mois après DSK, un autre grand personnage de la scène people-itique juive trébuche sur sa queue. Anthony Weiner, député de la 9ème circoncision électorale de Jew York, est poussé à la démission après avoir mis ladite queue, non pas de force dans la bouche d'une employée d'hôtel mais, sans contrainte aucune et sous forme purement photographique, à la disposition admirative des utilisateurs de Twitter.* (Il paraît qu'il y a des musulmans "antisémites et arriérés", surtout ceux auxquels Weiner passait son temps à donner des leçons, qui trouvent cet exhibi-sionisme particulièrement débile et décadent. C'est la preuve qu'ils n'ont rien compris aux valeurs de base de la culture judéo-chrétienne talmudico-occidentale.)

* Weiner lui-même estime qu'il n'a rien à se reprocher, puisqu'il a utilisé un téléphone casher.


17 juin 2011 :  Les rabbins orthodoxes juifs ne sont malheureusement pas tous comme ceux de NK (voir quelques lignes plus haut). Au contraire, l'écrasante majorité d'entre eux est ultra-sioniste et ultra-réactionnaire. A Jérusalem, un de leurs "tribunaux" vient même de condamner un chien à la lapidation - détails. Comme le Sanhédrin du 21ème siècle n'avait pas de Ponce Pilate à sa disposition, il a chargé des enfants (juifs) du quartier d'exécuter pour lui la sentence. Manque de chance, le clébard récalcitrant, réincarnation d'un avocat juif laïque frappé de malédiction 20 ans plus tôt, a pu échapper à ses bourreaux. Quel sale antisémite !...

Consolons-nous en écoutant le sioniste Jacques Attali exposer son idéologie et son programme : lien vidéo. Ce monsieur est un grand é-connaud-miste "français" (les guillemets sont de rigueur puisqu'il considère que "la France est un hôtel" (autant dire un Sofitel comme les aime DSK).


Citations :

► "Les Juifs de France doivent jouer un rôle dans l'intégration des communautés musulmanes."  [Et si la communauté juive elle-même essayait de s'intégrer au lieu de soutenir l'islamophobie et les guerres sionistes ?...]

► "La cause de l'antisémitisme, c'est l'ingratitude... On reproche au peuple juif de lui devoir l'idée de Dieu et l'idée d'emprunter de l'argent."

► "Dans un univers de chaos et de non-droit, le marché va s'émanciper de la tutelle des Etats."

► "On peut imaginer Jérusalem devenant la capitale de la planète un jour unifiée autour d'un gouvernement mondial. C'est un joli lieu pour un gouvernement mondial."  [Ce sera en quelque sorte la phase ultime du plan Klavan ci-dessus.]




Mais les Juifs n'ont pas seulement inventé
DIEU, LA BANQUE ET LA GOUVERNANCE MONDIALE
ainsi que nous l'enseigne le professeur Attali.

Ils ont aussi inventé LA CULTURE -
le mot vient de CUL, comme l'explique ici Sarah Silverman :

"Kiss my Jewish ass, goy..."

ou, comme on dit en hébreu : "SHALOPE ISRAËL !..."


21 juin 2011 :  "L'ouverture" de la frontière à Gaza - juste des mots.  La junte du Caire laisse passer quelques Palestiniens pendant deux jours, puis boucle tout pendant quatre jours avant de faire de nouvelles promesses qui ne seront pas tenues. Certains voyageurs dont les papiers sont parfaitement en règle doivent poireauter des heures dans le no man's land, soumis à l'arbitraire de petits caïds égyptiens en uniforme. Le terminal de Rafah est tout simplement un checkpoint israélien de plus, à cela près que les Israéliens y restent invisibles.


26 juin 2011 :  Selon un rapport de l'organisation humanitaire israélienne B'Tselem, Israël a démoli en moins de six mois, en 2011, plus de maisons palestiniennes que sur toute l'année 2010 (103 contre 86).  A la Knesset, un projet de loi vient d'être déposé, obligeant les Palestiniens dont la maison a été rasée à assumer les frais de démolition sans recours possible aux tribunaux.

Rackett sioniste :  Certification casher au Québec (lien vidéo).  Lire également : Taxation illicite.


27 juin 2011 :  Le Prix quotidien de l'antisémitisme recrudescent revient aujourd'hui aux autorités danoises. Comme le signale Ha'aretz en date du 25 sivan 5771, elles viennent d'interdire au personnel israélien armé d'effectuer seul des contrôles de "sécurité" au départ des vols de la compagnie Arkia Airlines entre Copenhague et Tel Aviv. Plutôt que de renoncer à leur privilège, les Israéliens ont préféré faire annuler les vols. Une perte irremplaçable pour les Danois - presque aussi douloureuse qui si on les privait de pain azyme pendant une semaine. Mais qu'on se rassure, partout ailleurs en Europe, en Amérique, en Afrique, en Asie, en Australie et dans l'Antarctique, les sheriffs sionistes dominent les aéroports. Les experts donnent moins de trois jours à Copenhague pour capituler.

A Ankara, on a beau être plus coriace (têtes de Turcs), on a quand même fait marche arrière dans une affaire autrement plus grave : celle de la flottille. A présent, le gouvernement Erdoğan pourchasse les humanitaires et aide Israël dans ses efforts de sabotage (dans tous les sens du terme). Des pourparlers "secrets" ont lieu entre la Turquie et Israël afin d'aboutir à une réconcilia-sion, c'est-à-dire afin d'amener les Turcs à se rallier à la posi-sion israélienne, notamment en retirant la plainte déposée en 2010 à l'ONU. De source sûre, nous apprenons qu'on s'apprête à signer l'habituel "traité d'amitié" en deux articles (article 1 : les goyim demandent pardon et font tout ce qu'on leur demande - article 2 : Israël fournit la vaseline aux frais des goyim).


1er juillet 2011 :  Après la Turquie, c'est au tour de la Grèce de se plier aux pressions sionistes. Tandis que dans les ports grecs les terroristes de la marine israélienne sabotent plusieurs des navires de la seconde flottille, les autorités interdisent aux autres bateaux d'appareiller, pour des raisons "d'ordre technique" ou de "sécurité".  Non content d'avoir fait cadeau de son pays aux prédateurs de Bruxelles et de Francfort, l'infâme Papandréou abandonne aussi ses eaux territoriales à l'Etat voyou juif. Etonnant que la tête de cette ordure "socialiste" ne soit pas depuis longtemps plantée au bout d'une pique sur la place Syntagma.

Les Etats-Unis prennent eux aussi des mesures contre la flottille et menacent les participants américains de poursuites pénales en vertu des lois "antiterroristes". Mais là personne ne s'étonne...


3 juillet 2011 :  Les prétextes futiles ne suffisant plus pour empêcher le départ de la flottille, le gouvernement grec la fait tout simplement interdire. On arrête le capitaine (juif américain) d'un de navires alors qu'il tentait de quitter les eaux territoriales grecques, et on le jette en prison. Selon son avocat (également juif), les conditions de détention sont particulièrement honteuses : ni lit ni toilettes dans la cellule, pas d'eau et pas de nourriture (comme en Palestine occupée). Il ne manque plus que les "interrogatoires" par les tortionnaires de la Gestapo juive israélienne. On sait que pour les nazis de Tel Aviv, les Juifs qui résistent au sionisme sont pires encore que les "terroristes arabes".





5 juillet 2011 :  A Al-Maghazi, dans le centre du ghetto de Gaza, des tirs d'artillerie israéliens tuent deux civils palestiniens et en blessent un.

Attention : manuels d'histoire revisités - Dans les territoires occupés de Judée-Sarkozie, les Crapules Racistes Israéliennes de France (CRIF) annoncent fièrement qu'elles ont "fait modifier des passages de nouveaux manuels d'histoire contemporaine à destination des classes de première, contestés par des associations juives". Les Editions Hachette ont obéi promptement. Les livres en question mentionnaient la Nakba palestinienne, ce qui est formellement interdit par la loi israélienne.


6 juillet 2011 :  La municipalité juive de Jérusalem "autorise" la construction de plusieurs centaines de nouveaux logements dans la colonie de Gilo (sud-est de la ville occupée). Simultanément, à Lifta (à l'ouest de Jérusalem), les sionistes s'apprêtent à raser le vieux village palestinien, "abandonné" pendant la Nakba et en ruines depuis plus de 60 ans, pour construire à la place des maisons de vacances réservées aux Juifs.

A la Knesset, un comité "linguistique" a été formé dans le but de judaïser tous les noms géographiques en Israël et d'effacer un peu plus les signes d'identité arabe. A l'avenir, il sera interdit aux Palestiniens de dire Al-Quds à propos de Jérusalem ; il faudra obligatoirement dire Yerushalayim. Même chose pour Yafo au lieu de Yaffa/Jaffa, Natzaret au lieu de An-Naserah/Nazareth, Yam Ha-Melah au lieu de Al-Bahr Al-Mayet/Mer Morte, etc. etc...  Et ils s'étonnent encore qu'on veuille les rejeter à la mer...


7 juillet 2011 -  Rencontre au sommet : Sarkozy, Nétanyahou et BHL photographiés ensemble pour la première fois (de gauche à droite sur la photo).


8 juillet 2011 -  Après avoir fait interdire la flottille de Gaza par la Grèce et la Turquie, l'Etat voyou juif fait pression sur ses vassaux européens pour empêcher la venue par avion des militants pro-palestiniens. Obéissant à Israël, plusieurs compagnies aériennes s'opposent à l'embarquement des passagers qui figurent sur la liste noire sioniste. Les voyageurs qui, pour une raison ou pour une autre, parviennent à passer entre les mailles du filet sont emprisonnés à leur arrivée à l'aéroport Ben Gourion.

Le régime sioniste impose sa loi dans les aéroports français  (lien vidéo)




Le gouvernement mondial basé en Israël, dont rêve Jacob Attali (voir plus haut), existe déjà de fait, sinon de droit. Rares sont les pays qui échappent à son contrôle.



Mais bien sûr, tout n'est pas parfait,
certains juges refusent encore de se conformer la lex israelica :

Le plus "scandaleux", pour les sionistes, c'est qu'Olivia Zémor est juive elle aussi.

Rebelote en mai 2012       Boycottons l'apartheid


17 juillet 2011 -  La presse israélienne annonce que le Premier ministre turc a l'intention d'aller prochainement à Gaza. Comme il est exclu qu'Erdoğan prenne la flottille pour s'y rendre, on ne peut que spéculer sur son mode de transport.



Apaisement est un mot très révélateur. Dans les années 1930, il caractérisait la politique
de faiblesse, de lâcheté et de trahison des "démocraties" occidentales face à l'Allemagne nazie.
Sans le vouloir, les sionistes confirment ici qu'Erdoğan est le Daladier ou le Chamberlain turc
qui s'efforce d'amadouer l'Hitler israélien. On sait comment tout cela s'est terminé...



EN AVANT, ERDOĞAN !

Comme le Nasreddine Hodja des contes turcs,
mais en beaucoup moins drôle.

(Evidemment, personne n'a vu Erdoğan à Gaza, ni le 25 juillet ni plus tard...)


18 juillet 2011 -  Comme un malheur n'arrive jamais seul, ne voilà-t-il pas qu'un incendie menace Yad Vashem (sanctuaire number one de l'HOA® et centre mondial de pèlerinage inscrit au patrimoine juif de l'UNESCO). Mais, Dieu merci, on parvient à sauver à temps de ce second Holocauste® les trois millions de victimes dont on connaît les noms et les trois millions qu'on n'a pas eu le temps d'identifier en 66 ans de recherches intensives. (Ne demandez surtout pas comment on a fait pour compter des gens dont on n'a aucune trace. Ce serait antisémite, négationniste, contraire à la loi et passible de poursuites.)

Quant à la cause de l'incendie, on hésite encore entre un feu de forêt, une punition divine et une roquette du Hamas. Il paraît que cette organisation palestinienne en a lancé beaucoup ces derniers jours. D'accord, personne ne les a vues et elles n'ont fait aucun dégât. Mais là non plus, pas besoin de preuves, l'affirmation suffit... et l'armée israélienne peut envoyer sur Gaza des obus et des missiles bien réels. Les morts palestiniens n'ont pas de mémorial...

A Tel Aviv, l'ONG israélienne B'Tselem signale que, de 2005 à 2010, les tribunaux militaires juifs de Cisjordanie ont jugé 835 enfants ou adolescents palestiniens pour jets de pierres. Un seul a été acquitté, 834 ont été condamnés, dont 93 % à des peines de prison. Les plus jeunes avaient 12 ans (en Israël même, pays le plus démocratique du Moyen-Orient et de l'Univers réunis, on ne met les enfants en prison qu'à partir de 14 ans).


19 juillet 2011 -  Nouvel acte de piraterie israélienne dans les eaux internationales, à 90 km au large de Gaza. La marine sioniste attaque un petit bateau, le Dignité-Al Karama qui avait réussi à échapper à la vigilance des chiens de garde grecs. Les 16 passagers sont pris en otage - détails.  Simultanément, les terroristes de Tel Aviv poursuivent leurs bombardements du ghetto ; depuis peu, ils utilisent également des drones.

A la Knesset, les voyous juifs interdisent à la députée arabo-israélienne Hanin Zoabi (du parti Balad) de participer aux débats. Son crime : en mai 2010, elle était à bord de la flottille - voir 3 juin 2010.


26 juillet 2011 -  A Walja, près de Bethléem, des bulldozers israéliens arrachent les oliviers palestiniens en vue de la construction d'un nouveau tronçon du mur de l'apartheid.

Dans le Néguev, un an après la démolition du village bédouin d'Al-Araqib (voir ici 3 août 2010), les spoliateurs exigent des victimes le paiement de 500.000 dollars "à titre de remboursement des frais de destruction".


1er août 2011 -  Des soldats de l'armée d'occupation israélienne filmés en train de kidnapper un jeune palestinien


2 août 2011 -  Comme on le pressentait au début de l'année, une grave crise sociale secoue Israël : grèves, manifestations et sit-in dans toutes les grandes villes du pays - Israël menacé par une crise socio-économique sans précédent.

Est-ce un hasard si les provocations israéliennes se multiplient ces derniers temps à la frontière libanaise ?  Les criminels de Tel Aviv veulent-ils déclencher une nouvelle guerre contre leurs voisins afin de détourner l'attention de leurs problèmes internes ?  Rien de tel, en effet, qu'une mobilisation générale pour mettre les contestataires au pas, en vertu du principe bien rodé selon lequel les ennemis des prolos juifs ne sont pas les banksters juifs mais... les Arabes.

Bien entendu, les médias sionisés ne s'intéressent pas à la nature réelle de cette crise. Quand ils abordent le sujet en quelques lignes ou en quelques dizaines de secondes, c'est évidemment le côté spectacle qui retient leur attention : pas les 300.000 manifestants dans les rues de Tel Aviv, mais les quelques centaines de "campeurs indignés" du boulevard Rothschild - on a les noms de rues qu'on mérite. La "ville des tentes", ça au moins c'est pittoresque, et ça change un peu de la ville des tantes.

Et puis, c'est 100 % casher : on n'y fait pas de politique. Comme le rappelle Gilad Atzmon, "on se concentre sur nous les Juifs", au diable les histoires de Palestiniens. "La protestation de masse en Israël est tout le contraire d'une révolution sociale authentique... C'est un festival populiste... Personne ne réclame la démission de Nétanyahou, personne ne met en cause la politique 'sécuritaire' ni les dépenses militaires..."

D'ailleurs, c'est Daniel Abraham qui finance le mouvement. Il s'agit d'un milliardaire juif américain, "philanthrope" comme tous les milliardaires juifs. Sa "philanthropie" consiste justement à financer des spectacles comme celui du boulevard Rothschild. Il a raflé ses milliards en vendant des produits soi-disant "diététiques" de la marque Slim-Fast, selon le principe : engraissez-moi pendant que vous maigrissez.

(Soit dit en passant, le terme "indignés" a été lancé par un sioniste "soft" : Stéphane Hessel. Le mouvement du même nom, vaguement spontané au début, a très vite été noyauté par l'inexistant lobby, afin de garantir qu'il tourne à vide et ne débouche sur rien de concret.)


Les "indignés" du boulevard Rothschild en pleine action :

"C'est pas parce qu'on s'indigne qu'on va renoncer à notre confort.
On n'est quand même pas des Arabes, merde...
"

Le mouvement, qui a débuté comme une protestation contre la hausse des prix du fromage blanc, est devenu une "révolte de l'immobilier". Les révolu-sionistes de Tel Aviv veulent des appartements bon marché, en Israël même, pas dans les territoires occupés. Là-bas, c'est trop dangereux et plein de gens à la judaïté douteuse, immigrés de fraîche date et parlant à peine l'hébreu. Bien sûr, ce n'est pas Daniel Abraham qui va construire des logements abordables. Il fournit déjà la bouillie, c'est bien suffisant...

Ces protestataires dont le seul rêve est d'accéder à la propriété : The Landlord Wannabe Protest  par Gilad Atzmon.

"Israël, qui était censé devenir l'Etat du peuple juif, est devenu le refuge des Juifs les plus riches et les plus corrompus du monde entier, le paradis des blanchisseurs d'argent sale, des méga-escrocs à la Bernie Madoff, des marchands de diamants de sang, des trafiquants d'armes et des voleurs d'organes humains... Les Israéliens n'ont pas encore compris quel rôle ils jouent dans cette 'horror show', ils n'ont pas compris que dans ce scénario de plus en plus effrayant, ils sont de simples fantassins. Leur Etat dispose d'une des plus puissantes armées du monde, et cette armée protège les intérêts d'une poignée de Juifs parmi les plus riches et les plus immoraux qui soient..."

"Les 'indignés' de Tel Aviv semblent dire : 'Donnez-nous des appartements, et nous levons le camp'... Il n'est pas surprenant que dans une société si profondément cupide et raciste, la dissidence se réduise au plus trivial matérialisme. Apparemment, les Israéliens ne pourront pas échapper à leur sort, car ils sont les prisonniers aveugles de leur culture destructrice... La société israélienne va finir par imploser. C'est juste une question de temps..."


11 août 2011 -  1.600 nouveaux logements vont être construits : pas à Tel Aviv, comme le demandent les campeurs, mais à Jérusalem-Est, dans la colonie juive de Ramat Shlomo (anciennement Rekhes Chouafat - voir la carte). Comme d'habitude, les voleurs sionistes se "justifient" en disant que la colonie en question (qu'ils appellent un "quartier") se trouve au nord de Jérusalem, et non à l'est - ce qui est vrai géographiquement mais faux politiquement, puisque ce territoire palestinien a bel et bien été annexé en 1967.


12 août 2011 -  En plus des 1.600 logements de Ramat Shlomo, 2.700 autres seront construits à Pisgat Zeev, une colonie juive proche.

En Cisjordanie, Israël démolit 20 citernes palestiniennes

La prétendue "ouverture" du Terminal de Rafah : rien de changé, les conditions sont toujours aussi scandaleuses.


14 août 2011 -  Le journal israélien Maariv a signalé il a quelques semaines que Tzipi Livni (alias Pissy Livni), ancienne ministre des Affaires étrangères de Tel Aviv, avait reçu, lors d'une visite au Maroc en 2009, après les massacres de Gaza, un collier en or offert (aux frais du contribuable) par la femme du dictateur marocain Mohammed el-Alaoui. Le Maroc, depuis des décennies un des plus fidèles vassaux de l'Etat voyou juif, a été épargné par la révolu-sion qui agite d'autres pays arabes.

Encore une information dévoilée avec un certain retard : l'armée terroriste israélienne a effectué récemment des manœuvres militaires en Roumanie (pays sionisé jusqu'à l'os). Ces exercices, qui ont duré deux semaines avec la participation de 300 tsahalos et de cinq avions, avaient pour but de simuler une attaque contre les installations nucléaires iraniennes. Sieg Heil !...  Des manœuvres similaires s'étaient déjà déroulées en Roumanie en juillet 2010, mais avec un résultat bien meilleur (six Israéliens tués dans un crash d'hélicoptère). On ne peut pas toujours avoir cette chance...


18 août 2011 -  Bombardements israéliens à Gaza : six Palestiniens tués. Les jours précédents, il y avait eu d'autres raids meurtriers (deux morts le 16). Prétexte des attaques d'aujourd'hui : de mystérieux attentats qui auraient eu lieu dans le Néguev et que la racaille gouvernementale sioniste met, au choix, sur le compte du Hamas ou sur celui de l'Egypte. Les "coupables" montrés du doigt démentent toute implication. Dans la mesure où tels attentats se sont vraiment produits, c'est sans doute du côté du Mossad qu'il faut chercher leurs auteurs. L'Etat voyou juif veut à coup sûr détourner l'attention de ses problèmes internes et prendre les devants en prévision de la prochaine "proclamation d'indépendance" de la Palestine.

PROBLÈME :

7 morts – 7 "activistes" tués = combien d'Israéliens ?

(Non, non, tout cela n'est pas louche...)


19 août 2011 -  Nouvelles attaques israéliennes contre le ghetto de Gaza, à la fois par mer et à l'aide d'hélicoptères de combat. Il y a au moins neuf morts, dont des enfants. Nétanyahou annonce que "ce n'est qu'un début". Les Palestiniens repliquent par quelques tirs de roquettes qui s'écrasent dans le désert.

Israël prétend que les attentats de la veille (auto-attentats ?) ont coûté la vie à huit Israéliens. Mais curieusement, cinq soldats ou policiers égyptiens ont également été tués par des tirs en provenance d'Israël.


Terreur sioniste à Gaza :

Après une courte pause, les tueurs d'enfants ont repris le "travail"


20 août 2011 -  Les sionistes continuent de bombarder le ghetto tandis que leurs services de propagande invoquent un "déluge" de roquettes qui se serait abattu sur le sud de leur Etat. Un Israélien aurait été tué à Beersheba, à près de 50 km à vol d'oiseau à l'est de Gaza (carte). Bullshit, comme on dit en hébreu : aucune roquette palestinienne n'a - hélas ! - une telle portée. Même le très israélophile Wikipédia (Sionipédia pour les connaisseurs) indique à la page "Roquette Qassam" une portée maximale comprise entre 3 km (Qassam 1) et 10 km (Qassam 3).

Si une roquette a frappé Beersheba, ce qui est invérifiable, c'est qu'elle a été tirée par les tsahalos eux-mêmes, ou par le Mossad ou par tout autre groupe terroriste israélien. Même chose pour ce qui a pu toucher Ashdod (à 40 km au nord de Gaza) ou Ashkelon (à 20 km). Et pourquoi pas Tel Aviv, pendant que vous y êtes, à 70 km du ghetto ?...  Mais tout cela n'est pas très surprenant : la "communication" israélienne a toujours été la fille incestueuse de Goebbels et de la chutzpah. Chacun sait que les bouchers sionistes sont de pauvres victimes. Leurs nouvelles jérémiades n'annoncent rien de bon...


24 août 2011 -  Les bombardements israéliens se poursuivent à Gaza : encore six morts ; plus de vingt en tout, en quelques jours. En Cisjordanie, l'armée d'occupation kidnappe des dizaines de membres du Hamas ou supposés tels.


26 août 2011 -  Cinq morts de plus à Gaza. La résistance réplique comme elle peut en tirant quelques roquettes qui ne produisent aucun effet.


1er septembre 2011 - Best of the Proms : L'Orchestre Philharmonique d'Israël sous les huées des manifestants à Londres.

Au Royal Albert Hall, pour protester contre la colonisation de la Palestine et la complicité des musiciens et du chef d'orchestre Zubin Mehta (d'origine indienne mais très israélophile), des manifestants interrompent à plusieurs reprises un concert "Prom" de la BBC. Les organisateurs de cette action avaient en vain demandé à la chaîne de boycotter les sionistes, "leur musique n'ayant pas pour but d'adoucir les mœurs de l'armée israélienne mais de blanchir ses crimes". BBC Radio a dû suspendre malgré elle la retransmission du concert. Un chœur de manifestants en a profité pour interpréter une version anti-israélienne de l'Hymne à la Joie de la 9ème symphonie de Beethoven, "pour contester l'utilisation de l'œuvre de ce grand musicien par des apologistes de crimes de guerre" - lien vidéo.


2 septembre 2011 -  Spectacle burlesque à Ankara. Erdoğan expulse l'ambassadeur de Tel Aviv et suspend sa coopération militaire avec les Israéliens. Motif : ils ont refusé de "s'excuser" pour les neuf morts de la flottille 2010. Eh oui, s'ils avaient dit : "Désolés, les mecs, c'était une bavure", la Turquie aurait passé l'éponge. Mais non, ils ont toujours refusé... Et pourtant, le Premier ministre turc avait tout fait, ces derniers mois, pour plaire à Israël : blocage efficace de la flottille 2011, soutien aux rats de Benghazi, menaces contre la Syrie, aide aux égorgeurs islamistes sponsorisés par Tel Aviv avec l'argent de Washington et de Riyad, etc... Rien à faire - Erdoğan ne savait pas que les Israéliens sont toujours preneurs et jamais donneurs...

En Israël, on rigole bien. L'ambassadeur voulait justement prendre des vacances... Et puis, expulsion et gel de la coopération, on connaît, ça ne dure jamais plus de quinze jours. La Turquie y avait eu recours en 2010. De toute façon, l'attaché militaire de Tel Aviv est toujours à Ankara.

Tout le monde sait bien que le Mossad tient Erdogoy par les couilles. Enfin, c'est une façon de parler, bien sûr - comme dit le proverbe israélien : çui-là qu'il en a pas, tu peux pas les lui tiendre...


5 septembre 2011 - Toujours autant de restrictions au terminal de Rafah - Passage au compte-gouttes, 48 heures d'attente.  Pire encore : L'Egypte détruit les tunnels de Gaza pour le compte d'Israël.

A Walja, près de Bethléem, après une pause de quelques semaines, les buldozzers israéliens se remettent à arracher des centaines d'oliviers palestiniens en vue de la construction d'un nouveau tronçon du mur de l'apartheid. Pendant ce temps, à Qasra, dans la région de Naplouse, des colons juifs incendient une mosquée - une de plus.


8 septembre 2011 - Erdoğan vient d'autoriser le stationnement de missiles de l'OTAN en territoire turc. Ces armes d'agression spécialement dirigées contre l'Iran ("allié" de la Turquie) sont baptisées par antiphrase "bouclier antimissiles". Mais la chose n'a rien d'étonnant, puisque le Premier ministre turc n'a jamais remis en cause son adhésion à l'Organisation terroriste de l'Atlantique Nord (la Turquie étant comme chacun sait un pays de l'Atlantique Nord).

Simultanément, Erdo-le-lâche déclare que son pays "a pris des mesures [lesquelles ?] pour empêcher Israël d'exploiter unilatéralement les richesses naturelles de la Méditerranée orientale". (Ce n'est pas seulement une fanfaronnade, c'est une question qui ne regarde pas la Turquie, mais seulement Chypre*, le Liban et le futur Etat palestinien - voir plus haut.)

* Depuis 1974, la Turquie occupe militairement le nord de l'île où elle a mis en place une "République turque de Chypre-Nord" qu'elle est la seule à "reconnaître". La partie sud de l'île (République de Chypre, peuplée de Grecs) est indépendante et membre de l'ONU, de l'UE et de la zone euro. Chaque fois que la République de Chypre se manifeste sur la scène internationale, la Turquie "exige" d'être consultée, et chaque fois le reste du monde fait la sourde oreille. C'est ce qui s'est produit lorsque les Chypriotes grecs ont signé un accord avec Israël. Si Chypre-Nord était indépendante, elle pourrait avoir son mot à dire, étant donné qu'une petite partie de la zone pétrolifère concernée se trouve au large de ses côtes - carte.  (La Syrie - bel et bien indépendante, elle - est en principe dans le même cas que Chypre-Nord, mais elle ne semble pas s'intéresser au pétrole méditerranéen.)

Mais le roquet d'Ankara qui aboie sans mordre va encore plus loin : il affirme, alors que chacun sait qu'il n'en fera rien, que "la Turquie escortera à l'avenir tout bateau d'aide humanitaire aux Palestiniens de Gaza. La Méditerranée orientale cessera d'être un endroit où les forces navales israéliennes peuvent exercer impunément leurs méthodes de voyous contre des navires civils."  Tout cela est bien gentil, mais comme c'est la chaîne arabe pro-sioniste Al-Jazeera qui le rapporte, relayée en cela par les médias israéliens, Erdoğan pourra toujours s'en tirer en invoquant une "erreur de traduction".

Autre "erreur" probable : l'annonce, toujours par la presse sioniste, de la visite d'Erdo-grande-gueule à Gaza. Cette fois, c'est pour le 12 septembre - à moins qu'il n'y ait un 11 septembre entre-temps, on ne sait jamais...


9 septembre 2011 - Le peuple égyptien (pas ses dirigeants, hélas) expulse l'ambassadeur israélien - détails (voir Egypte - 9 septembre).


12 septembre 2011 - Malheureusement pour les Palestiniens, le 11 septembre est tombé cette année entre le 10 et le 12, ce qui a complètement chamboulé la feuille de route de M. Erdomuche :


Retenons : quand Erdoğan annonce qu'il va faire quelque chose, cela signifie qu'il ne le fera pas mais qu'il réitère son intention et son espoir de le faire prochainement. Par exemple, lorsque le risque d'envenimer un peu plus les relations avec Israël aura totalement disparu, lorsque le Hamas sera moins radical et lorsque l'Etat terroriste juif ne considérera plus la résistance palestinienne comme un "mouvement terroriste". Pour connaître la date approximative, voyez avec Nostradamus...


18 septembre 2011 - A côté des sionistes de 2011, Goebbels était un enfant de chœur :

Pour protester contre le recrutement par Israël de nervis judéo-fascistes "français" de la LDJ comme auxiliaires de la répression en Palestine occupée, une manifestation de 150 militants pro-palestiniens a eu lieu à l'aéroport de Roissy : compte-rendu des organisateurs (avec photos).

Le site des Patrons [voyous] juifs de France en donne l'interprétation suivante : Comme aux pires heures de l'occupation allemande.

Les slogans scandés par les manifestants : "LDJ FASCISTES, SARKOZY COMPLICE", "SARKO, GUÉANT, VOUS PARTICIPEZ AU MASSACRE D'ENFANTS", "LISTE NOIRE POUR LES CRIMINELS DE LA LDJ", ou encore "PALESTINE VIVRA, LE FASCISME NE PASSERA PAS" deviennent chez les mythomanes sionistes : "MORT AUX JUIFS" et "BRÛLEZ LES JUIFS" (Holocauste® oblige).

Pour bien apprécier, il faut ouvrir les deux pages côte à côte et les lire en parallèle - un délice...

Comme plus personne ne crie "MORT AUX JUIFS" depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les sionards sont bien obligés de le faire eux-mêmes. C'est à cela qu'on reconnaît les plus excités d'entre eux. Depuis 1945, ils sont quasiment la seule source d'antisémitisme dans le monde, et aussi le seul véritable danger qui menace les Juifs.


23 septembre 2011 - Après avoir amusé la galerie pendant plusieurs mois en annonçant son intention de proclamer un Etat palestinien (voir plus haut - 28 avril), Mahmoud Abbas n'a rien proclamé du tout. Pire encore, le "président" palestinien sabote sa propre demande de reconnaissance par l'ONU. Déposée aujourd'hui, c'est-à-dire trop tard pour être débattue et votée au cours de cette session, la demande en question ne sera examinée que dans quelques semaines, voire quelques mois. Mais Abbas se dit "prêt à attendre que le Conseil de Sécurité statue". Ce n'est qu'ensuite que "les Palestiniens devront étudier des alternatives". Chacun sait que le Conseil n'approuvera pas la demande, puisque les USA et peut-être la France et le Royaume-Uni y opposeront leur veto. La seule alternative possible, qui n'a pas à être "étudiée", sera de s'adresser à l'Assemblée Générale de l'ONU de septembre 2012, afin d'obtenir une reconnaissance de la Palestine comme "Etat non membre" (statut conférant moins de droits que celui d'Etat membre à part entière, mais davantage que celui d'observateur, que les Palestiniens détiennent depuis 1974).

Il n'est pas exclu cependant que "l'alternative" que Mahmoud Abbas compte "étudier" soit celle qui consiste à ne rien faire. C'est la seule qui assure sa survie politique, du moins pendant un certain temps. S'il avait voulu obtenir une amélioration du statut de son pays, Abbas aurait déposé sa demande d'adhésion dès le mois d'avril, pour examen par l'Assemblée Générale 2011. Compte tenu du soutien potentiel dont bénéficie la Palestine à l'ONU (90 % sans pressions extérieures, 60 % malgré de telles pressions), l'adhésion serait chose faite à l'heure qu'il est.

Le Hamas, lui, ne participe pas à ce spectacle mis en scène par Abbas et ses soutiens étrangers, sachant pertinemment qu'un Etat palestinien tel que le souhaite le "président" n'est pas viable, même dans les frontières d'avant la guerre de 1967. De toute façon, les Israéliens ne veulent pas d'un retour à de telles frontières. La position du Hamas consiste donc à dire que, puisque seule la résistance pourra faire reculer les sionistes, autant revendiquer les frontières de 1947 plutôt que celles de 1967.

Petit à petit, le choix qui se dessine à long terme pour les Juifs d'Israël n'est plus entre la situation actuelle et les deux Etats, mais entre un Etat unique multinational et un Etat unique sans Juifs.


25 septembre 2011 - A Qosrah et Douma, au sud de Naplouse, les colons juifs protégés par l'armée déracinent 400 oliviers et tuent un Palestinien qui tentait de s'y opposer.  A Gilo, colonie située entre Jérusalem et Bethléem, construction prochaine de 1.100 logements supplémentaires. Le cancer sioniste se développe de plus en plus vite.


27 septembre 2011 - A la frontière de Rafah, les autorités égyptiennes inondent un tunnel, causant la mort de trois Palestiniens - détails.


3 octobre 2011 - C'est la saison des prix...

JSS (Jewish SS) nous informe :

"Ce n'est pas que nos cerveaux soient plus développés que ceux des goyim,
mais nous savons sur qui il faut faire pression pour rafler tous les Prix Nobel.
Pas seulement en médecine, mais aussi en physique et surtout en économie.
"


4 octobre 2011 - Bientôt la présidentielle française...


VOTEZ IZRAEL...

... à moins que vous ne préfériez VOTER ISRAËL
en donnant votre voix à l'un quelconque des autres candidats
(sauf celui du Parti antisioniste, au cas improbable où sa candidature serait acceptée).



Mais le mieux, bien sûr...

... c'est encore d'élire des ÉLUS.



Pareil pour les européennes

L'EUROPE, C'EST NOUS :

("Shana Tova" signifie "Bonne année"
ou encore "Laissez-vous entuber"...)


5 octobre 2011 - A Touba Zangaria, près de Safad en Galilée (nord d'Israël), des judéo-nazis incendient une mosquée.


6 octobre 2011 - Tandis que l'admission de la Palestine à l'ONU est repoussée aux calendes grecques, l'UNESCO (à l'abri des vetos) reconnaît la Palestine comme un Etat à part entière. Fureur des Etats-Unis qui menacent de cesser leur contribution financière, une arme déjà utilisée par eux au cours des années 1970-80 pour "punir" cette organisation pas assez pro-américaine à leurs yeux.


18 octobre 2011 - En échange d'un tsahalo capturé par le Hamas en 2006, l'Etat terroriste juif libère 477 prisonniers palestiniens dont certains étaient séquestrés dans le goulag sioniste depuis vingt ans. 550 autres Palestiniens seront paraît-il remis en liberté le 18 décembre en vertu d'une promesse israélienne. Laquelle promesse est couverte par la prière du Kol Nidreï de septembre 2011 déclarant "non valides, annulés, dissous, nuls et non avenus" tous les engagements et serments de l'année juive à venir : "Nous les rétractons ; qu'ils n'aient ni force ni valeur..." - voir ici : Ancien Testament et Talmud.

Parmi les 477 prisonniers libérés (environ 3 % du total des détenus), 133 ont été "autorisés" à retourner chez eux à Gaza, 117 en Cisjordanie et 15 à Jérusalem-Est. Sur les 212 restants, 164 ont été refoulés vers Gaza (alors qu'ils sont de Cisjordanie) et 48 expulsés vers la Syrie, la Turquie ou le Qatar.

Le bruit court que Salah Hamouri, citoyen français d'origine palestinienne kidnappé en 2005, et qui devait sortir de prison le 28 novembre, sera lui aussi "libéré" le 18 décembre, c'est-à-dire trois semaines plus tard que prévu... et à condition que la prière talmudique ne joue pas en sa défaveur - voir cet article d'Allain Jules. (A ce propos, il faut rappeler que le dissident israélien Vanunu, enlevé par le Mossad en 1986 et condamné à 18 ans de prison, a été "libéré" en 2004 mais n'est toujours pas en liberté, vu que l'Etat voyou l'a assigné à résidence et refuse de le laisser quitter Israël).


25 octobre 2011 - La légende dorée du sionisme  par Aline de Diéguez (lire en particulier "Saint Guilad Shalit, priez pour nous" et "Notre compatriote Salah Hamouri").


26 octobre 2011 - Erdoğan, pour montrer à quel point il est "opposé" à Israël, sollicite l'aide de l'Etat voyou juif après le tremblement de terre de Van (Anatolie orientale). Tel Aviv accepte aussitôt, vu que la pénurie d'organes humains se fait durement sentir depuis quelque temps. La Justice américaine poursuit en effet les trafiquants israéliens : à Trenton (New Jersey) un certain Levy Izhak Rosenbaum est jugé ces jours-ci pour vente illégale de trois reins à 100.000 dollars pièce. (Voir aussi Août 2009 - Voleurs et trafiquants d'organes - une histoire sans fin...)


27 octobre 2011 - Gilad Atzmon parle de son livre « The Wandering Who ? » - interview réalisée par Silvia Cattori.

Tout l'inverse de Gilad Atzmon : Pour penser une nouvelle hasbara  par Ori Haaker-Chijner, champion du monde de masturbation verbale casher et professeur diplômé de hasbaratin sioniste.

"S'il est bien un endroit unique et à nul autre pareil sur cette planète que nous nommons Terre, c'est bien ici, Israël...  Nous sommes devenus l'exemple d'une démocratie accomplie où chacun quel qu'il soit a sa place, en s'ancrant sur nos convictions, sur nos traditions, sur des faits historiques irréfutables, sur une éthique de l'Etat et de l'armée, sur un Etat de droit sans égal dans le monde et dans l'Histoire...  Ce que nous avons accompli, nul ne l'a accompli avant nous, nul ne l'accomplira après nous...  Chaque fois que nous avons voulu être une nation parmi les nations, ce qui, par ailleurs, est légitime, nous avons subi terreur, agressions, calomnies, guerres, massacres...  Nous avons raison, nous sommes effectivement dans notre plein droit...  Nous ne colonisons pas, nous réinvestissons notre espace... Il est temps, maintenant et non demain, que nous renforcions la hasbara et qu'elle devienne une priorité nationale comme élément essentiel de notre défense..."


29 octobre 2011 - Les terroristes de Tel Aviv massacrent une douzaine de Palestiniens à Gaza et crient à l'Holocauste® lorsque la résistance réplique par quelques tirs de roquettes. Il y aurait paraît-il un mort israélien, mais comme c'est à Ashdod, à 40 km du ghetto, les doutes sont permis (voir plus haut - 20 août).

Pour "expliquer" la plus grande portée des roquettes palestiniennes, les mythomanes sionistes (notamment Guysen) prétendent qu'il s'agit de Grad-BM-21 mises au point en URSS dans les années 1960. Un coup d'œil sur la page Wikipédia correspondante permet de mesurer le degré de chutzpahtitude de cette affirmation :



C'est ce type de roquettes que les méchants Gazaouis lancent sur les pauvres Israéliens.
La propagande sioniste ne nous dit pas si ces armes sont fabriquées sur place à Gaza
où si elles sont acheminées depuis l'Egypte via les tunnels de contrebande de Rafah.
Rappelons que selon cette même propagande, il existe au moins 600 tunnels répartis sur 14 km,
soit un tunnel tous les 23 mètres*. On ignore combien de ces tunnels sont assez larges et assez hauts
pour permettre le passage des camions et des batteries qui les équipent.

* Quand ils sont en forme, les sionistes parlent même d'un millier de tunnels, soit un tous les 14 mètres.

30 octobre 2011 - Peut-on, en 2011, dire qu'il y a beaucoup de Juifs à Wall Street, à Hollywood et dans tous les centres du pouvoir, que les Juifs sont le groupe "religieux" le plus riche des Etats-Unis, que les Juifs américains constituent un des groupes ethniques les plus fortunés de la planète*, que les Juifs gagnent 72 % de plus que la moyenne, qu'un tiers des étudiants dans les universités américaines sont juifs, etc. etc. ?...  Non, bien sûr, sauf quand on est tantisémite ou quand on s'appelle Goldstein et qu'on écrit pour la rubrique "Money/Jewish Business" du site israélien Ynetnews :  How did American Jews get so rich ? (Comment ont fait les Juifs américains pour devenir si riches ?)**

* On se demande bien quel autre groupe ethnique pourrait bien être aussi fortuné ou plus fortuné... L'article de Goldstein, malgré ses "révélations", cache beaucoup de choses et applique à sa façon - très discrètement - la méthode Haaker-Chijner (voir un peu plus haut - 27 octobre).

** Bonne question. Dommage que Goldstein ne fournisse pas la bonne réponse...  Enfin, il ne faut pas se plaindre, on ne peut pas tout avoir à la fois...



31 octobre 2011 - A l'UNESCO, vote formel sur l'adhésion de la Palestine. Sur 194 Etats membres, 107 approuvent, 14 refusent, 52 s'abstiennent et 21 ne prennent pas part au vote. La Palestine devient ainsi le 195ème Etat membre. Cette victoire - purement symbolique - est obtenue malgré les incroyables pressions exercées sur les participants par le petit Etat voyou juif de Tel Aviv et le grand de Washington, et malgré une sionisation avancée de l'UNESCO (pour preuve voir ici, sur le site de l'organisation : L'éducation pour perpétuer la mémoire de l'Holocauste®).  Surprise du jour : la France a voté pour l'admission de la Palestine. L'Allemagne et le Canada, évidemment contre. L'Italie et le Royaume-Uni se sont abstenus.

Les USA vont suspendre le paiement de leur cotisation (22 % des recettes). Si l'UNESCO etait conséquente, elle exclurait ce pays de ses rangs, et renverrait tous les fonctionnaires et employés américains surpayés pour les remplacer éventuellement par des ressortissants de pays qui respectent leurs engagements. On pourrait aussi, pour compenser le trou dans le budget, supprimer toutes les activités holocaustiques imposées par les sionistes. Mais bien sûr, tout cela ne risque pas de se produire.


1er novembre 2011 - On apprend que Salah Hamouri (voir plus haut - 18 octobre) ne sera relâché ni le 28 novembre ni le 18 décembre, mais le 12 mars prochain : juré, craché, promis, sioniste qui s'en dédit...  Les places vides laissées dans le goulag israélien après la libération des 477 otages palestiniens commencent à se remplir de nouveau. Les tsahalos kidnappent des gens presque tous les jours, y compris des enfants et des détenus relâchés quelques semaines plus tôt. Et comme le signale Al-Manar, "une vingtaine des 74 députés du Hamas, sur 132 membres du Conseil législatif palestinien, sont actuellement détenus par l'entité sioniste".

Le vrai visage de l'occupation : "Un avocat de Naplouse, membre du Fatah, condamné à 30 ans de prison... Tribunaux illégaux, mascarade judiciaire, répression des opposants : l'occupant a de plus en plus de mal à cacher son visage de dictateur affolé..."


2 novembre 2011 - Nouvel acte de piraterie de la marine israélienne dans les eaux internationales à 100 km au large de Gaza. Deux bateaux en route pour le ghetto, avec à leur bord 27 militants de neuf pays différents (dont un Israélien), sont arraisonnés et conduits de force à Ashdod. Partis de Turquie, ils transportaient des médicaments destinés aux Palestiniens. La question à 10 livres turques : Erdoğan, qui avait promis le 8 septembre que sa marine escorterait à l'avenir tout bateau d'aide humanitaire pour Gaza, a-t-il tenu sa promesse ?...

Voir également un peu plus bas : 8 novembre.


5 novembre 2011 - L'hystérie sioniste anti-iranienne atteint des sommets inégalés, menaçant Téhéran d'une guerre imminente. Bien que les judéo-nazis de Tel Aviv n'annoncent jamais leurs agressions avant de les déclencher, la prudence est de mise. Peut-être s'agit-il d'une diversion destinée à masquer une opération contre la Syrie.

Israeli Doctors : Torturing the Hippocratic Oath - comment les médecins israéliens, complices de la torture pratiquée par la police et les services secrets, torturent en même temps le serment d'Hippocrate qu'ils ont prêté au début de leur carrière, où plutôt l'équivalent sioniste de ce serment - en hébreu : serment d'hypocrite (couvert par la prière juive du Kol Nidreï - voir plus haut 18 octobre).


7 novembre 2011 - Le scandale "antisémite" de la semaine date de la semaine précédente :


LES LARBINS D'ISRAËL NE SONT PLUS CE QU'ILS ÉTAIENT

Conversation "privée" en marge du G20 de Cannes (ils pensaient que le micro était débranché)

Le quotidien israélien Maariv annonce la construction prochaine, à Jérusalem, de 60.718 nouveaux logements réservés aux Juifs, dont 52.300 dans le secteur oriental de la ville.


8 novembre 2011 - Le détournement violent et dangereux de la flotille 'Vagues de la Liberté' par Israël :  "Contrairement aux affirmations israéliennes prétendant que leur acte de piraterie [du 2 novembre] dans les eaux internationales s'est déroulé le plus paisiblement du monde, les passagers des bateaux irlandais et canadien emmenés de force à Ashdod, donnent une autre version des faits."

Pas très nouveau mais toujours bon à rappeler : Les citations poétiques des sionistes


12 novembre 2011 - Au Caire, la Ligue arabe prononce l'exclusion de la Syrie par 18 voix contre trois (Syrie, Liban, Yémen) et une abstention (Irak). Parmi les 18 votes hostiles à Damas, on compte celui de la Palestine de Mahmoud Abbas - à Tel Aviv, on est plié en deux... A l'UNO, la Syrie a portant toujours soutenu les Palestiniens, et tout récemment encore, le 31 octobre, à l'UNESCO.


25 novembre 2011 - La soldatesque israélienne détruit une maison palestinienne (vidéo)


30 novembre 2011 -  ALERTE !!!  La localité la plus zantisémite du monde se trouve dans le New Jersey : 'Kristallnacht' In Highland Park, Man Arrested. Dans cette paisible petite bourgade située à moins de cent kilomètres de Jew York, la population, composée de Juifs de toutes origines, a vécu les affres d'une nouvelle Nuit de Cristal. De nombreuses vitrines de commerces juifs et autres restaurants casher ont été vandalisées. A tel point que même la Ligue "anti-diffamation" (ADL) a tiré la sonnette d'alarme. Heureusement, la police a vite arrêté le nazi coupable de ces antisémitiques exactions : un certain Richard Green, juif lui aussi - on n'est jamais si bien servi que par soi-même...  En France, on connaît depuis longtemps ce genre d'agressions bidon : affaire du RER, etc... Aux Etats-Unis, elles sont relativement rares mais pas nouvelles : Une étudiante juive de la George Washington University "découvre" des croix gammées... qu'elle avait elle-même dessinées sur les murs.


2 décembre 2011 - L'Allemagne annonce qu'elle va fournir gratuitement à Israël un sixième sous-marin capable de transporter des armes nucléaires.


9 décembre 2011 - Des attaques israéliennes contre Gaza font trois morts et une vingtaine de blessés. A Jérusalem-Est, on continue de démolir des maisons palestiniennes.


18 décembre 2011 - L'Etat terroriste juif relâche 550 otages, dont Salah Hamouri (voir 1er novembre). C'est paraît-il à la demande de l'Elysée que Tel Aviv aurait renoncé à le garder jusqu'en mars 2012. Mais pendant plus de six ans, ni Sarkozy ni son prédécesseur Chirac n'ont rien fait pour faire libérer ce citoyen français séquestré en Israël.

Parmi les 550 prisonniers relâchés se trouvent six femmes et 55 jeunes âgés de 14 à 17 ans. Selon l'Association de défense des prisonniers palestiniens (Addameer), 470 autres Palestiniens ont été arrêtés par les Israéliens entre le 18 octobre et le 12 décembre, dont 11 femmes et 70 enfants. On voit que le goulag sioniste ne désemplit pas...

Salah Hamouri avait été arrêté en 2005 et condamné sans preuves pour délit d'intention ("avoir projeté de tuer le rabbin Ovadia Yosef"). Yosef est un judéo-nazi notoire (voir 27 août 2010).


20 décembre 2011 - A peine libéré, Hamouri est violemment attaqué par le lobby sioniste. Le parrain du CRIF (Crapules Racistes Israéliennes de France) l'accuse d'avoir déclaré à des journalistes : "Le rabbin Ovadia Yosef mérite la mort" - une pure invention de ce salopard. La presse sionisée, qui a fait le black-out sur la séquestration de Salah Hamouri jusqu'à une date récente, reprend cette calomnie et brode à sa façon. Le pressetitué sioniste David Putejadas (France 2) annonce que "le soldat franco-palestinien Salah Hamouri est rentré à Gaza" (sic).

Salah Hamouri : Je n'ai pas été défendu comme un vrai citoyen français

En Israël, le rabbin facho a beaucoup de partisans. A tel point qu'il existe même des bus casher. On y tolère les femmes juives à condition qu'elles prennent place au fond du véhicule, un peu comme aux Etats-Unis dans les années 1960, à l'époque de la ségrégation raciale ("Blacks must ride in the back of the bus"). Plusieurs de ces femmes israéliennes discriminées ont saisi la "Justice" de leur pays. Après des années de procédure, la Cour suprême a donné raison aux ségrégateurs barbus. Bien qu'un tiers des juges de ce tribunal soient des femmes, les affaires impliquant la religion se terminent toujours de cette façon. La charia juive a un nom : halakha.

Et pendant ce temps-là...

22 décembre 2011 - Après avoir humilié leur caniche Erdoğan dans l'affaire de la flottille, les sionistes en remettent une couche, à Paris cette fois. Ils font voter par leurs sayanim du Parlement des territoires occupés de Judée-Sarkozie une loi mémorielle interdisant la "négation" du Génocide arménien® sous peine d'un an de prison et de 45.000 euros d'amende. Le Génocide arménien® est certes un "fait historique avéré et irréfutable", mais moins prestigieux que l'Holocauste®, qui reste inégalé.

En réaction à cette mesure, Merdoğan le sans-couilles fait mine de "menacer" la France... qui s'en fout éperdument. Il en faudrait plus pour émouvoir la caste politique hexagonale, par exemple que la Turquie place sous le coup de la loi la négation des génocides perpétrés par la France au cours de son histoire : esclavage, Algérie, Indochine, etc. (voir la liste des crimes de guerre français depuis 1945).


23 décembre 2011 - Jérusalem : Des colons sionistes prennent d'assaut la mosquée d'Al-Aqsa, appuyés par la police d'occupation et encouragés par leurs rabbins.


24 décembre 2011 - "Allez tous vous faire voir..."

Sur le site du parti "communiste" français, section Bassin d'Arcachon, on peut lire, en guise de cadeau de Noël, la prose d'une certaine Danielle Bleitrach (73 ans), sous le titre  "Allez tous vous faire voir... A bas le monothéisme, fêtons le solstice d'hiver..."

Bleitrach écrit notamment : "Je tiens à cette expérience humaine qui est d'être juif. Je trouve à tout bien considérer QU'IL EST PLUS HONORABLE historiquement d'être juif que d'être un goy. Voila un peuple... c'est-à-dire une réalité historique, qui a subi une oppression continuelle, des pogromes, une injustice incroyable et qui a répondu à cela en produisant le plus grand nombre de savants (25 % des prix Nobel sont juifs alors qu'il n'y a que 13 millions de Juifs), de médecins, de biologistes, de physiciens, de mathématiciens, d'artistes, de musiciens, de philosophes, etc... sans parler des économistes, parce que vous noterez que 95 % des gens qui dénoncent les malversations financières avec quelques compétences sont également juifs..."

En réalité, bien sûr, 95 % des gens qui dénoncent les malversations financières ne sont pas juifs. Mais Bleitrach ne retient que ceux à qui elle attribue "quelques compétences", la première de ces "compétences" consistant justement à être juif et à ne pas mentionner l'appartenance ethnico-religieuse des escrocs.

Dans son énumération sionistiquement correcte, Danielle Bleitrach oublie de mentionner le pourcentage de physiciens juifs dans l'équipe ayant mis au point la bombe atomique qui permit d'holocauster 300.000 civils à Hiroshima et Nagasaki, ainsi que le pourcentage de médecins juifs impliqués dans le vol et le trafic d'organes humains, le pourcentage de rabbins pédophiles, le pourcentage "d'artistes" juifs dans le porno (85 % si l'on en croit Al Goldstein, qui sait de quoi il parle puisqu'il est un de ceux qui font "travailler" ces "artistes"), le pourcentage de Juifs parmi les violeurs de femmes de chambre des grands hôtels de New York, le pourcentage de financiers et autres banksters juifs de Wall Street, le pourcentage d'enfumeurs juifs à Hollywood, le pourcentage de Juifs dans le monde de l'information (ou plutôt de la désinformation), le pourcentage de Juifs parmi les milliardaires et, plus généralement, dans tous les domaines où il y a beaucoup d'argent à gagner, le pourcentage d'avocats juifs véreux, le pourcentage de psychanalystes, "thérapeutes" et autres psycho-fumistes juifs, le pourcentage de bellicistes juifs dans l'équipe présidentielle d'Obama, le pourcentage de criminels de guerre et de spoliateurs juifs en Israël et ailleurs dans le monde, etc. etc...  Pour abréger, disons simplement que dans tous les secteurs dominés par le profit, l'exploitation, la malfaisance, le vice et la perversion, le pourcentage de Juifs dépasse de beaucoup les 0,18 % que représentent 13 millions de Juifs sur 7 milliards de goyim.

Que les activités exercées par les Juifs soient nuisibles ou qu'elles soient utiles, peu importe, le fait que l'accès aux postes lucratifs se fasse par cooptation, explique que l'on retrouve toujours les mêmes en première ligne.

Pour ce qui est de la "réalité historique", Bleitrach devrait se reporter au livre Comment le peuple juif fut inventé de Shlomo Sand ou à Histoire juive - Religion juive d'Israël Shahak - voir ici. Quant à "l'oppression continuelle" dont elle parle, on pourrait citer Gilad Atzmon qui dénonce "l'incompréhension politique juive de la notion d'histoire et de causalité historique. D'un point de vue juif, l'histoire commence toujours là où l'on détecte les premiers signes de souffrance juive..."  Faut-il que les Juifs non-conformistes (donc "antisémites") Sand, Shahak et Atzmon aillent eux aussi "se faire voir" ?...

Toujours dans le domaine de "l'oppression continuelle", Bleitrach devrait lire Bernard Lazare, un écrivain juif d'avant le sionisme. Dans son livre L'Antisémitisme, son histoire et ses causes (1894), il écrit :

"Partout où les Juifs, cessant d'être une nation prête à défendre sa liberté et son indépendance, se sont établis, partout s'est développé l'antisémitisme ou plutôt l'antijudaïsme, car antisémitisme est un mot mal choisi, qui n'a eu sa raison d'être que de notre temps, quand on a voulu élargir cette lutte du Juif et des peuples chrétiens, et lui donner une philosophie en même temps qu'une raison plus métaphysique que matérielle."

"Si cette hostilité, cette répugnance même, ne s'étaient exercées vis-à-vis des juifs qu'en un temps et en un pays, il serait facile de démêler les causes restreintes de ces colères ; mais cette race a été, au contraire, en butte à la haine de tous les peuples au milieu desquels elle s'est établie. Il faut donc, puisque les ennemis des Juifs appartenaient aux races les plus diverses, qu'ils vivaient dans des contrées fort éloignées les unes des autres, qu'ils étaient régis par des lois différentes, gouvernés par des principes opposés, qu'ils n'avaient ni les mêmes mœurs, ni les mêmes coutumes, qu'ils étaient animés d'esprits dissemblables ne leur permettant pas de juger également de toutes choses, il faut donc que les causes générales de l'antisémitisme aient toujours résidé en Israël même et non chez ceux qui le combattirent."

"Ceci n'est pas pour affirmer que les persécuteurs des Israélites eurent toujours le droit de leur côté, ni qu'ils ne se livrèrent pas à tous les excès que comportent les haines vives, mais pour poser en principe que les Juifs causèrent - en partie du moins - leurs maux."

En ce qui concerne les philosophes que mentionne également Bleitrach, gageons qu'elle fait allusion à Bernard-Henri Lévy - Spinoza, lui, avait rejeté l'obscurantisme juif...

Danielle Bleitrach, qui se dit "communiste", a été, selon Wikipédia, membre du Comité central, puis du Comité national du PCF de 1981 à 1996. Autrement dit, elle est coresponsable du déclin et de la quasi-disparition de ce parti. Elle n'a probablement jamais rien compris au marxisme et n'a jamais lu Karl Marx, surtout pas ce que ce vrai communiste (d'origine juive) écrivait sur la "question juive" - voir Marx, judaïsme, sionisme. Pour Bleitrach, la lutte des classes se déroule entre l'honorable classe juive (qui réunit Rothschild et le mendiant juif) et la méprisable classe des 7 milliards de goyim antisémites haineux.

Bleitrach prétend qu'elle n'a jamais été sioniste parce qu'elle ne croit pas au peuple élu, mais chaque ligne de son article prouve le contraire. Elle se range elle-même parmi les meilleurs défenseurs de la cause palestinienne, mais son sionisme "de gauche" empêche l'émancipation des Palestiniens. Elle est ce que Gilad Atzmon appelle une "antisioniste sioniste" (dans son livre The Wandering Who ? - voir plus haut 27 octobre).  Et à l'instar des pires représentants de l'aile droite du clan sioniste, Bleitrach considère que le président iranien est "une pure saloperie qui finance toutes les crapules négationnistes qui passent à sa portée."

Son attaque du "monothéisme", annoncée dans le titre, se limite en fait à attaquer le christianisme. Pas un mot contre le judaïsme, forcément, puisqu'il est "PLUS HONORABLE historiquement"...

Pour terminer, encore une citation qui montre bien le niveau de cette "communiste" :  "Je ne veux pas devenir aussi con que les goyim qui nous ont persécutés pendant deux mille ans*, ce serait le pire malheur. Et je crains qu'Israël, cela soit cela et rien d'autre, la conversion massive des Juifs en goyim de la pire espèce, celle que chaque Juif a considéré pendant 2.000 ans comme le pire mélange de cruauté et d'imbécilité qui se puisse imaginer..."  Question connerie et imbécilité, on voit qu'elle n'a rien à envier à personne, elle reste imbattable...

* Deux mille ans de persécutions, ça fait quand même beaucoup pour une descendante de Khazars...


31 décembre 2011 - Au cours de l'année 2011, environ 180 Palestiniens ont été tués par l'armée d'occupation ou les colons juifs, dont 120 dans le ghetto de Gaza.

Israël accuse l'UE d'antisémitisme à cause d'un rapport sur la situation des Arabes d'Israël publié il y a une quinzaine de jours. Commentaire du chef de la "diplomatie" israélienne, Avigdor Lieberman (alias Avidgoret) : "Ce rapport est plein d'hypocrisie. Il reflète un vrai antisémitisme et le refus de reconnaître Israël comme l'Etat du peuple juif..."

Israël a l'intention de réclamer 300 milliards de dollars de "dédommagements" à ses voisins. L'Arabie Saoudite devra à elle seule payer plus de 100 milliards pour les biens soi-disant "volés" aux pauvres juifs depuis l'époque de l'antisémitissime prophète Mahomet (7ème siècle).  On commence à comprendre le véritable but de la révolu-sion de 2011...  (A propos des prétendues "expulsions" de Juifs par les pays arabes, voir ici : Faussaires.)



En jaune : les territoires juifs volés par les méchants Arabes

2 janvier 2012 - Après avoir surmonté la période critique marquée par les fêtes antisémites occidentales commémorant la naissance du faux messie judéophobe et le passage à la nouvelle année "après Jésus-Christ", les pauvres Israéliens peuvent respirer un peu et se consacrer à leurs activités favorites : préparation de la nouvelle guerre sioniste et chasse aux abominables signes religieux non-juifs.

Le pire d'entre eux, la croix (maudite soit-elle), refuse toujours de disparaître malgré les efforts entrepris en direction des nations goyiques. Apparemment, la recommandation du Talmud de cracher chaque fois qu'on passe devant une église ou à portée d'un crucifix, ne produit pas l'effet voulu - voir cet article d'Israel Shahak (1933-2001) sur la haine juive antichrétienne : Jewish hatred towards christianity.

Shahak mentionne un détail assez cocasse : les fanatiques religieux israéliens ont fait interdire, dans les écoles et même au-delà, l'emploi du signe + en arithmétique, car il ressemble un peu trop à la croix abhorrée. A la place, on utilise un T à l'envers ().


1 1 = 2

L'affaire du siècle : un taille-crayon offert pour un acheté

12 janvier 2012 - A Tel Aviv, un tribunal judéo-honteux déclare quatre Israéliens coupables de trafic d'êtres humains dans ce qui fut "une des plus complexes et des plus vastes affaires de ces dernières années, sinon de tous les temps".  Et pourtant, ces pauvres Juifs n'avaient rien fait de mal, juste procuré à quelques milliers de jeunes femmes de Russie, d'Ukraine, de Biélorussie, de Moldavie et d'Ouzbékistan, des emplois dans divers établissements d'Israël, de Chypre, de Belgique et d'Angleterre. Les conditions de travail étaient très humaines, malgré un salaire inexistant ou extrêmement bas afin de rembourser les frais d'embauche et de transport...

La preuve que cette histoire est sans importance : Danielle Bleitrach n'en parle pas dans son article (voir plus haut 24.12.11), pas plus d'ailleurs que la chaîne sioniste CNN, championne de la liberté et de la lutte contre l'esclavage des temps modernes. Profitons de l'occasion pour rappeler que, contrairement à ce que prétendent les zantisémites, les Juifs n'ont jamais été des esclavagistes mais au contraire des victimes de l'esclavagerie.


17 janvier 2012 - Recrudescence oblige, la presse annonce qu'à Paris un rabbin influent a été placé en garde à vue pour viol. L'homme en question est Daniel Farhi, père de l'imposteur juif Gabriel Farhi, également rabbin, qui s'était fait remarquer en janvier 2003 comme victime et auteur d'une agression antisémite bidon.


18 janvier 2012 - Deux morts palestiniens à Gaza suite à un raid israélien.

A la rubrique "Amitiés israélo-turques", on apprend aujourd'hui que les drones sionistes espionnent l'armée turque pour le PKK et que les attaques de cette organisation kurde contre les bases militaires turques sont bien organisées avec le soutien d'Israël. Bravo, voilà qui devrait inciter M. Merdoğan à s'engager plus avant contre la Syrie...

Aux Etats-Unis, ce sont encore et toujours les Juifs qui souffrent. Après le New Jersey (voir 30.11.11), le tsunami de l'antisémitisme nauséabond a maintenant atteint New York. Là c'est un certain David Haddad qui télephone à sa mère de 80 ans et à d'autres octogénaires juives pour leur dire que tous les Juifs devraient crever et aller en enfer. (Il y a donc un enfer juif ?...) Quand il ne passe pas de coups de fil haineux, Haddad dessine des croix gammées sur les murs des immeubles et les portes des appartements habités par des Juifs.  Il faut dire que depuis que les affaires périclitent, il s'ennuie un peu et essaie de se rendre utile à la communauté. C'est réussi...


20 janvier 2012 - Guerres juives par procuration :

19ème siècle :  Hong Kong and the Sassoon Opium Wars  (par Peter Myers et Israel Shamir).  Ou comment David Ben Sassoon (1792-1864) amassa une gigantesque fortune en poussant les Anglais à mener pour lui deux guerres coloniales contre la Chine dans le but de légaliser le commerce de l'opium dont il avait le monopole.

21ème siècle :  Helping the Jewish state obliterate its enemies  (une recommandation d'Andrew Adler, Atlanta Jewish Times).  Si les Etats-Unis n'anéantissent pas l'Iran pour "aider" Israël, le Mossad devra assassiner Barack Obama pour le remplacer par un président plus docile qui exécutera sans délai les ordres de Tel Aviv.

Les Sassoon du 19ème siècle étaient puissants mais ils n'auraient jamais osé assassiner la reine Victoria sous prétexte qu'elle tardait à leur obéir. Leurs successeurs d'aujourd'hui sont cent fois plus riches et plus influents. Leur arrogance et leur chtuzpah de psychopathes pervers ne connaissent plus aucune limite.


9 février 2012 - A Doha, le Hamas et le Fatah signent de nouveau un accord qu'ils avaient déjà "conclu" dix mois plus tôt - voir 28 avril 2011. Cette fois, c'est sous l'égide de l'émir pro-sioniste du Qatar, bras armé d'Israël en Libye, en Syrie et ailleurs dans le monde arabe, que les deux partis palestiniens, ou plutôt leurs chefs Khaled Mechaal et Mahmoud Abbas, décident la formation d'un gouvernement provisoire commun, en attendant des élections générales qui auront lieu lorsque Tel Aviv donnera son feu vert (date prévue : entre les calendes grecques et la Saint-Glinglin). Mahmoud Collabbas est nommé "chef du gouvernement", alors qu'il est déjà, en théorie, "président" palestinien (mandat échu en 2009 et jamais renouvelé). Les 31 députés du Hamas de Gaza refusent de reconnaître "l'accord" de Doha (dans l'ensemble de la Palestine, le parti islamique dispose de 74 députés sur 132, soit 56 %, mais beaucoup croupissent dans le goulag sioniste). La réinfiltration des institutions gazaouies par les créatures d'Israël risque donc de se heurter à une certaine résistance sur le terrain. Quant au rôle exact joué par Mechaal, on est en droit de se poser des questions...


10 février 2012 - L'Etat terroriste juif a "demandé" à la République de Chypre de lui concéder une base aérienne, Vu que ce pays ne se trouve qu'à quelques minutes de vol d'Israël, on ne voit pas très bien l'utilité militaire d'une telle base. Elle a probablement pour fonction de renforcer la domination politique sur le gouvernement de Nicosie, domination évidente depuis le récent "partage" des ressources pétrolières maritimes (voir plus haut 9 janvier 2011).

L'indépendance de Chypre n'est plus qu'un souvenir lointain : l'île fait partie de l'UE et de la zone euro, et elle n'a jamais pu se débarrasser totalement de l'occupation britannique. L'ancienne puissance coloniale anglaise (jusqu'en 1960) dispose encore de deux bases couvrant plus de 250 km2, soit 3 % du territoire national - c'est comme si un pays étranger occupait militairement trois départements français).

Dans la perspective d'une prochaine guerre israélienne contre l'Iran, Téhéran a fait savoir que tout pays autorisant une attaque depuis son sol serait lui-même considéré comme un agresseur et s'exposerait à des représailles. Si l'Iran tient parole, les Chypriotes risquent de trinquer...



18 février 2012

VOUS PROPOSE SA DEVINETTE « KARAMBOLAGE » DE LA SEMAINE :


Regardez attentivement ces deux photos et dites-nous laquelle a été prise en France, laquelle en Allemagne.

Où se cache l'indice ?...  Atten-sion, concentrez-vous bien ; cette semaine, c'est très difficile.


   

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

Les trois premières bonnes réponses seront récompensées par un bon de réduc-sion de 5 %
sur le billet d'entrée à l'une des institu-sion-s représentées ci-dessus.

Bonne chance - Mazel Tov - Viel Glück


24 février 2012 - A Jérusalem, des colons juifs prennent d'assaut la mosquée Al-Aqsa, protégés par la police et l'armée israéliennes. Plusieurs Palestiniens sont arrêtés, un autre tué.


25 février 2012 -  En rapport avec l'affaire syrienne, Ismaïl Haniyeh, dirigeant du Hamas et "Premier ministre" palestinien, se range dans le camp anti-Assad et déclare au Caire : "Je salue le peuple héroïque de Syrie qui aspire à la liberté, la démocratie et la réforme..."  De toute évidence, ses "amis" et financiers islamo-révolu-sionistes ont fait pression sur lui pour qu'il s'aligne sur les positions prêchées par les dictatures du Golfe. Le Hamas a d'ailleurs soutenu dès le départ les "printemps arabes" et l'agression militaire contre la Libye. (Assad lui-même s'y est mis un peu plus tard - voir lien précédent : Syrie 16.09.11. Inutile de dire qu'il n'a pas été payé de retour, bien au contraire...)

Tout cela montre encore une fois que les victimes arabo-musulmanes du sionisme sont parfaitement incapables de se solidariser entre elles ou même, tout simplement, de voir plus loin que le bout de leur nez. Pas étonnant qu'elles soient vaincues les unes après les autres...  En ce qui concerne le Hamas, il faut rapprocher le comportement d'Ismaïl Haniyeh de celui de Khaled Mechaal (voir un peu plus haut : 9 février 2012). Il semblerait qu'il y ait, au sein de cette organisation, des divergences entre le sommet et la base. Il n'est pas certain que celle-ci soit disposée à refaire du Hamas ce qu'il était avant son émancipation de la tutelle sioniste (on sait qu'à l'origine, ce parti religieux avait été fondé avec l'aide du Mossad afin de nuire à l'OLP laïque de Yasser Arafat).

Après un an de "révolution" égyptienne, rien n'a changé pour les séquestrés du ghetto de Gaza : la frontière de Rafah est toujours pratiquement bouclée. Peu importe qui est au pouvoir au Caire (Moubarak, militaires ou islamistes), c'est encore et toujours Tel Aviv qui fait la loi.



OCCUPA-SION - SOUMIS-SION - DOMINA-SION :

Un parlement juif dans l'UE
(article et lien vidéo)

Prochaine étape : dissolu-sion du Parlement non-juif devenu inutile...


1er mars 2012 - Bien dit !...

Baroness Jenny Tonge : "Israel will not go on for ever"  (article et vidéo - voir à partir de 1:50)

Cette baronne anglaise de 71 ans qui siège à la Chambre des Lords a mis en colère le Premier ministre David Cameron (descendant direct de Moïse), son coreligionaire et "rival" Miliband (chef de l'opposition) et tout le reste du lobby innommable, en déclarant au cours d'un débat : "Israël n'existera pas éternellement... Un beau jour, les Etats-Unis en auront plein le dos de donner chaque année 70 milliards [de livres = 80 milliards d'euros] à Israël rien que pour avoir un porte-avions terrestre au Moyen-Orient. Un beau jour, le peuple américain dira au lobby israélien : trop, c'est trop...  Ça ne va pas continuer comme ça éternellement... Israël perdra ses soutiens et finira par récolter ce qu'il a semé..."

Si ça pouvait être vrai...

Jenny Tonge s'est souvent distinguée dans le passé par ses prises de position anti-israéliennes, par exemple en novembre 2010 ("Israël est la principale cause du terrorisme planétaire"), en février 2010 (mise en cause des voleurs et trafiquants d'organes israéliens après le tremblement de terre d'Haïti), en mars 2009 (rencontre avec un dirigeant du Hamas en Syrie), ou encore en janvier 2009 (dénonciation des crimes sionistes à Gaza), etc. etc...

Le 29 février 2012, Jenny Tonge a été poussée à démissionner du parti libéral-démocrate (Lib Dems) dont elle était membre et députée depuis sa fondation en 1988, après avoir œuvré plus de dix ans pour le parti libéral (prédécesseur des Lib Dems). Dès 2006, sachant à quoi s'en tenir, elle disait : "Le lobby pro-israélien a mis le grappin sur le monde occidental, et je pense qu'il l'a mis également sur notre parti."


8 mars 2012

JOURNÉE INTERNA-SION-ALE DES FEMMES :


Vu sur le site des Patrons [voyous] juifs de France

Quant il s'agit d'aller massacrer des civils palestiniens, libanais (et bientôt syriens et iraniens),
les tsahalopes israéliennes ont exactement les mêmes droits que leurs collègues tsahalos.
C'est ça la véritable égalité...

10 mars 2012 - Attaques aériennes contre le ghetto de Gaza : 20 morts et 50 blessés palestiniens en deux jours. C'est l'occasion pour les tsahalopes de montrer quelle place elles occupent dans la société du crime.

Dans les jours suivants, les bombardements continuent, faisant de nouveaux morts. Comme toujours, les sionistes invoquent les roquettes palestiniennes qui, paraît-il, "menacent un million d'Israéliens" (pourquoi pas six millions ?...)  Et comme toujours, aucun mort, aucun blessé, aucun dégât côté israélien.


INQUIÉTONS-NOUS :


Source : Patrons [voyous] juifs de France

Il semblerait que le pays le plus antisémitique de la galaxie veuille
imposer le port de l'étoile jaune aux pauvres Juifs d'Europe (photo).

Malgré son nom étrange (Sultan = Turcs = berk),
l'auteur de l'article, rassurez-vous, est 100 % sioniste.

26 mars 2012 - Le mythe du traitement préférentiel des chrétiens de Palestine par Israël  par Fida Jiryis (chrétienne palestinienne vivant à l'intérieur d'Israël) :  "Le fondement d'Israël est raciste ; c'est un Etat créé uniquement pour les Juifs, et la majorité juive de la population se moque de savoir à quelle religion appartiennent ceux qui ne sont pas juifs..."  L'apartheid sioniste ethnique et religieux, ce n'est pas seulement dans les territoires occupés depuis 1967, mais également dans ceux de 1948.

Ils font aussi la loi au Québec : La vie quotidienne dans les territoires occupés de Montréal.

Les érouvim de Montréal - Il en existe cinq, dont celui d'Outremont mentionné dans l'article précédent. Un érouv est un ghetto juif volontaire dans lequel, avec la complicité des autorités locales, les lois normales ne comptent plus. La minorité juive "agissante" peut y exercer sa dictature sur le reste de la population : ce n'est pas encore Jérusalem-Est, mais le principe est le même. Voir la définition édulcorée que Sionipédia donne de l'érouv ; la réalité est sensiblement différente, comme le montre cet article : La bombe intégriste  (sur le site Accommodements Outremont - au Québec, "l'accommodement" dit "raisonnable" consiste à faire sans discuter tout ce que demande une poignée de fanatiques juifs débarqués de fraîche date et incapables de s'intégrer à la société qui les accueille ; c'est au contraire cette société qui doit s'adapter à leurs caprices).


L'ÉROUV D'OUTREMONT :

Si vous voulez comprendre les commentaires et la légende, apprenez l'hébreu, bande d'antisémites. C'est, avec l'anglais, la langue officielle de l'érouv. Et merde pour le français, autrefois obligatoire à Montréal.  Soit dit en passant, l'église Saint-Viateur (comme d'ailleurs quelques autres) se trouve à l'intérieur du périmètre. Il serait grand temps de faire venir des bulldozers israéliens pour mettre fin à ce scandale...

Une autre plaie d'Israël en Amérique du Nord : le rackett de la Kosher Nostra.


28 mars 2012 - Petit retour en arrière concernant la campagne présidentielle française. On sait que Marine Le Pen a cru utile de s'emparer du thème de la viande halal et de l'abattage selon le rite musulman. Ne voulant pas être en reste, Sarkozy s'est lancé dans la surenchère, aidé en cela par son Premier ministre Fillon. Celui-ci a mis en cause l'abattage religieux en général, donc à la fois halal et casher. D'où une violente réaction des intégristes juifs, bientôt suivie d'excuses du gouvernement, etc.

Pourtant, comme le signale Alain Soral, ce que personne ne dit, c'est que l'industrie du halal en France n'est nullement aux mains des musulmans. Au contraire, elle est contrôlée par des groupes juifs :


Zaphir a pour PDG l'homme d'affaires juif Jean-Daniel Hertzog ; Casino, l'homme d'affaires juif Jean-Charles Naouri ; LDC appartient à la famille Lévy-Lambert.  En résumé, comme dit Soral : "Le commerce halal est en fait 'casher'... Quand on attaque le halal (pour attaquer le communautarisme musulman), les sionistes sont contents. Taper sur la gueule des musulmans, c'est bon pour Israël. Mais d'un autre côté, leur taper trop sur la gueule à travers le halal, c'est mauvais pour le business [juif]..."

La communauté musulmane en France a beau être nombreuse, elle n'a aucun pouvoir. Et son représentant officiel, Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, est "alcoolique et franc-maçon" (Soral). Ce faux musulman est totalement dépendant du lobby innommable. En janvier 2009, au moment des massacres de Gaza, il a d'ailleurs manifesté son soutien à Israël.


4 avril 2012 - "Scandale" politique du jour : Günter Grass (84 ans), Prix Nobel de littérature 1999, a osé critiquer Israël dans un poème intitulé Ce qui doit être dit.

Israël et sa puissance atomique menacent la paix mondiale.  L'éditorialiste Henryk Broder, dont il est question dans l'article, est un pauvre crétin sioniste (voir ici) qui n'arrive pas à la cheville du plus grand écrivain allemand encore en vie.

Günter Grass, qui a eté proche du parti social-démocrate SPD, n'a vraiment rien d'un "antisémite", même s'il a passé quelques mois dans les "Waffen-SS" contre son gré, à l'âge de 17 ans. S'il ne l'avait pas révélé lui-même (en 2006), personne n'en aurait jamais rien su. Il a tout simplement fait la guerre comme des millions de soldats ; en 1944-45, l'Allemagne mobilisait même des "volontaires" de 15 ans... Grass est infiniment plus honnête et plus respectable que n'importe quel tsahalo israélien, et il a beaucoup moins de sang sur les mains - si tant est qu'il en ait... La seule chose qu'on puisse lui reprocher, c'est de découvrir un peu tard la menace qui émane d'Israël (pays auquel il dit se sentir lié), et de répéter bêtement le slogan d'usage à propos de l'Iran (peuple opprimé, manipulé par une grande gueule).

[Voir également  29 septembre 2012 - Günter Grass rend hommage au dissident Mordechai Vanunu.]


5 avril 2012 - Une vidéo de novembre 2004 qui n'a rien perdu de son actualité : Dieudonné reçoit quatre rabbins antisionistes de Neturei Karta au théâtre de la Main d'Or.


Le rabbin Weiss :
"Là où l'antisémitisme n'existe pas, les sionistes le fabriquent..."


6 avril 2012 - Encore un cas d'antisémitisme recrudescent, à Kafr Qaddum en Cisjordanie cette fois. Des Palestiniens accusent deux pauvres tsahalos innocents d'être entrés de force dans leur maison (alors que cette maison, comme toutes les maisons de Cisjordanie, appartient de droit aux Juifs depuis plus de 15.000 ans), d'avoir menacé de leurs armes puis menotté le chef de famille Ata Shatwi et son fils Sabri (des terroristes comme tous les Arabes), d'avoir fait sortir les femmes et les enfants présents sur les lieux (pour ne pas être dérangés pendant qu'ils fouillaient et saccageaient l'habitation) et de s'être emparés de 30 pièces d'or d'une valeur de 45.000 shekels plus 10.000 shekels en espèces, soit au total l'équivalent de 11.000 €.

Vu qu'Israël est un Etat dé-mo-cra-tique, la Justice juive va procéder à une enquête pour déterminer ce qui s'est passé exactement. Comme les calomniateurs antisémites arabes sont incapables de présenter les pièces et les billets volés pour étayer leurs accusations, il est possible - et souhaitable - qu'ils soient condamnés. Les soldats devraient à notre avis recevoir une médaille (une médaille d'or, bien entendu).


7 avril 2012 - Toujours à la rubrique "Justice juive", il faut mentionner cette performance de Luis Moreno-Ocampo, procureur à la "Cour pénale" interna-sion-ale de La Haye et chasseur de "terroristes" comme le leader libyen Kadhafi et le président soudanais Al-Bashir. L'Argentin LMO est un Juif sioniste, ce qui explique beaucoup de choses. Son dernier exploit : rejeter (trois ans après) une plainte déposée par l'Autorité palestinienne en 2009 (peu après les massacres israéliens de Gaza) dans le but de faire "poursuivre et juger les auteurs et complices de crimes de guerre israéliens commis sur le territoire de la Palestine depuis le 1er juillet 2002". Motif invoqué par Moreno-Ocampo pour "justifier" le rejet : "La Palestine n'est pas un Etat, le tribunal ne peut donc recevoir les plaintes de celle-ci..."


15 avril 2012 - Comme l'année précédente (voir plus haut 8 juillet 2011) de nombreux militants pacifistes étrangers tentent de se rendre en Israël dans le cadre de la mission "Bienvenue en Palestine". Et comme l'année précedente, les compagnies aériennes et les flics des Etats sionisés font tout pour empêcher leur venue. Ceux qui y parviennent quand même sont emprisonnés à Tel Aviv.



Poser la question, c'est y répondre.



RÉSERVÉ AUX JUIFS - INTERDIT AUX GOYIM :

A Nice, les vols d'Air France à destination de Tel Aviv
sont réservés aux Israéliens et aux juifs.
(Source : blog d'Alain Gresh, Monde Diplomatique)



QUE DIRAIENT LES SIONISTES SI LA FRANCE INTERDISAIT
L'ENTRÉE DE SON TERRITOIRE AUX ISRAÉLIENS ET AUX JUIFS
ET OBLIGEAIT EL AL À FAIRE UNE SÉLECTION PRÉALABLE ?



Aéroport d'Istanbul :
Erdoğan a vite oublié les 9 victimes du Mavi Marmara


Al-Auja (Cisjordanie) : à un barrage dans la vallée du Jourdain, l'armée israélienne attaque des manífestants pacifiques. Un lieutenant-colonel tsahalo, Shalom [sic] Eisner, frappe violemment un jeune Danois au visage avec sa mitraillette. La scène ayant été filmée et postée sur YouTube, l'Etat terroriste juif doit faire semblant d'ouvrir une enquête.


Sionisme ordinaire près de Jéricho :
   
Le nazi juif et sa victime.




19 avril 2012

ACHETEZ ISRAÉLIEN


Comme toujours, Israël est à la pointe du progrès :

Oui, voilà une innovation vraiment fabuleuse...


Et surtout, elle est utilisable dans l'industrie alimentaire...

car garantie 100 % casher



Ce label de fabrique-à-Sion...

est un gage de quaqualité.



MERCI, ISRAËL !

Voir aussi  Israël existe : j'ai marché dedans...


28 avril 2012 - Holococo flamboyant

Que faire lorsque les électeurs - surtout les jeunes - se désintéressent de la politique et des partis traditionnels ?...  On fonde un nouveau parti "alternatif" qu'on appelle "Parti Pirate". Condition nécessaire et suffisante pour être membre fondateur : avoir un compte Fesses-Bouc et savoir twitter les yeux fermés. Si vous êtes Pirate et qu'un journaliste vous interroge sur votre programme politique, dites que vous ne savez pas.*


Mais ce qui ne doit en aucun cas manquer, c'est...

Les Partis Pirates existent dans une cinquantaine de pays. Ils sont tous de fondation récente
et tous contrôlés de l'extérieur - comme Attac, les Anonymes et les Indignés.
Question à 1000 shekels : qui les a créés et à qui profitent-ils ?...

* En France, les Pirates n'ont pas non plus de programme, mais ils ont déjà des idées.


4 mai 2012 - En Judée-Sarkozie, il arrive parfois que les tribunaux refusent d'appliquer la loi israélienne. Après Paris (voir plus haut 8 juillet 2011) c'est au tour de Bobigny de relaxer Olivia Zémor et ses camarades de boycott. Au lieu d'essayer l'un après l'autre (et en vain) tous les tribunaux de la région parisienne, les "plaignants" (ils sont bien à plaindre) devraient demander à leurs autorités de Tel Aviv de faire kidnapper les "coupables" par le Mossad afin de les déférer devant une cour talmudique sionistiquement correcte.



Vu avec plaisir sur le site des Patrons [voyous] juifs de France





IL Y A EN PALESTINE DEUX FAÇONS DE MANIFESTER...


SELON QU'ON EST FEMME ARABE...




OU "SALOPE" JUIVE...



10 mai 2012 - Le lobby innombable fait interdire plusieurs spectacles de Dieudonné. A Bruxelles, on envoie des troupes "anti-émeute" évacuer la salle pendant la représentation. A Montréal, on fait pression sur le propriétaire du théâtre pour annuler le spectacle. Comme toujours, la toute-puissante racaille judéo-fasciste invoque le prétendu "antisémitisme" de l'artiste.

12 mai 2012 - Selon un article du quotidien israélien Yediot Aharonot, dont voici une traduction, l'armée israélienne compte 4.500 réfractaires, dont 1.800 "refuzniks" (qui vont en prison plutôt que de "servir" dans les territoires occupés) et 2.700 déserteurs ou insoumis (qui fichent le camp pendant leur "service" ou ne répondent pas du tout à l'appel, mais essaient dans un cas comme dans l'autre de rester en liberté). La police militaire s'efforce de mettre la main sur tous ces gens. Si par miracle elle y parvenait, elle n'aurait pas assez de place par les incarcérer tous - dans le goulag sioniste, les Palestiniens ont évidemment la priorité.

Il existe beaucoup de méthodes pour échapper "légalement" à l'uniforme : on peut se déclarer religieux orthodoxe (ils sont exemptés) ou se faire mettre enceinte (très courant), ou encore se procurer un passeport étranger pour aller vivre sous d'autres cieux (rien de plus facile). Si l'on comptait toutes ces catégories parmi les réfractaires, on aboutirait facilement à un multiple de 4.500. Tout le monde n'a pas l'ambition de devenir un bon tsahalo...

16 mai 2012 - Une bonne et une mauvaise nouvelle en provenance de Paris où le gouvernement "de gauche" est en place.  La mauvaise d'abord : on ne peut plus, désormais, parler de Judée-Sarkozie et encore moins de Juppée-Sarkozie. Il va falloir trouver un nouveau nom pour désigner les territoires occupés de l'ancienne République française. Le concours est ouvert, mais attention : "la Hollande" est déjà pris...

La bonne nouvelle : le nouveau président est aussi pro-israélien que son prédécesseur, on l'a vu au dernier Dîner de Cons du CRIF. Et les principaux ministères ont été confiés à des Juifs sionistes : les Affaires étrangères à Laurent Fabius (en prévision des prochaines guerres par procura-sion en Syrie, en Iran et ailleurs) ; l'Economie et les Finances à Pierre Moscovici (Veni, Vidi, Moscovici, comme disent ses amis les banksters) ; l'Education soi-disant nationale à Vincent Peillon ("l'enseignement" de l'holocaustologie va encore faire des progrès, et comme toujours, c'est nous qui peillon) ; l'Intérieur enfin, revient à Manuel Valls (qui compense ses origines juives douteuses par un surcroît de zèle sioniste - cet Espagnol naturalisé français dans les années 1980 est le garant d'une immigration sélective et d'une poursuite de l'hystérie islamophobe pour le plus grand bien d'Israël - Valls vaut à lui tout seul une bonne centaine de sayanim).

Manuel Valls sur Radio Judaïca Strasbourg : Je suis lié de manière éternelle à Israël (lien vidéo).

4 juin 2012 - Oubliez les sauvages agressions à coup de marteau en mousse contre des porteurs de kippas de la banlieue lyonnaise. Rien qu'au cours des trois dernières heures, nous avons découvert trois cas autrement plus gravissimes d'antisémitisme recrudescent :

UN - En Allemagne, Evelyn Hecht-Galinski, fille de Heinz Galinski (président défunt du Conseil central des Juifs d'Allemagne) déclare dans une interview : "Mon père disait qu'il n'avait pas survécu à Auschwitz pour garder le silence face à d'autres injustices. J'en ai fait ma ligne de conduite... Si certains, comme Henryk Broder  [voir plus haut 4 avril 2012 - affaire Günter Grass me considèrent comme 'antisémite', c'est parce qu'ils ont redéfini le mot. Aujourd'hui, la moindre critique à l'encontre d'Israël est 'antisémite'... Israël est à mes yeux un Etat occupant, c'est même le seul qui existe encore. En connaissez-vous un autre qui occupe et opprime ainsi un autre peuple ? Moi pas... Il n'y a pas de solution possible avec deux Etats en Israël-Palestine. Les colonies juives sont devenues trop nombreuses et trop étendues, la judaïsation de Jérusalem a été poussée trop loin. Une solution à deux Etats n'est plus réalisable. Où voulez-vous instaurer le second Etat ? [Attendons le résultat du grand concours du 22 septembre 2010.] Bien entendu, c'est aux Palestiniens de décider. Mais la solution, à mon avis, est un Etat unique avec l'égalité des droits pour les deux groupes ethniques. C'est ma vision pour l'avenir..."  (Source : le blog de Jürgen Elsässer - en allemand.)

DEUX - Toujours en Allemagne, le magazine Der Spiegel annonce que Berlin a livré à Israël au moins cinq sous-marins que cet Etat équipe de missiles nucléaires. C'est évidemment un secret de Polichinelle - on sait depuis le 2 décembre 2011 que la livraison (gratuite) d'un sixième "U-Boot" de type Dolphin est prévue. Mais Polichinelle ou pas, un secret est un secret, et le révéler, quand il concerne Israël, est bien entendu antisémite.



Quant à l'Opération Samson, "secréte" elle aussi, si le Spiegel en parle, il se garde bien d'en expliquer les détails les plus sordides - voir Iran / Exercices. Faut quand même pas pousser l'antisémitisme trop loin...

TROIS - Les Africains, on le savait, sont antisémites comme tout le monde. Mais alors là, vraiment, ils exagèrent :





11 juin 2012 - Est-il possible de s'exprimer librement à Yad Vashem, ce Grand Temple de la Très Sainte Religion Holocaustique ? ... Oui, à condition de bien connaître les lieux, de venir la nuit avec un pot de peinture et de se résigner à avoir ensuite à ses trousses toutes les polices d'Israël. C'est ce qu'a montré un groupe de Juifs antisionistes, probablement des orthodoxes religieux (Haredim) que la presse qualifie - bien entendu - d'antisémites (voir cet article ou cet autre).

Parmi la douzaine de graffitis peints sur les murs du Vénéré Sanctuaire, on a relevé :

●  "Merci, Hitler, pour le merveilleux Holocauste que vous avez organisé pour nous. Grâce à lui, nous avons obtenu un Etat - Signé : La mafia juive internationale"

●  "Les dirigeants sionistes ont voulu l'Holocauste"

●  "Si Hitler n'avait pas existé, les sionistes l'auraient inventé"

●  "Honorable gouvernement polonais, ne permettez plus aux sionistes de manipuler l'opinion en organisant des cérémonies 'commémoratives' à Auschwitz"

●  "Juifs, réveillez-vous, le régime du Mal ne nous protège pas, il nous met en danger"

●  "La guerre du régime sioniste n'est pas la guerre du peuple juif"

(Le reste n'a pas été publié par la presse étrangère - il est peut-être encore moins flatteur pour ledit régime.)

Tandis que les flics recherchent les auteurs de cette action, les responsables du mémorial, eux, recherchent les millions de victimes de l'Holocauste non encore identifiées (il y a quelques années, le même site faisait état de "trois millions non identifiés"). Malgré les moyens illimités dont disposent les sionistes depuis plus de 60 ans, ils n'ont toujours pas réussi à résoudre cet épineux problème. Mais ils savent qu'il y a bien eu 6.000.000 de victimes en tout.

14 juin 2012 - A Washington, le criminel de guerre Obama (président des Etats-Nazis d'Amérique) remet la médaille de la Liberté (sic) au criminel de guerre Simon Peres (président de l'Etat terroriste juif) dont il loue "l'esprit indomptable, incarnation de l'essence même d'Israël". (En fait, l'incarna-sion d'Israhell, c'est moins l'essence que le phosphore blanc...)

A Paris, à l'occasion d'un examen à la Faculté de Médecine, le professeur Christophe Oberlin (chirurgien connaissant parfaitement la situation humanitaire à Gaza) pose à ses étudiants une question plus que pertinente (qui, bien entendu, fait exploser le lobby et ses serviteurs) :




18 juin 2012 - Plus d'un an après qu'il ait demandé à être déchu de la citoyenneté israélienne (voir plus haut 7 mai 2011) le dissident Mordechai Vanunu apprend que la Cour Suprême de l'Etat voyou refuse. Prétexte avancé : la demande n'aurait pas été déposée selon la procédure adéquate. Malheureusement, nul ne sait ce qu'il faut entendre par "procédure adéquate". En Israël, c'est l'arbitraire sionistico-talmudique qui remplace l'Etat de droit.

Près d'Hébron, un colon assassine à bout portant deux Palestiniens qui se rendaient à pied à leur travail. A Gaza, quatre autres Palestiniens meurent dans des attaques de l'armée de l'air sioniste.

20 juin 2012 - A Gaza, les tueries israéliennes continuent : six nouveaux morts en 24 heures, dont une petite fille de deux ans et deux adolescents qui avaient eu le malheur de se montrer à proximité du no man's land frontalier. La propagande de Tel Aviv prétend que 90 roquettes auraient eté tirées sur le sud d'Israël - comme d'habitude, il n'y a ni morts, ni blessés, ni dégâts matériels. Alors que quelques années plus tôt, l'Etat voyou juif utilisait encore ses provocateurs infiltrés à Gaza pour effectuer des tirs inoffensifs en direction des terrains vagues de Sderot, on semble être passé maintenant à des attaques purement virtuelles. Mais en cas de besoin, on peut toujours commander un auto-attentat plus efficace aux spécialistes du Mossad ou de l'armée des tsahalos.

23-24 juin 2012 - Les raids sur Gaza se poursuivent au rythme de deux ou trois morts par jour. Mais pour la direction du Hamas, l'essentiel est ailleurs : on fête la "victoire" du Frère musulman égyptien Mohamed Morsi qui vient d'être élu président de son pays. Si les Gazaouis pensent que la situation va changer à la frontière de Rafah, ils vont au devant de nouvelles déceptions. Leurs dirigeants (du moins certains d'entre eux) leur font prendre des vessies pour des lanternes. Même chose en ce qui concerne la Syrie ; quelques jours plus tôt, on a assisté à Gaza à une manifestation de soutien aux "rebelles syriens", c'est-à-dire aux égorgeurs étrangers commandités par les monarchies du Golfe, l'OTAN et Israël. Tel Aviv a tout lieu d'être satisfait en voyant les Palestiniens s'enfoncer toujours plus dans cette voie de garage. (Voir également plus haut 25 février 2012.)

27 juin 2012 - Masturba-sion communautaire :  "Le gouvernement israélien et la fondation de 'bienfaisance' Genesis créée par l'homme d'affaires 'russe' Mikhaïl Fridman ont institué un PRIX NOBEL JUIF d'un montant d'un million de dollars... La nouvelle récompense sera remise chaque année par le premier ministre israélien la veille de la fête de Pessah (Pâque juive). Ce prix est destiné à souligner la contribution des Juifs au développement de l'humanité [sic] et à réveiller la fierté chez les jeunes Juifs dans le monde entier [poil au pied]. Cela renforcera la conscience qu'ils ont de leur identité juive et consolidera leurs liens avec Israël..."



POUR LES MOINS JEUNES :




Laquelle auriez-vous shoah-sie ?...


6 juillet 2012 - On reparle du décès de Yasser Arafat, survenu en novembre 2004 dans un hôpital militaire de Clamart (banlieue sud-ouest de Paris). La nature exacte de la mystérieuse maladie du dirigeant palestinien n'avait jamais été élucidée, les sionistes évoquant le SIDA ou une cirrhose du foie pour mieux salir la mémoire de leur adversaire mort. En fait, le bruit courait depuis longtemps qu'Arafat avait été victime d'un empoisonnement commandité par Tel Aviv.

Près de huit ans après le crime, il est probable que les tueurs ont mêlé du polonium-210 à sa nourriture. Cet élément radioactif est introuvable dans les épiceries de Ramallah, mais Israël, puissance nucléaire, en dispose sans le moindre doute. Ce qui ne va pas empêcher les champions du monde de la chutzpah d'accuser l'Iran ou la Russie - cette dernière étant déjà soupçonnée d'avoir utilisé le Po-210 contre l'ancien agent secret Litvinenko, mort à Londres en 2006, mais peut-être va-t-il falloir réviser ces soupçons...  Toujours est-il que la veuve de Yasser Arafat a fait analyser les vêtements que celui-ci portait au moment de son hospitalisation, et l'Institut de radiophysique (IRA) de Lausanne y a découvert des traces de Po-210.

La radioactivité du polonium-210 diminue rapidement avec le temps. Elle perd la moitié de sa valeur résiduelle tous les 138 jours (demi-vie). Au bout de 20 fois ce laps de temps (durée écoulée depuis l'empoisonnement d'Arafat), elle est de 2-20, soit environ 10-6 ou un millionième de ce qu'elle était au départ. C'est trop peu pour se prononcer définitivement, une exhumation en dira peut-être plus...

Le rapport - très prudent - du laboratoire suisse :  Du Po-210 dans les vêtements de Yasser Arafat

Vidéo :  Polonium poisoning suspected in Arafat's death  (avec la déclaration d'un responsable du laboratoire)

7 juillet 2012 -  Nouvelles agressions de la LDJ à Paris. Les judéo-nazis s'en prennent de nouveau (en toute impunité) à deux Juifs antisionistes : Olivia Zémor, connue pour son engagement dans le mouvement BDS (voir plus haut 8 juillet 2011) et Jacob Cohen, auteur d'un livre sur les sayanim, ces "citoyens français" au service de l'Etat voyou juif (voir page précédente 20 septembre 2010).

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, grand larbin d'Israël (voir plus haut 16 mai 2012) a autre chose à faire que de poursuivre les coupables. Il préfère s'occuper des agressions bidon mises en scène par ses maîtres du lobby innommable, comme par exemple l'incident du train Toulouse-Lyon, dont la presse dit que "le caractère antisémite n'est pas encore avéré" (sic) - ce qui signifie en clair que les "preuves" sont en cours de fabrication. (Pour mémoire : liste - incomplète - des agressions antisémites bidon de ces dernières années.)

Jacob Cohen accuse la "Justice" française de soumission au lobby judéo-sioniste : "La 'Justice' française est digne d'une république bananière. Elle s'incline et rampe devant la toute-puissance du lobby judéo-sioniste. Elle couvre et protège les actes criminels de la LDJ, bras armé du CRIF. Elle est indigne de s'appeler Justice."

14 juillet 2012 -  Scandale antisémite du mois : Des affiches anti-Israël à New York (à titre de publicité payante).

"Des affiches illustrant la réduction de la surface des territoires palestiniens au fil des ans à cause de l'occupation israélienne ont été exposées dans des stations de train de la banlieue de New York, où elles ont déclenché une vague de colère de la communauté sioniste, qui les a qualifiées de 'délibérément imprécises et trompeuses'..."

Le rédacteur en chef d'un journal juif a exigé le retrait de ces affiches et affirmé : "C'est la surface des territoires juifs qui a diminué au cours du temps..."  Comme quoi on peut aussi se débarrasser des Palestiniens en les faisant mourir de rire...

Selon les milieux bien informés, la communauté jew-yorkaise va bientôt contre-attaquer en faisant afficher dans toutes les gares - gratuitement, à titre de dédommagement - une carte des pays antisémites.

24 juillet 2012 -  Les racailles de la "communauté juive" agressent des Juifs en toute impunité - Après Olivia Zémor et Jacob Cohen (voir 7 juillet 2012), c'est Jean-Claude Meyer, militant de l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix) qui a été physiquement agressé par Richard Schnerf, administrateur de la communauté israélite de Strasbourg, en pleine réunion à l'Hôtel de Ville et en présence de Manuel Valls.

Une officine antisémite montée de toutes pièces par un voyou de la LDJ - Le voyou juif en question a passé, à lui seul, "1.350 appels téléphoniques tantôt menaçants, tantôt injurieux" à l'école juive israélienne Ozar Hatorah de Toulouse où avait eu lieu la très mystérieuse fusillade du 19 mars (voir plus bas).

Là non plus, il ne faut pas compter sur les larbins du gouvernement français pour faire quoi que ce soit. Ils préfèrent lécher les bottes du lobby innommable à propos de la déportation des Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale (une des 366 occasions uniques de pratiquer la commémora-sion en 2012). François Hollande, en particulier, confirme qu'il ne connaît pas la différence entre le prétendu "Etat" soi-disant "français" du traître Pétain et des collabos (y compris les collabos juifs de l'UGIF) et la République française de de Gaulle et de la Résistance, dont il prétend être le président.


    
"L'autre jour en Corrèze, j'ai demandé à Chirac s'il connaissait la différence. Il m'a répondu que non.
Alors, j'ai fait comme lui en 1995, je me suis aligné sur la posi-sion israélique...
"
(François Flanby - Gauleiter de Tel Aviv en France occupée)

16 août 2012 -  Libérons la parole sur le sionisme !  par Jacob Cohen et Jean Bricmont (vidéo).

4 septembre 2012 -  Sur les activités d'Al-Mossaïda au Maghreb sionisé :

"Jacob Cohen a révélé qu'André Azoulay, un conseiller de l'ancien roi Hassan II du Maroc puis de son fils Mohamed VI, était un sayan israélien..."

Dans les années 1950-60, "l'infiltration par Israël de la cour royale marocaine n'avait pas comme seul propos de faire partir les Juifs du Maroc. Le Mossad voulait aussi influencer la politique d'Hassan II et empêcher tout rapprochement entre lui et l'Egypte de Nasser. Récemment le président israélien Simon Peres a donné une réception en l'honneur de David Littman, l'agent israélien qui avait organisé les premières immigrations de Juifs marocains en Israël. Littman est arrivé au Maroc en prétendant être un clergyman anglais et s'est installé à Casablanca. Il a mis au point une méthode pour transférer les Juifs marocains en Israël connue sous le nom d'Opération Mural, qui ciblait des enfants juifs marocains. Littman prétendait organiser des séjours de vacances d'été en Suisse pour les enfants pauvres, mais en fait il les envoyait en Israël..."  [La propagande sioniste a toujours prétendu que les Juifs avaient été "chassés" des pays arabes, alors qu'en réalité c'est le Mossad qui les poussait à partir, par la ruse ou par la violence - voir ici : Faussaires.]

Hassan II était au courant et laissait faire. En échange, il se faisait verser un "petit" bakchich sur son compte personnel en Suisse. Mais la récompense n'était pas seulement financière. Le Mossad aidait aussi le dictateur marocain à éliminer ses opposants, comme par exemple le dissident Ben Barka, enlevé et assassiné à Paris en 1965 avec la complicité des services français.

L'auteur de l'article, Ali Ibrahim, écrit aussi : "Il ne semble pas que le Mossad soit encore très actif au Maroc aujourd'hui..."  Qu'il soit permis d'en douter...

6 septembre 2012 -  Deux attaques israéliennes contre Gaza (raid aérien et tir d'artillerie) font six morts en 24 heures.

Quelques jours plus tôt, un jeune Palestinien avait été lynché à Jérusalem - détails. Un écrivain israélien cité dans l'article, Sami Michael, commente ainsi cette exaction : "Israël peut se targuer d'être l'Etat le plus raciste du monde développé... Depuis le jardin d'enfants, nous transmettons à nos enfants un bagage de haine, de suspicion et de dégoût pour l'étranger, en particulier l'Arabe..."

27 septembre 2012 - 

LUMIÈRE PARMI LES NATIONS UNIES :

Nétanyahou expose son programme à la tribune de l'ONU

29 septembre 2012 -  Günter Grass (voir 4 avril 2012) vient de publier un nouveau poème intitulé Un Héros de notre temps, dans lequel il rend hommage au dissident Mordechai Vanunu (voir 18 juin 2012).

Ein Held unserer Tage (texte complet, en allemand).

4 octobre 2012 -  Damas fustige Khaled Mechaal, le qualifiant de traître et d'ingrat :

"Le chef du Hamas a renoncé à la résistance pour le compte d'Israël et des Etats-Unis. Toutefois, la Syrie ne regrette pas de l'avoir aidé, parce qu'elle ne s'est jamais attendue à des faveurs en échange de ses obligations nationales et patriotiques envers un combattant vagabond auquel elle a fourni tout le soutien pour poursuivre sa lutte...  « Mechaal, comment acceptes-tu la poursuite du blocus sur Gaza du côté égyptien alors que tes frères ont accédé au pouvoir ? Comment participes-tu à la destruction des tunnels de la liberté et de la vie comme tu les appelais ? » s'est interrogée la TV syrienne, demandant si les promesses américaines de le nommer président alternatif au pouvoir sont derrière ce changement de position."

Depuis plusieurs mois (voir 25 février 2012), Mechaal attaque ouvertement le gouvernement de Damas, défend les rats islamistes à la solde de l'OTAN et des pays du Golfe, et fait tout, avec la complicité de son "Frère musulman" égyptien Morsi, pour maintenir le blocus du ghetto (23 juin 2012).

Nouvelle guerre juive à Gaza

10 novembre 2012 -  Comme toujours lorsque la tension baisse et qu'un semblant de paix menace gravement la survie d'Israël, Tel Aviv reprend ses attaques aériennes et terrestres contre le ghetto : au moins six morts et une trentaine de blessés. Comme toujours, l'Etat victimaire juif invoque les roquettes que les cruels Palestiniens lancent contre les villes israéliennes. Des témoins dignes de foi ont vu une de ces armes de destruction massive s'écraser à proximité d'une poubelle juive, abîmant légèrement le couvercle ; les dégâts sont estimés à 50 milliards de shekels.

Depuis que les occupants ont permis, le 23 octobre, la visite à Gaza de leur protégé qatari, l'émir Hamad ben Khalifa ben Halouf Al-Grosporc, PDG d'Al-Qataraïda, la direction du Hamas est plus docile que jamais. Pour amadouer la population, Nétanyahou a autorisé le dictateur arabe à investir 400 millions de dollars dans la reconstruction du ghetto. Tout le matériel transitera évidemment par Israël, ce qui justifiera le prélèvement d'une "petite" commission. Peu à peu, on comprend qu'Israël a délégué la partie non militaire du contrôle de Gaza à ses vassaux arabes du Caire et de Doha.

14 novembre 2012 -  Les terroristes de Tel Aviv intensifient leurs attaques contre Gaza, tuant dix Palestiniens dont Ahmed Jaabari, un chef militaire du Hamas. On voit que la collaboration ne paie pas...

15 novembre 2012 -  Encore cinq Palestiniens massacrés à Gaza. Pour détourner l'attention de leurs crimes, les sionistes prétendent que "trois Israéliens ont été tués par un tir de roquette", mais ne fournissent ni détails ni photos. Si la chose était vraie, ce serait bien un miracle... Les "victimes juives" en question se trouvaient paraît-il à Kiryat Malachi, à près de 40 kilomètres de la limite nord du ghetto. Chacun sait pourtant que les roquettes artisanales de la résistance n'ont pas cette portée - voir plus haut 20 août 2011.

Cela n'empêche pas la presse israélienne d'annoncer quelques heures plus tard - sans preuves - qu'une roquette palestinienne s'est abattue dans la banlieue de Tel Aviv (à 70 km de Gaza). Et comme par hasard, le Führer de l'Etat terroriste juif vient justement de déclarer que "toucher à Tel Aviv, c'est franchir une ligne rouge". Nétanyahou adore les lignes rouges (27.9.12). C'est pourquoi il mobilise déjà les réservistes.


Lézion majeure :

Pour DebkaFile (proche du Mossad) ce n'est pas un missile qui a "touché Tel Aviv" mais trois
(à Rishon Lezion, à une douzaine de km du centre-ville et à près de 60 km de Gaza - carte)

L'armée des tsahalos multiplie également ses provocations dans le Golan occupé, espérant que la Syrie réagira et fournira ainsi à Israël le prétexte voulu pour le déclenchement d'une nouvelle guerre. L'objectif de Tel Aviv est un conflit généralisé (Gaza, Syrie, Liban, Iran) avec le soutien des Etats-Unis et de leurs satellites européens et arabes.

16 novembre 2012 -  Les attaques aériennes contre Gaza se poursuivent. On compte déjà plus de 25 morts palestiniens dont au moins six enfants. Si l'on en croit Al-Manar, qui se base notamment sur les communiqués des mouvements de résistance indépendants des collabos du Hamas, les combattants palestiniens utiliseraient des roquettes iraniennes Fajr 5 dont la portée, d'après Al-Manar, est de 110 à 150 km. Ce qui expliquerait que certaines de ces roquettes se soient écrasées près de l'ambassade US de Tel Aviv et même près de la Knesset de Jérusalem.

Selon Wikipédia, le missile Fajr 5 a une portée moyenne de 75 km et une "précision" d'un kilomètre, ce qui serait suffisant... pour rater la Knesset située à environ 80 km du ghetto. Le seul problème, c'est que le Fajr 5 a une longueur de 6 m 60 ; on est donc en droit de se demander comment ces armes ont pu être introduites à Gaza au nez et à la barbe des occupants israéliens et de leurs complices (direction du Hamas, autorités égyptiennes). En principe bien sûr, tout est possible, y compris les miracles. Mais jusqu'à preuve du contraire, il est plus probable que la vantardise de certains communiqués palestiniens apporte de l'eau au moulin de la mythomanie victimaire sioniste. Les Israéliens nous ont habitués à bien d'autres bobards (voir 29.10.11). Espérons que les résistants palestiniens sont plus fiables.

18 novembre 2012 -  Selon Al-Manar, 56 Palestiniens ont été tués depuis le début de la nouvelle agression israélienne, dont 15 enfants. Il y a 550 blesses dont plus de 220 femmes et enfants. Bien entendu, la résistance réagit, mais on ignore ce qu'il en est exactement. Certaines sources palestiniennes relayées par le site libanais, font état de "victoires" pour le moins douteuses, par exemple :  deux avions israéliens abattus ou la résistance bombarde un navire de guerre et Herzlia. Herzlia se trouve au nord de Tel Aviv, à 85 km de Gaza.



En 2012, comme en 2009, une guerre inégale et disproportionnée...




19 novembre 2012 -  Déjà une centaine de morts palestiniens dont dix membres d'une même famille. Tandis que les massacres se poursuivent à Gaza, le chef du Hamas, Khaled Mechaal, papote au Caire avec des envoyés israéliens sur la meilleure façon de s'entendre avec les tueurs.

Comme le signale cet article d'Al-Manar, l'aide qatarie dont il est question plus haut, est liée à certaines conditions que Mechaal n'a pas encore acceptées : rompre l'alliance avec l'Iran, admettre le "droit à l'existence" d'Israël (implications), reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat juif et renoncer à la partie orientale, abandonner la résistance armée... De toute évidence, Ahmed Jaabari a été assassiné par les Israéliens le 14.11.12 pour son opposition à ce "plan de paix".

Alors que les civils gazaouis meurent par douzaines sous les bombes israéliennes, les missiles palestiniens restent le plus souvent virtuels. Mais c'est l'occasion pour les médias sionisés de faire dans la souffrance juive - la seule, la vraie, l'unique... Alerte rouge, sirènes, scènes de "panique" comme à la répétition, mémé court se réfugier dans un bunker et tremble à l'idée qu'un tuyau de poêle recyclé puisse venir s'écraser sur la décharge à 300 mètres de là.  Au secours !...  A l'aide !...  Est-ce un nouvel Holocauste® ou une nouvelle Shoah® ?...

20 novembre 2012 -  135 morts et plus de 1000 blessés palestiniens depuis le début de cette nouvelle guerre sioniste contre Gaza.


A Tel Aviv, les tueurs d'enfants sont fiers de leurs exploits...
même s'ils trouvent fâcheux de ne pouvoir récupérer les organes.


Heureusement que Nétanyahou leur a promis de mettre fin à ce scandale
en lançant au plus tôt les opérations terrestres.
Les bouchers sionistes aiguisent déjà leurs outils :

Tel père, tel fils : Sharon the Truth Teller  par Gilad Atzmon, musicien juif antisioniste de Londres.

Le nazi juif Gilad Sharogne, fils du criminel de guerre israélien Ariel Sharogne, veut raser le ghetto : "Il ne devrait y avoir à Gaza ni courant électrique, ni essence, ni circulation automobile, rien... Il faut raser des quartiers entiers, il faut raser tout Gaza... Les Américains ne se sont pas contentés de détruire Hiroshima. Quand ils ont vu que les Japonais ne capitulaient pas assez vite, ils ont aussi détruit Nagasaki..."'

Si certains Israéliens s'indignent (ou font semblant de s'indigner) de ces propos, c'est, explique Gilad Atzmon, parce que Sharogne fils dévoile au monde les abîmes de la "pensée" israélienne, voire de certains aspects de la "culture" juive. Pour illustrer ses propos, Gilad Atzmon se réfère à l'Ancien Testament, au Talmud et au "philosophe" judéo-fasciste Jabotinsky.

Aux yeux des criminels sionistes, comme par exemple un certain Jeffrey Goldberg, lui-même ancien garde d'un camp de concentration de l'armée des tsahalos, ce n'est pas tant le fait de vouloir raser Gaza qui pose problème, c'est plutôt le fait qu'un Israélien aille crier la chose sur les toits au risque de la rendre publique parmi les goyim.




La prière des barbares juifs :

"Fais que nous ayons beaucoup d'enfants palestiniens à massacrer..."


21 novembre 2012 -  Les attaques israéliennes contre le ghetto continuent sans interruption : déjà plus de 150 morts... Pour donner le change, les sionistes prétendent que les roquettes palestiniennes ont tué cinq Israéliens depuis le début de la guerre - ce qui reste à prouver...

Histoire de "justifier" son refus d'un cessez-le-feu, Nétanyahou charge le Mossad d'organiser un auto-attentat dans un autobus de Tel Aviv : une explosion attribuée au Hamas fait quelques blessés légers mais aucun mort. Ce n'est pas que les services israéliens aient le moindre scrupule à tuer leurs propres gens, ils l'ont déjà fait assez souvent dans le passé. Mais apparemment, l'enjeu n'est pas encore assez important.

Et si l'attentat de Tel Aviv était une provocation du Mossad ?  (question purement rhétorique)

22 novembre 2012 -  Sous la pression de ses "alliés" américains, l'Etat terroriste juif accepte un "cessez-le-feu" qui durera sans doute ce que durent les promesses sionistes. Selon Ha'aretz, Israël n'a "cédé" aux injonctions de Washington que parce que les dirigeants israéliens n'étaient pas d'accord sur la ligne à suivre : Barak (ministre de la Guerre) voulait "en finir" mais sans engager ses troupes au sol (trop dangereux) ; Lieberman (ministre des Affaires étrangères) demandait une invasion de Gaza ; Nétanyahou (Premier ministre) a tout simplement "vacillé".

Quoi qu'il en soit, les tueurs crient victoire et affirment qu'ils ont atteint leur objectif qui était, paraît-il, de "rétablir le cessez-le-feu avec le Hamas". Lequel cessez-le-feu avait été rompu par... Israël.

Autre grand vainqueur de cette guerre, si l'on en croit cet article d'Al-Manar : le Hamas. On pourrait en rire s'il n'y avait les 164 morts et 1200 blessés palestiniens...

Le sionisme et sa démence meurtrière  par Jacob Cohen : "Les forces sionistes se sont livrées pendant 8 jours* à leur exercice favori : bombarder à coups de milliers de bombes une population sans défense et sans aucune échappatoire. Avec des accents de victoire que tout esprit humain moyennement équilibré aurait trouvé abjects. Quelle performance pour des F-16 que d'envoyer des missiles, comme à l'entraînement, sur des immeubles habités par des civils, ou abritant des administrations ou des médias ! et sans aucun risque, tant la disproportion est incommensurable."

* En fait 11 jours, car tout a commencé "en douceur" le 10 novembre.

23 novembre 2012 -  L'opinion israélienne est passablement frustrée : on lui a volé la partie la plus intéressante de sa nouvelle guerre. Voilà ce qui arrive quand les dirigeants n'arrivent pas à s'entendre. A force de discussions stériles sur la meilleure façon de traiter les Palestiniens, on finit par ne plus rien faire du tout. Nétanyahou, s'il ne veut pas être condamné à porter seul la responsabilité de ce coitus israelicus interruptus, va devoir trouver quelque chose pour relancer le conflit. En privé, il regrette déjà d'avoir bâclé l'attentat du 21 novembre contre le bus de Tel Aviv : zéro mort, c'est complètement nul, tout juste bon à exaspérer les familles...

Dans l'entourage de Nétanyahou, on veut faire oublier au plus vite cette faiblesse. Si l'homme qui se voulait plus fort que Sharogne et Olmerde réunis ne leur arrive même pas à la cheville, autant capituler tout de suite et retourner d'où on est venu... Alors, finissons les palabres et passons aux actes. Ne demandons plus s'il faut égorger, éventrer ou holocauster les enfants de Gaza. Utilisons tous les moyens dont nous disposons pour éliminer ces terroristes...  Et maintenant, tous ensemble, chantons La Svastika, notre bel hymne israélien...

Colère israélienne : Nétanyahou s'est soumis tel un chien

24 novembre 2012 -  "Cessez-le-feu" à l'israélienne : deux jours après l'entrée en vigueur de la "trêve", les tsahalos assassinent par balles un agriculteur palestinien de Gaza et en blessent plusieurs autres. Bien que se trouvant sur leurs terres, les victimes avaient eu le malheur d'être un peu trop près de la ligne de démarcation ; l'Etat terroriste juif considère en effet que le no man's land frontalier lui appartient.




26 novembre 2012 -  Le Qatar impliqué dans l'assassinat des dirigeants du Hamas : lors de sa visite à Gaza le 23 octobre (voir plus haut), l'émir du Qatar a offert à certains dirigeants du Hamas des montres et des stylos équipés d'un dispositif de détection émettant des signaux destinés aux satellites israéliens. Grâce à ces signaux, l'aviation de l'Etat voyou juif a pu cibler ses victimes.

On voit que les sionistes ont perfectionné la technique du cheval de Troie. Conclusion : Timeo Qataros et dona ferentes.

Sur les conditions très spéciales du cessez-le-feu, voir plus bas 3 décembre 2012.



Le Bahreïn n'est pas le Qatar :

Le torche-cul israélien brûlé au Parlement bahreïni - détails

Humanisme juif - L'écrivain israélien Abraham Yehoshua, dont Wikipédia dit qu'il "s'est engagé en faveur du processus de paix israélo-palestinien", déclare dans une interview à La Repubblica : "Le temps est venu pour Israël d'admettre que Gaza est un ennemi. Et d'agir en conséquence : cesser de fournir de l'électricité et de faire passer de la nourriture..."

On sait que jusqu'à présent, la politique sioniste consistait à ne laisser passer - au prix fort - que le strict minimum permettant une survie précaire des habitants du ghetto. Pas assez pour vivre, trop pour mourir. Ou, comme écrivait Le Figaro : Le blocus de Gaza calculé en rations caloriques. De toute évidence, c'est encore trop pour un "humaniste" à la Yehoshua...  Le problème, pour lui et ses semblables, c'est qu'ils ne peuvent pas encore faire en toute impunité ce qu'ils aimeraient faire depuis longtemps. Avec ces sept milliards d'antisémites qui regardent, c'est difficile. Mais n'ayez crainte, le jour viendra...

29 novembre 2012 - Reconnaissance à l'ONU

Plus d'un an après que Mahmoud Abbas ait annoncé son intention de "proclamer un Etat palestinien" (voir plus haut 23.9.11), l'Etat en question n'existe toujours pas... mais il est reconnu par l'ONU comme "Etat observateur non membre", une légère amélioration par rapport à son statut précédent ("observateur" tout court). En théorie, le "nouvel Etat" pourrait saisir la Cour internationale de Justice des Nations Unies pour y faire juger les crimes israéliens. Mais il ne le fera pas, car Abbas s'est engagé (à titre confidentiel) à ne pas exercer ce droit.

138 pays membres de l'Assemblée Générale (dont la France et la Belgique) ont voté pour l'admission de la Palestine, 9 ont voté contre, 41 (dont l'Allemagne et le Royaume-Uni) se sont abstenus, 5 n'ont pas participé au vote - détails.

Les deux Etats juifs (le petit de Tel Aviv et le grand de Washington) ont bien entendu voté contre, de même que sept de leurs fidèles vassaux de la communauté interna-sion-ale : Canada, République tchèque, Panama, Iles Marshall, Nauru, Micronésie et Palau. Le vote des quatre derniers n'a pas dû coûter très cher, celui du Panama à peine plus. Le Canada, comme d'habitude, n'a rien demandé. Quant à la Tchéquie, on s'interroge : peut-être un sayan haut placé ?


DISSOCIA-SION
ou
Comment accumuler un maximum de conneries en un minimum de lignes :

vu sur le site des Patrons [voyous] juifs de France

1) L'ONU ne vient pas de reconnaître l'Autorité palestinienne (c'était fait depuis longtemps) mais l'Etat palestinien - 2) Un grand merci à ces "grandes démocraties occidentales" que sont les Iles Marshall, Nauru, la Micronésie et Palau - 3) Merci également à Clodo Cloacsguen pour cette brillante défini-sion de la "quasi unanimité" - 4) On voit que les sionistes croient encore que leur Etat voyou préféré est une "démocratie" (ne parlons pas des USA).


30 novembre 2012 -  Pour se venger du vote pro-palestinien à l'ONU, l'Etat colonialiste juif annonce la construction de 3.000 logements supplémentaires pour ses colons dans les territoires occupés. Mais on sait qu'Israël a beaucoup d'autres projets similaires dans ses cartons, et cette annonce n'est pas la dernière.

Tout cela montre bien la futilité de la soi-disant "solution à deux Etats" et la nécessité de proclamer un Etat unique à la fois démocratique, pluri-ethnique et pluri-confessionnel.  Oui, il pourrait y avoir une vie après le sionisme, mais on en est encore très, très, très loin...

2 décembre 2012 -  L'Etat rapace juif - toujours pour se venger - décide de "confisquer" les sommes dues aux Palestiniens au titre des taxes et droits de douane prélevés par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne sur les marchandises importées dans les territoires occupés. Ce n'est pas la première fois que le régime de Tel Aviv s'approprie cet argent - voir février 2006. La somme volée se monte à près de 100 millions d'euros par mois.

3 décembre 2012 -  Quelques semaines après la guerre juive de novembre, complément d'information sur le nouveau rôle imparti au Hamas (Frères musulmans de Gaza) et sur les conséquences qui en découlent pour le ghetto : Le "deal" entre les Frères musulmans et les Etats-Unis  par Ghaleb Kandil.

"Les Frères musulmans en Egypte, qui représentent le cœur de cette confrérie transnationale, ont établi leur plan de prise du pouvoir sur la base d'un 'deal' avec les Etats-Unis et Israël pour renouveler la fonction politique et sécuritaire qui avait été confiée au régime de Hosni Moubarak... Cela confirme les informations qui circulent depuis deux ans sur des arrangements conclus entre l'Amérique et le commandement des Frères musulmans dans la région, sous l'égide de la Turquie et du Qatar. Ces arrangements stipulent que l'Occident favorisera le renouvellement des élites dirigeantes dans les pays arabes à travers les Frères musulmans, qui s'engagent, en contrepartie, à garantir la sécurité d'Israël et les intérêts américains et occidentaux..."

"Le seul élément sur lequel s'est appuyé le président Morsi pour promulguer sa déclaration constitutionnelle rejetée par de larges pans de la société égyptienne [les juges de l'ancien régime et les manifestants appointés] est le soutien américain et israélien qu'il a reçu pour son rôle dans la conclusion de la trêve entre l'Etat hébreu et les organisations palestiniennes lors de la dernière guerre de Gaza. Le pouvoir égyptien a présenté des engagements dans le cadre des négociations, portant sur des questions politiques et sécuritaires s'articulant autour de deux points : couper l'approvisionnement en armes de la bande de Gaza en poursuivant la destruction des tunnels, et rompre les relations entre les organisations palestiniennes et l'Iran..."

"Le Caire aurait fourni des facilités aux forces spéciales et aux services de renseignements américains dans le Sinaï et demandé au Hamas de déployer des forces à la frontière entre Gaza et Israël pour veiller au cessez-le-feu. C'est-à-dire s'assurer qu'il ne sera pas violé par les organisations de la résistance palestinienne. En quelque sorte, le Hamas commence à jouer le même rôle que la police de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie... Il n'aura fallu que quelques mois pour que le vrai visage des Frères musulmans apparaisse aux yeux de l'opinion publique égyptienne et arabe."

Voir aussi notre page sur la révolu-sion en Egypte.

7 décembre 2012 -  Pour le récompenser de sa bonne conduite, Israël autorise Khaled Mechaal, dirigeant exilé du Hamas, retourné par les sionistes avec l'aide du Qatar et de l'Egypte, à se rendre dans le ghetto via le terminal de Rafah. En dépit de tous les beaux discours, ce point de "passage" continue d'être bloqué par le gouvernement du Caire sur ordre de Tel Aviv. (Pour plus de détails sur Mechaal, voir plus haut 4 octobre 2012.)

A Gaza, où la capitulation des dirigeants est fêtée comme une "victoire" sur Israël, Mechaal célèbre le 25ème anniversaire du Hamas. En un quart de siècle, cette organisation fondée à l'initiative d'Israël a accompli deux virages à 180°, passant d'abord de la lutte anti-Arafat à la résistance patriotique, puis de la résistance à la collaboration de fait (bien entendu sous couvert de slogans antisionistes, pour ne pas perdre le soutien de la base).

Le flambeau de la véritable résistance est maintenant entre les mains d'autres formations palestiniennes qui n'ont pas les honneurs de la télévision. Mais il ne fait guère de doute que ceux de leurs chefs qui ne seront pas assassinés par Israël, seront eux aussi achetés un jour ou l'autre. Comme dit le poète : les Palestiniens ne sont pas sortis de la merde...

8 décembre 2012 - Arnaque juive du mois ou Golden Kike nous promet la Lune 

Quarante ans après la dernière expédition lunaire d'Apollo 17 (expédition fictive comme toutes les précédentes - voir ici), Alan Stern, PDG (juif) de la compagnie Golden Spike (Clou d'or), nous propose un petit voyage sur la Lune pour la modique somme de 1,5 milliard de dollars (en euros : 1.200.000.000).

Selon Wikipédia, Golden Spike est une start-up* spécialement fondée à cet effet. Le nom de la compagnie évoque le fameux "clou d'or" qui fut planté en 1869 dans l'Utah à l'occasion de la jonction des deux premières lignes de chemin de fer reliant la côte Est des Etats-Unis à la côte Ouest.

* Une start-up est une entreprise nouvellement créée qui n'a aucune activité réelle, sinon celle qui consiste à recueillir de l'argent. Aux alentours de l'an 2000, des centaines de compagnies de ce genre ont déposé leur bilan avant même d'en avoir un, faisant perdre des dizaines de milliards aux investisseurs crédules, pour le plus grand profit des banques et des escrocs. C'est ce qu'on a appelé le "Nouveau marché".

A l'heure actuelle, un voyage vers la Lune est matériellement impossible (principalement à cause de l'effet nocif, voire mortel, des radiations cosmiques). S'il en était autrement (par l'effet d'un miracle ou d'une nouvelle technologie), il est évident que le gouvernement américain serait le premier à se lancer dans l'aventure. Pas pour 1,5 milliard de dollars (l'équivalent de moins d'une journée de dépenses militaires) mais pour un multiple de cette somme.

D'un autre côté, il est parfaitement clair que les gens qui pourraient se permettre de dépenser un milliard et demi pour une telle escapade, sont assez intelligents pour ne pas croire à ces balivernes. Le but de la compagnie Golden Spike (ou plutôt Golden Kike*) est d'inciter les gogos beaucoup plus modestes à mettre leur argent dans cette affaire ou à verser un "acompte" pour un "voyage" qui aura lieu au plus tôt lorsque l'Etat voyou juif sera devenu pacifique et qu'il aura reconnu les droits du peuple palestinien.

* Kike est un terme péjoratif inventé par les Juifs américains originaires d'Allemagne pour désigner les Juifs est-européens. Aujourd'hui, c'est un gros mot antisémite qui fait grimper le recrudomètre de cinquante points chaque fois qu'il est prononcé.

Après la Lune, Alan Stern envisage de se lancer dans la construction d'une machine à remonter le temps (aller simple à partir de 999 milliards de dollars). La date d'ouverture des souscriptions sera communiquée en temps utile. Vous pouvez commencer à remplir vos tirelires...


Quelques mois plus tôt, le 7 juin 2012 ou 17 sivan 5772, dans le cadre d'une arnaque similaire passée un peu inaperçue, une entreprise "hollandaise" animée par Bas Lansdorp (Lansdorp comme le "Lansdorp Klezmer Trio" des virtuoses de la musique juive), proposait déjà des séjours sur la planète Mars à partir de 2023.  Mais là, on savait en principe à quoi s'en tenir car Hollywood était de la partie, avec Paul Römer, un des producteurs juifs "hollandais" de "Big Brother".


Est-il indispensable d'aller dans l'espace pour trouver des exemples d'arnaque juive à dix chiffres ?  Non, rassurez-vous : Escroquerie à la taxe carbone : Israël entrave l'enquête.

10 décembre 2012 - Les lunettes roses de Thierry Meyssan

Israël n'est plus qu'un tigre de papier

Attention : les "tigres de papier" (expression maoïste des années 1960 pour désigner les Etats-Unis) sont les plus coriaces de tous les tigres... Fin 2012, les USA sont toujours là, plus forts que jamais ; la Chine communiste, elle, a disparu depuis longtemps...

Dans son article, Meyssan parle lui aussi de "victoire" palestinienne : "Signe de cette confiance retrouvée, ils étaient des centaines de milliers à s'être rassemblés pour écouter les discours de leurs leaders, sans crainte de bombardements israéliens."  Evidemment, puisque Tel Aviv avait autorisé la présence de Mechaal à Gaza - voir plus haut 7 décembre 2012. Contrairement à Ahmed Jaabari et à quelques autres dirigeants gazaouis assassinés par les sionistes, Khaled Mechaal n'a plus rien d'un résistant, c'est un nouvel Abbas. Pas étonnant que les deux bons élèves d'Israël se réconcilient. Mechaal est tenu en laisse par l'émir du Qatar, qui a financé la "fête de la victoire" et fourni les milliers de drapeaux et d'uniformes flambant neufs. L'émir du Qatar est lui-même tenu en laisse par Nétanyahou.

Un peu plus loin dans l'article, Meyssan tombe dans le panneau des "nouveaux missiles du Hamas" - missiles que personne n'a vus et qui n'ont causé aucun dégât (voir plus haut 10 novembre et jours suivants).

"Le nouveau rapport de force apparaît lorsque l'on compare les agressions israéliennes. L'attaque du Liban en 2006 a duré 33 jours, celle de Gaza en 2009 a duré 22 jours, la récente n'en a duré que 8..."  Et alors ?...  La guerre israélienne de 1967 avait duré six jours. Est-ce à dire que le rapport de force en faveur des Palestiniens était encore meilleur il y a 45 ans ?...

"A Tel Aviv, les services de renseignement assurent que..."  Ah bon ?...  Depuis quand faut-il croire sur parole ce que raconte le Mossad. La propagande sioniste - la Hasbara - gonfle démesurément les dangers qui menacent Israël. Chacun sait que l'Etat victimaire juif est depuis 65 ans à deux doigts de l'extermination...

Quant à la "nouvelle rhétorique du Hamas", évoquée par le patron du Réseau Voltaire, c'est de la rhétorique et rien d'autre, et elle n'est pas nouvelle. Le Hamas a toujours revendiqué toute la Palestine, de la Méditerranée au Jourdain. C'est-à-dire sans la Jordanie, laquelle se trouve à l'est de cette rivière. La Jordanie comme "patrie des Palestiniens", c'est un vieux slogan imaginé par les sionistes qui rêvent de purification ethnique. Thierry Meyssan devrait le savoir...


Ce que Meyssan écrivait en janvier 2011 à propos des répercussions du "printemps arabe" sur le ghetto de Gaza (à comparer avec la situation réelle fin 2012) : "Obama mettra tout en œuvre pour empêcher des élections démocratiques en Egypte. S'il peut s'accommoder d'un gouvernement légitime en Tunisie, il ne le peut pas en Egypte. Des élections profiteraient aux Frères musulmans et aux Coptes. Elles désigneraient un gouvernement qui ouvrirait la frontière de Gaza et libérerait le million de personnes qui y sont enfermées. Les Palestiniens, soutenus par leurs voisins, le Liban, la Syrie et l'Egypte, renverseraient alors le joug sioniste."

11 décembre 2012 -

HANOUCACA - UNE FÊTE POUR ENCULUMINER LE MONDE ENTIER :





Paris(raël) 2012



Paris(raël) 2013 - Projet


15 décembre 2012 - Une bonne et une mauvaise nouvelle

La bonne : le 21 décembre 2012, l'Etat terroriste juif sera rayé de la carte.
La mauvaise : le reste du monde le sera également.

22 décembre 2012 - Rectificatif


(source : J.P. Petit)

Tout le monde peut se tromper...  Joyeux Noël quand même...

26 décembre 2012 -  L'Etat d'Israël est coupable de crimes internationaux (intervention de Roger Waters devant l'Assemblée Générale des Nations-Unies).  L'ex-Pink Floyd est connu comme un défenseur de la cause palestinienne (voir 29 septembre 2010).

28 décembre 2012 -  Selon le site DebkaFile (proche du Mossad), une rencontre a eu lieu à Amman entre Nétanyahou et le roi de Jordanie. Sujet des entretiens : la création d'une "confédération" jordano-palestinienne. C'est une vieille idée sioniste (voir 10 décembre 2012) qui permettrait à Israël d'expulser tous les Palestiniens vivant encore en Palestine.

A notre avis, il serait infiniment plus rationnel de "confédérer" le petit Etat voyou juif de Tel Aviv avec le grand de Washington, et de laisser les juifs israéliens s'installer en Californie, en Floride ou à Jew York (beaucoup y sont déjà). Cela libérerait une fois pour toutes l'ensemble des territoires occupés entre la Méditerranée et le Jourdain...


Suite...  (2013)



Carte d'Israël    Carte de la bande de Gaza





 FUSILLADE DE TOULOUSE 

19 mars 2012 - Un tueur en scooter tue trois enfants et un rabbin devant une école juive de Toulouse. Cinq minutes plus tard, toute la caste politico-journalistique, unanime, s'indigne et réclame "des mesures". Lorsque le même tueur, quelques jours plus tôt, avait assassiné ou grièvement blessé quatre militaires à Montauban et Toulouse, personne ne s'était affolé. Il est vrai que les victimes n'étaient pas juives mais d'origine maghrébine ou antillaise. Et quand, à peu près au même moment, des tueurs juifs en uniforme massacraient en série deux douzaines de civils à Gaza (combien d'enfants parmi eux ?), le silence des médias était encore plus "assourdissant". Mais on connaît ce "deux poids, deux mesures" systématique - rien de nouveau de ce côté-là...


Quand on lit ce genre de commentaire sioniste...

... on comprend À QUI PROFITE LE CRIME.

(Samuels est directeur du Centre Simon Wiesenthal,
un des principaux piliers de l'Industrie de l'Holocauste®)

Quand on apprend, en outre, que le tueur de Toulouse a froidement exécuté ses victimes, on se doute qu'il s'agissait d'un professionnel. Mais pour qui "travaillait"-il ?... Serait-ce par hasard pour une organisation terroriste dont le nom rime avec "fusillade", une organisation qui n'a jamais hésité à massacrer ses propres gens quand elle le jugeait "utile" ?... (L'assassin était muni d'un pistolet-mitrailleur israélien Uzi - quelle coïncidence...)

Il faudra surveiller les développements de cette ténébreuse affaire en ayant à l'esprit les agressions antisémites bidon de ces dernières années. Si un rapport existe entre ces affaires et celle de Toulouse, il est sûr qu'un cap a été franchi.

Les débuts d'une "stratégie de la tension" pour tenter de sauver le petit soldat Sarkozy

Trois paras musulmans tués, c'était un fait-divers. Trois enfants et un rabbin juifs tués de même, c'est une tragédie nationale, presque un drame planétaire

Les candidats à l'élection présidentielle du 22 avril, unanimes eux aussi (car adoubés par le lobby innommable), interrompent leur campagne pour une durée de trois jours.

Toutes les écoles de France sont tenues d'observer une minute de silence à la mémoire des victimes juives. En ce qui concerne les victimes palestiniennes de la barbarie israélienne, elles ont droit, elles, à un silence permanent (dans les écoles et partout ailleurs).


CONDAMNA-SION :

L'odieux criminel de guerre judéo-nazi s'exprime par le canal de L'Aberra-sion,
propriété du milliardaire israélien Edouard de Rothschild.




Les victimes étaient vraiment de TRÈS PETITS enfants :

(Source : Reuters)

60 cm à six ans (pas à six mois), c'est encore plus petit que Sarkozy...

A propos : combien de fois les Israéliens se sont-ils attaqués à des écoles ?...
Les écoles palestiniennes et libanaises ne sont-elles pas "sacrées" ?...

Rappel 1     Rappel 2
(visions d'horreur made by Israel)




Leur PATRIE est ISRAËL...

...mais leur école (privée, religieuse et dépendante de l'Etat voyou juif)
est bien entendu subventionnée par le contribuable français.




Et cette école est une ÉCOLE TALMUDIQUE :

Esprit juif ?...  Sagesse millénaire ?...  Aiguise le raisonnement et développe l'esprit critique ?...  Si vous voulez savoir ce qu'est VRAIMENT le Talmud, lisez ce qu'en dit Israël Shahak, professeur à l'Université Hebraïque de Jérusalem et rescapé des camps nazis (décédé en 2001), dans son ouvrage Histoire juive - Religion juive.


21 mars 2012 - En moins de deux jours, les fins limiers de la police française ont trouvé le coupable. C'est un homme d'origine algérienne (Bom-bar-dons Al-ger !...  Bom-bar-dons Al-ger !...)  et de toute évidence, le mec est aussi bête que méchant, puisqu'il a contacté sa première victime (un militaire également d'origine nord-africaine) à l'aide d'un courriel... envoyé depuis son propre ordinateur (ou celui de son frère). Eh oui, l'instructeur du Mossad avait oublié de lui enseigner les précautions d'usage...

Le tueur s'appelle Mohamed (comme dans les caricatures). Il est membre d'une section locale d'Al-Qaqaïda, soit AQ-31 Haute-Garonne, soit AQ-82 Tarn-et-Garonne : les enquêteurs ne se sont pas encore prononcés, ils attendent que Tel Aviv leur fournisse des précisions...  Entre-temps, le terroriste s'est barricadé chez lui, transformant son appartement en Fort Al-Chahabrol.

La "classe" politique, qui ne fait plus de politique jusqu'à nouvel ordre car c'est la trêve, n'arrête pas d'accaparer les écrans de télévision. A notre humble avis, c'est la Norféchienne Efa Choly, cantitate à la Pressidence, qui a fait la plus belle déclaration : "Il faut que nous afons le courache de souligner ce qui nous unisse et de surmonter ce qui nous dévisse..."  Et elle termine sur un petit couplet à la gloire des "faleurs répuplicaines", que ne renierait pas Sa Majesté le Roi du Royaume de Norvège.



Faites que nos services ne se soient pas cassé le cul pour rien :

(source : Express.be)

Venez nombreux, on vous logera pas cher sur les terres volées aux Palestiniens.
Vous pourrez participer activement à nos pogroms (en hébreu : ratonnades)*
et à toutes nos prochaines guerres juives : Gaza, Liban, Syrie, Iran, etc...
Venez nombreux, on a besoin de beaucoup de tsahalos pour tuer et se faire tuer.
Mais surtout ne venez pas tous, il ne resterait plus personne pour contrôler la France,
organiser les Dîners de Cons, faire voter les lois à la Knesset parisienne,
diriger les groupes islamo-terroristes et gérer la recrudescence.

* Exemple relativement "anodin" d'une de nos tentatives de lynchage de masse :
Des centaines d'Israéliens passent à tabac des travailleurs arabes dans un centre commercial à Jérusalem
(En Cisjordanie, rassurez-vous, ces Arabes ne s'en seraient pas sortis vivants.)

22 mars 2012 - Après nous avoir expliqué pendant plus de 30 heures qu'ils voulaient capturer le terroriste Mohamed Merah vivant afin de le faire parler et de le déférer à la Justice, le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, et son patron Sarkozy changent brusquement d'avis et font donner l'assaut. Merah est tué d'une balle dans la tête. Pratique, comme ça il ne parlera plus...

Ce n'est pas qu'il ait eu quelque chose à apprendre aux enquêteurs (ou à leurs chefs). Depuis ses deux séjours de 2010-2011 en Afghanistan et au Pakistan, il était surveillé par les services français qui devaient être parfaitement au courant de ses faits et gestes. Il avait même été arrêté en pays afghan et renvoyé en France (alors que la destination normale, en pareil cas, est le camp de Guantánamo Bay). C'est un signe qu'il avait été "retourné" ou qu'il "travaillait" depuis le début pour les services.

Non, en le laissant en vie, on courait le risque qu'il raconte sa véritable histoire. D'ailleurs, personne ne peut jurer que c'est bien lui qui a tué les sept personnes...

On peut se poser beaucoup de questions sur les motivations des metteurs en scène de cette affaire. Etant donné qu'il y a eu quatre victimes juives, il est évident que les barbouzes français n'ont pas eux-mêmes tiré les ficelles, la chose est impensable. Ils ont collaboré avec leurs "supérieurs" israéliens ou tout simplement exécuté leurs ordres.

On comprend quel profit Israël tire de cette affaire (voir plus haut). En revanche, on ne saisit pas encore les motivations de Sarkozy. Beaucoup pensent qu'il augmente ainsi ses chances de réélection : c'est possible, même si cela suppose que l'honnêteté et la régularité du vote existent encore en France, ce qui n'est plus certain (vote électronique partiel). Mais il ne serait pas étonnant que la seule motivation, pour Sarkozy, soit celle qui lui commande d'obéir à ses maîtres sionistes. Et puis, comme on peut le voir depuis le 11 septembre 2001, susciter la peur du terrorisme est en soi un excellent motif qui se passe éventuellement de tous les autres.

Ce qui n'exclut pas que quelque chose de plus grave puisse être sur le point de se produire. Le 21 mars, devant l'ambassade indonésienne de Paris, une explosion assez importante a causé des dégâts matériels sans faire de victime. Un rapport avec la fusillade de Toulouse n'a pas été établi, mais qui sait ?...

Quoi qu'il en soit, une des principales retombées de l'Opération Merah (un de ses principaux objectifs), c'est la mise au pas de l'Internet, comme le sioniste Sarkozy vient de l'annoncer : "Désormais, toute personne qui consultera de manière habituelle des sites qui font l'apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence, sera punie pénalement."  Les mots apologie, terrorisme, haine, violence ayant bien entendu le sens très particulier que leur donnent les terroristes haineux et violents qui ont organisé cette opération. On sait que ces gens considérent, par exemple, que le Hamas, le Hezbollah, le "régime" de Damas et celui de Téhéran sont "terroristes".

Il suffira donc de consulter "de manière habituelle" (une fois par mois ?) le site d'Al-Manar, celui de Cham Press, de Press TV ou d'EuroPalestine, pour tomber sous le coup de cette répression fasciste. Avec, cela va sans dire, une extension automatique à tous les autres sites sans lesquels nous serions totalement ignorants de ce qui se passe dans cette région du monde, comme par exemple InfoSyrie.fr, le Réseau Voltaire et des douzaines d'autres - sans même parler des sites ou blogs de moindre importance, voire insignifiants.

"La propagation et l'apologie d'idéologies extrémistes seront également réprimées avec les moyens qui sont déjà ceux de la lutte anti-terroriste", ajoute Maître Sarkouille, propagateur et apologiste numéro un des idéologies extrémistes de ses patrons.


Ne vous fiez pas aux apparences : Le tueur en scooter est encore en vie



Autre retombée nauséabonde de l'Opération Merah :

(Source : Europe-Israël)

Le tsahalo israélien Klaro Arschfeld, champion de l'Immigre-à-Sion et de l'Intègre-à-Sion, est le symbole vivant de la sionisation à outrance et du sionisme le plus radical. L'immigration, il connaît : son père est un Roumain immigré en France dans les années 1930 ; sa mère, une Allemande débarquée dans les années 60.  Le parasite Klaro Arschfeld est tellement bien "intégré" à la société française, qu'il est allé s'installer en Israël en 2002. Sa mère, elle aussi, est si bien "intégrée" chez nous qu'elle a essayé, début mars 2012, de se faire élire à la présidence de la République fédérale d'Allemagne...  Comme dit un autre sioniste, Jacques Attali (voir plus haut 17 juin 2011) : "La France est un hôtel..."  Pas seulement la France, mais aussi l'Allemagne, la Roumanie et près de 200 autres pays.

23 mars 2012 - Docteur Mohamed et Mister Merah : Alain Soral sur les contradictions du personnage présenté par la version officielle (lien audio).

"C'est un type qui a fait tellement de choses pour un garçon si jeune, qu'on dirait presque un héros de cinéma, et même plusieurs... Il était en même temps au Pakistan et en prison en France. Il a été à la fois djihadiste et délinquant au Pakistan. Il s'est mis au service d'Al-Qaïda, mais en même temps il a été mis en prison au Pakistan et expulsé du pays. Il a été pris par les Américains... Il lui est arrivé des tas et des tas de choses étranges et parfois même très contradictoires, ce qui fait qu'on ne sait pas bien à la fin pour qui il roulait... Et surtout, c'est très étrange qu'il ait pu se balader dans la nature et tuer autant de gens sur une période finalement très longue [10 jours] en étant tellement repéré et sans être appréhendé avant..."

"Son personnage est un peu comme Mohamed Atta [11 septembre]. On a un islamiste radical qui est en même temps un fêtard qui se teint les cheveux en rouge. On nous dit qu'il était très gentil, mais aussi qu'il menaçait tout le quartier avec un sabre. On ne sait pas si c'est un pieux musulman ou un décadent occidental. Il est plusieurs personnes à la fois, visiblement, et je n'arrive pas vraiment à cerner le personnage. Tout ce qu'on nous en dit dans les médias, et ce que dit la police et l'Etat, tout cela est incohérent et incompatible pour désigner une seule et même personne. Donc c'est très étrange..."

On pourrait ajouter : Merah n'avait pas de permis de conduire mais il louait des voitures, il n'avait pas de passeport valide mais voyageait dans des pays où il faut en avoir un...

Doutes et contradictions concernant la fusillade du 19 mars (format .doc - vu sur un forum de discussion du blog d'Allain Jules). On notera que les corps des victimes ont été transportés en Israël sans aucune autopsie préalable. Cela montre bien, d'une part, qui fait la loi en France. D'autre part, la version officielle devient par là même totalement incrédible. A la limite, on peut se demander s'il y a vraiment eu une "tuerie".


L'étrange relation entre Mohamed Merah et Bernard Squarcini (patron de la DCRI - Direction centrale du renseignement intérieur).

Naturellement, Merah entretenait aussi des "relations étranges" avec la DGSE (Direction générale de la "sécurité" extérieure). Sans cela, pas de faux passeport, pas d'excursion possible dans les pays "chauds". C'est le patron de ce service, Erard Corbin de Mangoux (un proche de Sarkozy) qui aurait arrangé ces voyages, en particulier celui qui a conduit Merah en Israël.



EXCELLENTE QUESTION :

Gilad Atzmon commente le déplacement de Merah en Israël. Pour les journaux du pays, le Toulousain voulait y "préparer un attentat terroriste" (logique). Atzmon, lui, pense que Merah est allé suivre un entraînement militaire en vue d'une opération israélienne "sous faux drapeau", une de plus.  Après tout, la devise du Mossad est bien "Par la tromperie,la guerre tu mèneras..."

Mohamed Merah en Israël : questions sans réponse  par Gilles Munier.


Et cætera...

La version officielle de la mort de Mohamed Merah est un mensonge - 15 flics du RAID armés jusqu'aux dents pénètrent dans un appartement de 38 m2, tirent 300 cartouches sans réussir à toucher le suspect enfermé dans sa salle de bain. Celui-ci quitte brusquement sa cachette, parvient à repousser les cinq assaillants qui se trouvent dans l'entrée de 2 m2, traverse le séjour en trombe sans être stoppé par cinq autres raideurs, arrive indemne sur le balcon, saute dans le vide et est tué en vol par un tireur posté à l'extérieur, lequel tireur venait justement de voir que Merah s'apprêtait à tuer des policiers qui s'étaient mis à l'abri sur le balcon...  On est habitué aux scénarios hollywoodiens tordus, mais alors là, tous les records sont battus...



Comme il se doit, la langue de "travail" de la police française est l'anglais.



Le balcon est en réalité plus petit que sur le croquis.



Le "forcené" Merah a-t-il sauté par-dessus les échelles ?


Déclaration de l'avocate de la famille Merah :  "Mohamed Merah a été manipulé et utilisé dans ces opérations par les services français et a ensuite été liquidé pour que la vérité ne voie pas le jour... Les vidéos circulant sur la mort de Merah sont des montages... Merah avait demandé à parler avec la presse mais cela lui a été refusé..."

Tout donne à penser que Merah a été discrètement liquidé dans la nuit du 21 au 22 mars, et non au cours de l'assaut-spectacle donné le 22 dans la matinée.

On veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes  par Gilles Munier. L'auteur signale que le journaliste algérien Ramdane Belamri se demande si Merah est l'auteur du meurtre des enfants juifs et du rabbin de Toulouse. Le "djihadiste" toulousain n'est sans doute pas non plus l'assassin des trois militaires : un témoin de la fusillade de Montauban dit que le tueur était corpulent, ce qui n'était pas le cas de Merah. Les contradictions sont chaque jour plus nombreuses...


QUAND LES SIONISTES REDÉFINISSENT L'ISLAM :

Pour Rioufoldingue (sur Figaro.fr) c'est une question d'appartenance ethnique



Pour Sarkouille (sur France Info) c'est une question de faciès

Heureusement que son faciès à lui est OK











Dans la foulée de l'Opération Merah, la police française arrête des islamistes à la pelle. Cela fait partie de la campagne présidentielle de Sarkozy qui n'oublie jamais qu'il a été premier flic de France avant d'entrer à l'Elysée. Simultanément, le tribunal correctionnel de Paris fait le procès d'un autre "terroriste", Adlène Hicheur, physicien et chercheur au CERN (Centre européen pour la recherche nucléaire). L'accusé avait-il l'intention de construire un accélérateur de particules islamistes (alqaïdrons, antisémitrons et surtout dji-hadrons - en anglais : G-hadrons) ou travaillait-il tout simplement pour Ahmadinejad ?...


C'était le but de la manœuvre

Décembre 2012 : Une nouvelle loi antiterroriste comme réminiscence de l'affaire Merah  par Jean-Claude Paye.

Le projet de loi "anti"-terroriste adopté par l'Assemblée a été présenté par le sioniste Manuel Valls (voir plus haut). Il ne s'agit pas de "réminiscence" mais plutôt de conséquence logique et préméditée. Le terrorisme d'Etat, depuis le 11 septembre 2001, est moins "gratuit" que jamais : après avoir frappé sur le terrain, ses auteurs ont parachevé leur "travail" au niveau législatif.

Voir également notre page sur le terrorisme









 LES MÉSAVENTURES DU SIONISTE DSK 


Le scandale éclate     Solidarité tribale et réflexe ethnique     Continuité au FMI     Libéré sous caution

L'accusation complice de la défense     La presse se déchaîne     Les complotistes montent au créneau

L'album de poésie de DSK     Affaire classée     L'avis de Thierry Meyssan sur l'affaire DSK    Carlton    Welcome to New York


Le scandale éclate :

14 mai 2011 -   Epouvantable scandale antisémite à New York. La police ose arrêter Dominique Strauss-Kahn sous le futile prétexte qu'il avait voulu obliger une femme de chambre de son hôtel à lui faire une gâterie - détails.  Naturellement, DSK est innocent : il croyait que ce "service" était inclus dans le prix de la chambre (3.000 dollars la nuit + taxes). Habitué à ce qu'on lui obéisse au doigt et à l'œil, DSK ne comprend pas qu'on s'acharne ainsi sur lui pour une insignifiante escapade parfaitement conforme aux préceptes du Talmud.* Les judéophobes de la Special Victims Unit du NYPD parlent de viol.

* Israël Shahak, professeur à l'Université Hebraïque de Jérusalem et rescapé des camps nazis (décédé en 2001), a longuement analysé les implications du Talmud dans son livre Histoire juive - Religion juive (1994 - pdf - 380 ko). A propos des délits sexuels (voir page 109), il écrit que le Talmud considère la femme non-juive comme une prostituée. En cas de rapports sexuels (en principe interdits) entre un juif et une non-juive, la peine principale doit être infligée à la femme... même si elle a été violée.

Maïmonide, médecin et théologien juif du 12ème siècle, que les sionistes et leurs supporters considèrent comme un "grand philosophe", mais qui fut en réalité particulièrement ignoble et répugnant à l'égard des non-juifs et se livra à de violentes attaques contre le christianisme, a abondamment commenté ces prescriptions du Talmud. Shahak cite Maïmonide dans son livre : "Si un juif s'unit sexuellement avec une non-juive, qu'elle soit une enfant ou une adulte, qu'elle soit mariée ou nubile, et même si lui-même est mineur, comme il a commis un coït volontaire avec elle, elle doit être tuée, comme le serait une bête, parce qu'à cause d'elle, un juif s'est mis dans un mauvais cas..."  La victime de DSK peut s'estimer heureuse si on la laisse en vie...


Le patron du FMI (Fonds monétaire international ou Foutoir mafieux israélophile, comme on voudra*) viole tous les jours des pays entiers (la Grèce par exemple) sans qu'on lui fasse le moindre reproche ; au contraire, on le félicite de tous côtés pour le démantèlement accéléré des systèmes sociaux. Alors, pourquoi celui que les Grecs appellent Dominique Shylock-Kahn n'aurait-il pas le droit de violer une simple domestique ?... C'est quand même moins grave que de prélever une livre de chair sur un débiteur insolvable qu'on vient de ruiner. D'accord, ça fait un peu penser à Jud Süß**, mais quand même... (Attention : les deux articles de Wikipédia sont à lire avec prudence.)

* Dans les pays du Tiers monde, FMI signifie Famine Mondiale Institutionnalisée. Dans les Etats occidentaux en voie de sous-développement, on n'en est pas encore là, mais c'est déjà FMI = Fins de Mois Impossibles. Et pour le leader noir américain Louis Farrakhan mais pas seulement pour lui, IMF (l'équivalent anglais de FMI) est l'acronyme de International Mother Fuckers.

** Ou, comme dit Strauss-Kahn : "Suce !..."


Le plus ennuyeux pour DSK, l'homme qui se demande chaque matin ce qu'il va bien pouvoir faire pour servir Israël, c'est qu'il risque de ne plus pouvoir participer aux érections présidentielles françaises de 2012. L'Etat voyou juif devra donc continuer de se faire représenter à Paris par son sayan numéro un actuel, Nicolas Sarkozy.

C'est d'autant plus fâcheux que Dominique Süß-Kahn avait le profil idéal d'un grand président "socialiste" - en termes de patrimoine et de fortune : superbe appartement historique de 240 m2 place des Vosges, penthouse de luxe avec toit-terrasse dans le 16ème (en bordure du bois de Boulogne), imposante maison dans le quartier chic de Georgetown à Washington (avec six salles de bain), résidence princière à Marrakech (où la famille Strauss-Kahn a ses racines judéo-berbères). Valeur totale : 20 millions d'euros, et il ne s'agit que des biens connus (on ne serait pas étonné d'apprendre que notre Shylock possède aussi une villa à Jérusalem). Sans oublier tout le reste : comptes, investissements, tableaux, voitures de luxe, train de vie pharaonique, costumes sur mesure à 35.000 $ pièce, coupes de cheveux à 500 $, etc. etc...


Traduction du procès verbal d'accusation : Un milliardaire mondialiste et sioniste qui tente de violer une femme de chambre noire, ça vous dit quelque chose ?  par Paul-Eric Blanrue. Le 16 mai, DSK doit coucher en prison. Sa cellule de Rikers Island est moins confortable que la suite royale du Sofitel de Times Square, mais le violeur est tout de même à l'abri de tout contact avec les autres détenus. Dommage, il s'en trouverait sûrement plus d'un pour faire subir à Dominique Le Perv ce que lui-même fait si volontiers aux autres.

Tous les criminels sont égaux devant la loi, mais certains sont plus égaux que d'autres. Il faut donc s'attendre à ce que DSK (que certains présentent comme un Détraqué Sexuel Khronique) soit relaxé très prochainement ou, à la rigueur, condamné à une amende ou à une peine mineure avec sursis. On pourrait aussi l'extrader vers Israël...



DSK et son avocat (juif) Benjamin Brafman :

"Ils m'ont enlevé ma cravate, mes lacets et ma ceinture,
mais ils m'ont obligé à garder mon pantalon...
"


DSK devant la juge Melissa Jackson





Première nuit à Rikers :
Le cauchemar de DSK




PALMARÈS :

Lien vidéo




BIENTÔT À HOLLYWOOD :





SACHEZ TOUT SUR DSK :

Testez vos connaissances
(niveau CM2 et au-dessus)

Dominique nique nique
par Vince & Zlatko (lien vidéo)


Solidarité de classe - Solidarité tribale :

BHL (Connard-Henri Lévy) prend bien entendu la défense du prédateur DSK, comme il avait pris celle des prédateurs Roman Polanski et Daniel Cohn-Bendit. Sur France-Inter, le grand philo-sophiste s'insurge : " Je suis en colère, très en colère... Tout ça est absolument répugnant... C'est absolument dégueulasse... [pas ce qu'a fait le violeur, mais ce qu'écrivent les journaux à son sujet...]  Le système judiciaire américain ne tient pas compte de la personnalité du prévenu. On sait bien que tout le monde n'est pas pareil... [sic]  Cette justice américaine est d'une formidable hypocrisie, elle est d'une tartufferie... [tant qu'elle s'applique à de vulgaires goyim, il n'y a pas de problème...] Dominique Strauss-Kahn dort en prison, je connais cette prison effroyable..." [DSK dort dans une cellule individuelle, alors que les détenus normaux s'entassent à 50 dans un dortoir avec les conséquences que l'on imagine. Mais ce privilège de classe dont DSK continue de bénéficier ne va pas assez loin au goût de BHL...]

Ce qui est véritablement répugnant, dégueulasse et hypocrite, c'est cette arrogance de B.H. Lévy - il est vrai qu'on y est habitué depuis longtemps...

Comme chacun sait, DSK et BHL sont tous deux multimillionnaires, juifs séfarades d'Afrique du Nord et ultrasionistes. Ils ont le même agenda politico-idéologique (accélérer la réalisation du Nouvel ordre mondial globaliste et apatride) et ils manipulent comme bon leur semble les grandes institutions internationales (FMI, ONU). Partout où ils passent, ils sèment - chacun à sa façon - la misère, la destruction et la mort ; la Grèce et la Libye ne sont que deux de leurs très nombreuses victimes.

Que le criminel Strauss-Kahn ait "trébuché sur sa queue" ne change absolument rien au fond de ce problème que la presse sionisée se garde bien d'aborder. Au contraire, c'est l'occasion pour elle de faire l'éloge des "mérites" du "plus grand banquier de la planète".



Du réflexe ethnique au réflexe vomitif :

David North et David Walsh montent au créneau - deux David trotskistes de wsws défendent le Goliath de la finance. Est-ce qu'ils auraient fait la même chose si le prédateur n'avait pas été juif comme eux ?...

D'autres 'avocats' [juifs] de DSK. Pour Jean-François Kahn, "il n'y a pas eu de tentative de viol, juste une imprudence, un simple troussage de domestique."  Pour Jack Lang, "il n'y a pas mort d'homme". Pour Michèle Sabban, "c'est un complot international, un attentat politique".

Jean Daniel du Nouvel Obs (obscène mais pas nouveau) : "Le sort infligé à DSK par la justice américaine me fait penser que le peuple américain et nous n'appartenons pas à la même civilisation."  [Bien sûr que non : le peuple élu, c'est le peuple élu - ne mélangeons pas les torchons et les serviettes.]  "Nous avons assisté à l'organisation médiatique d'une mise à mort, comme dans une corrida où l'on sait que le taureau va mourir, sauf qu'il n'y avait cette fois aucun torero qui prenne des risques. Strauss-Kahn donnait bien l'impression d'un taureau blessé qui met un genou à terre et attend l'estocade."  [Le summum de la souffrance juive...]

Tous ces gens, qui se disent "de gauche", sont en fait tout simplement des communautaristes de la pire espèce.








Continuité au FMI :

DSK doit quitter le FMI le 19 mai, mais la relève est assurée. C'est son adjoint John Lipsky, ancien banquier de JPMorgan, qui prend (provisoirement) la succession. Rien ne change, évidemment, sinon qu'un Juif séfarade* né à Neuilly et originaire du Maghreb est remplacé par un Juif ashkénaze né dans l'Iowa et originaire de Pologne. Les femmes de chambre des grands hôtels sont - peut-être - moins menacées, mais certainement pas les Etats victimes des prédateurs mondialistes.

* Le patronyme ashkénaze "alsacien" Strauss cache la "véritable" filiation de DSK. Côté maternel (c'est ce qui compte en droit juif), il descend des familles séfarades Hagège et Fellus. (Les mauvaises langues prétendent que ce dernier nom vient du latin phallus fellationibus - allez savoir...)

Une règle tacite veut que le patron du FMI soit un Européen et celui de la Banque mondiale un Américain (comprenez : un Juif européen dans le premier cas, un Juif américain dans le second). Les pays émergents (Chine, Inde, etc.) voudraient changer cette règle qui les défavorise.  De quoi se mêlent-ils, ils ne sont même pas juifs...


ÇA EXPLIQUE TOUT :

(vu sur le site des "Patrons juifs de France")

Le FMI : une institution antidémocratique qui impose la régression sociale  par Eric Toussaint.

Le FMI, DSK, la 'réforme' des retraites et le gel des salaires - Le programme probable du "socialiste" Strauss-Kahn pour la France de 2012 : pas très éloigné de la réalité grecque, portugaise ou espagnole.

Le vrai bilan de Strauss-Kahn au FMI  par Léon Camus.

Ne pleurez pas pour Strauss-Kahn  par Diana Johnstone.


Début juillet 2011, Christine Lagarde devient directrice générale du FMI. Malgré son manque de judaïté*, elle surmonte bien son handicap. Le site Israel Valley écrit : "La question va très vite se poser à Jérusalem : Christine Lagarde est-elle pro-israélienne ? Va t-elle 'sentir' les sensibilités du pays ? En fait, la réponse est limpide : OUI..."  La nouvelle patronne du FMI a commencé très tôt, puisque dès l'âge de 19 ans, juste après le bac, elle suit des cours aux Etats-Unis et "effectue un stage au Capitole en tant qu'assistante parlementaire du représentant républicain du Maine, William S. Cohen, qui deviendra ensuite secrétaire à la Défense de Bill Clinton" (Wikipédia). Après ses études de droit, Lagarde travaille pendant 25 ans pour le cabinet d'avocats Baker & McKenzie, un cabinet assez "qualifié" pour figurer en bonne place dans le Jewish Guide de New York. Elle est également membre du think tank Center for Strategic and International Studies (CSIS) où Henry Kissinger côtoie Zbigniew Brzezinski - la synthèse des "forces vives", juives et non-juives, de la mondialisation...  Avant même de prendre ses nouvelles fonctions, Christine Lagarde lance un avertissement à la Grèce ; les banksters de Wall Street et leurs représentants dans l'administration Obama applaudissent, à commencer par le sioniste Tim Geithner, ministre des Finances et ancien patron de la Fed de New York.

* Certains Juifs la revendiquent cependant comme une des leurs - voir ici



Ça change agréablement du prédateur précédent


Libéré saus caution :

Le 19 mai 2011, après qu'un grand jury ait décidé d'inculper DSK, un autre juge (Michael Obus) place le violeur en liberté surveillée en échange d'une caution de six millions de dollars. Strauss-Kahn est assigné à résidence à New York en attendant son procès... ou un accord avec l'accusation qui lui permettrait de s'en tirer à moindres frais. DSK a dû renoncer à son poste de directeur général du FMI, mais nul ne sait s'il renonce aussi à sa candidature à l'Elysée - l'avenir le dira.

Dans un premier temps, le Bristol Plaza (slogan : "Mieux qu'un hôtel") refuse de louer un de ses appartements de luxe à DSK. Ah ! les zantisémites !... Le pauvre Strauss-Kahn doit se contenter d'un appartement provisoire mis à sa disposition en bas de Broadway par Stroz Friedberg, la société (juive) de surveillance chargée de veiller sur lui pour plus de 200.000 dollars par mois. Si l'on en croit la presse, DSK n'est autorisé à quitter sa résidence - avec un préavis de six heures - que pour se rendre au tribunal, recontrer ses avocats, voir un médecin ou aller à la synagogue. Et quand une femme de ménage vient nettoyer l'appartement ?...

Une semaine plus tard, Strauss-Kahn s'installe dans une prestigieuse maison du quartier de TriBeCa : 630 m2 sur trois étages, vaste salon de style loft, quatre chambres, quatre salles de bain, agencement et décoration de luxe. Valeur à la vente : 14 millions de dollars. Loyer mensuel : 50.000 $ (une broutille comparé aux 200.000 et quelque pour la "sécurité").  Une seule domestique ne suffira pas...

La nouvelle demeure du "socialiste" Strauss-Kahn : lien vidéo.



À VOTRE AVIS, QUI VA GAGNER ?

La musulmane africaine en burka blanche
ou le multimillionnaire juif ?




L'AFFAIRE EST RÉGLÉE :

Le 22 mai, comme l'annonce le journal israélien Haaretz, l'avocat de DSK, Benjamin Brafman, sait déjà que son client sera acquitté - on s'en doutait un peu...  Brafman passe le week-end à Jérusalem, où vivent son fils (qui est rabbin) et ses petits-enfants. Pour prouver qu'il ne manque pas d'humour, l'avocat déclare : "Si Strauss-Kahn n'avait pas été célèbre et citoyen étranger, on ne lui aurait pas demandé 6 millions de dollars de caution..."  Evidemment, on l'aurait tout simplement mis au trou.

6 juin : DSK plaide officiellement "non coupable".



L'accusation complice de la défense :

1er juillet 2011 : scandaleuse libération de DSK. Sans que les charges contre lui soient officiellement abandonnées, le prédateur est remis en liberté. Il peut se déplacer où il veut à l'intérieur des USA ; sa caution de 6 millions de dollars lui est restituée. Raison avancée par le parquet : "doutes quant à la crédibilité de la victime présumée".

En fait, comme le signale Kenneth Thompson, l'avocat (noir) de la femme de chambre guinéenne, l'argument de "non-crédibilité" ne concerne absolument pas les preuves matérielles du viol, mais seulement des détails de la vie de la victime sans aucun rapport avec les faits reprochés à DSK. Nafissatou Diallo aurait "menti" en répondant à certaines questions posées dans sa demande d'asile ; elle aurait "triché" dans sa déclaration fiscale ; elle aurait eu une conversation téléphonique avec un trafiquant de drogue emprisonné ; elle aurait communiqué à ce dernier son intention de réclamer des dommages-intérêts à Strauss-Kahn. Tout cela - avéré ou pas - n'a rien à voir avec ce qui s'est passé le 14 mai dans la suite du Sofitel de Times Square. Le grand jury (de mise en accusation) a déclaré ce cas recevable sur la base des preuves présentées, mais le parquet fait comme s'il n'en était rien. C'est au tribunal (et au jury "d'assises") de décider si ces preuves sont suffisantes pour une condamnation, pas au parquet.

Thompson reproche au procureur Cyrus Vance Jr. (dont le père a été ministre des Affaires étrangères sous Jimmy Carter) d'outrepasser ses droits et de saboter le dossier d'accusation. Sans le dire dans ces termes, l'avocat accuse Vance de lâcheté et de complicité avec la défense. Une des adjointes du procureur est mariée à un avocat travaillant dans l'équipe de Benjamin Brafman. Autrement dit, la défense est toujours au courant de ce que fait le ministère public !  D'autre part, Vance s'est permis - en l'absence de Thompson - de maltraiter verbalement Nafissatou Diallo, alors que la loi l'oblige au contraire à tout faire pour la protéger.

Conférence de presse de Ken Thompson (lien vidéo - 20 mn).

En outre, les assistants du procureur, toujours en l'absence de Me Thompson, ont eux-mêmes poussé la victime, qui maîtrise imparfaitement l'anglais, à "se contredire" à propos de la chronologie des événements. Alors qu'elle avait déclaré dès le départ avoir immédiatement donné l'alarme, un document du 30 juin adressé par le procureur à la défense prétend qu'elle aurait changé plus tard sa déposition, affirmant au contraire avoir attendu avant d'appeler des secours. Elle aurait bien tranquillement fait le ménage dans la chambre voisine puis serait retournée nettoyer la suite de DSK (pour y effacer les traces de sperme !) avant de signaler le viol.

Cette histoire abracadabrante est en totale contradiction avec les preuves matérielles recueillies sur le moment. D'autant plus, comme le révèle Le Figaro du 5 juillet sans en tenir compte, que le relevé électronique relatif à l'utilisation des cartes magnétiques donnant accès aux chambres, prouve que la victime "s'est d'abord réfugiée - pendant une minute au plus - dans la chambre 2820 qu'elle savait inoccupée, avant d'être trouvée par la responsable de son étage. Sa supérieure hiérarchique l'a alors conduite dans la 2806 pour qu'elle lui explique ce qui venait de se produire et qu'elle reprenne ses esprits". Le procureur prétend que "la confirmation par les cartes magnétiques ne lui est parvenue que tardivement" : six semaines après le viol - de qui se moque-t-il ?...

En temps normal, le parquet défend les intérêts de la victime (qu'elle ait un avocat ou pas). Dans le cas présent, au contraire, il contribue à la discréditer en reprenant à son compte les mensonges de la défense et en y ajoutant les siens, sans qu'on sache au juste qui est à l'origine de quoi : prétendu trafic de drogue, prétendu blanchiment d'argent, prétendus mouvements de fonds suspects sur le compte bancaire de la victime, etc... C'est le monde à l'envers - et les faits proprement dits passent à la trappe... La complicité accusation-défense crève les yeux...

6 juillet : conséquence logique de cette complicité, l'avocat de la femme de chambre demande la récusation du procureur. Il est prouvé entre-temps que les services de Cyrus Vance (en particulier son adjoint Daniel Alonso) laissent filtrer des informations et des rumeurs calomnieuses en direction de la presse afin de nuire à la victime.  Comme il fallait s'y attendre, le procureur rejette lui-même la demande formulée contre lui : l'état de droit c'est bien, la justice autonettoyante c'est mieux...

Aux Etats-Unis, les procureurs sont élus pour quatre ans. Vance, s'il veut garder son poste, a naturellement intérêt à se plier aux volontés des "faiseurs de rois" de l'inexistant lobby. Ce n'est pas en s'attaquant au "plus grand banquier" (juif) de la planète qu'il y parviendra. Après un mauvais départ, il essaie de toute évidence de se racheter de sa mauvaise conduite.

Dans ces conditions, il est probable que l'étape suivante consistera à blanchir purement et simplement DSK et à lui permettre de rentrer triomphalement en France, afin d'être élu en 2012...

Nous espérons que vous aviez la bonne réponse à la question ci-dessus.


Petite parenthèse à propos de l'avocat - ou des avocats - de la victime

Au début de l'affaire (14 mai), Nafissatou Diallo est représentée par Jeffrey Shapiro, avocat (juif) spécialiste des erreurs médicales (si l'on en croit la presse). On ne sait pas qui a choisi cet avocat ; certainement pas la victime elle-même, dont les moyens financiers sont de toute façon insuffisants pour couvrir les honoraires. A partir du 25 mai, Shapiro est assisté par Norman Siegel (également juif) et par Ken Thompson (noir).

Le 6 juin, Shapiro et Siegel se retirent. La victime est maintenant représentée par Ken Thompson et Douglas Wigdor (du cabinet Thompson Wigdor LLP). On ignore tout des motifs de ce changement ; on peut simplement supposer qu'un avocat noir semble plus approprié pour défendre les intérêts d'une cliente noire. Mais qu'on se rassure, l'associé de Thompson est juif, comme la plupart des avocats de New York. Pour ce qui est du financement des honoraires, le mystère demeure.

Nul ne sait au juste quelle importance tous ces détails peuvent revêtir, mais il est probable qu'ils sont loin d'être anodins. Quoi qu'il en soit, les forces en jeu à ce niveau sont d'une part la communauté noire, qui considère cette affaire comme exemplaire ; d'autre part, les "défenseurs" juifs de la "cause" noire, qui y voient - c'est une constante depuis des décennies - un moyen infaillible de contrôler ladite communauté noire tout en amortissant les contrecoups éventuellement gênants pour la communauté juive (dont ils sont dépendants en dernier ressort).



La presse se déchaîne :

A partir du 1er juillet, les médias sionisés (lesquels ne le sont pas ?) ne cessent d'en rajouter et inversent complètement les rôles. DSK serait la victime d'une abominable conspiration. (Ce sont les habituels pourfendeurs de la "théorie du complot" qui disent cela ; il est vrai qu'il existe de bons et de mauvais complots...)  La vraie victime, elle, est devenue une "putain" - ce qui est parfaitement conforme aux principes du Talmud (voir plus haut). Strauss-Kahn aurait tout simplement eu recours à ses "services".  Il avait pourtant prétendu, au départ, qu'il ne s'était rien passé, puis avait évoqué des relations consensuelles "non-tarifées". Ces mensonges et quelques autres en rapport avec le viol n'ont apparemment pas mis en cause sa "crédibilité" à lui. (Ne parlons pas des autres mensonges caractéristiques de sa personnalité, que ce soit dans sa vie privée ou dans ses activités professionnelles.)  Pour la presse, la "présomption d'innocence" en faveur de DSK s'est transformée en "présomption de culpabilité" au détriment de Nafissatou. Certains exigent déjà la condamnation de cette dernière et, par-dessus le marché, celle de Tristane Banon, cette autre victime qui vient de porter plainte contre le prédateur.

Tristane Banon : Pourquoi je porte plainte contre DSK

Le 13 octobre, comme il fallait s'y attendre, la plainte de Tristane Banon pour tentative de viol en 2003 est classée sans suite par le parquet de Paris, qui prétend qu'il y a eu seulement tentative d'agression sexuelle, un acte prescrit depuis 2006.



Les complotistes montent au créneau :

Fin novembre 2011, le sayan américain Edward Epstein relance la théorie du complot strauss-kahnophobe. Pour cela, il recycle des "arguments" déjà réfutés depuis longtemps par les avocats de la victime et en invente de nouveaux, tout aussi "convaincants" que les précédents - La braguette de DSK a été piratée !

A peu près au même moment, le sayan français Michel Taubmann, "biographe" du violeur, sort un livre que les médias sionisés qualifient de "contre-enquête minutieuse destinée à réhabiliter DSK". Taubmann est lui aussi "convaincu qu'un piège a été tendu à l'ancien patron du FMI" - évidemment, on ne le paie pas pour dire le contraire...

On peut s'interroger sur la raison de cette brusque reprise de la campagne pro-DSK. Est-ce tout simplement le besoin de se faire un peu d'argent à l'approche des fêtes de Noël, ou faut-il s'attendre à un retour prochain du "réhabilité" sur la scène politique française ? Dans la société du spectacle, rien n'est impossible...

(Thierry Meyssan avait été un des premiers à parler de complot à propos de l'affaire DSK - voir plus bas. Mais là, bizarrement, ses adversaires habituels ne l'ont pas traité de complotiste. Il y a des théories du complot qui passent beaucoup mieux que d'autres...)



L'album de poésie de DSK :

○  "DSK s'est jeté sur moi comme un chimpanzé en rut..." (Tristane Banon)

○  "DSK est un prédateur qui cherche non pas à plaire mais à prendre... Il se comporte avec l'obscénité d'un soudard..." (Anne Mansouret, la mère de Tristane Banon, à propos d'une relation sexuelle "consentie" qu'elle a eue avec le prédateur)

○  "J'ai couché avec la mère, j'ai pété un câble quand j'ai vu la fille..." (DSK à son ex-épouse Brigitte Guillemette, qui est aussi la marraine de Tristane Banon)

○  "DSK est un homme agressif... Il a un problème qui le rend peu apte à diriger une institution où des femmes travaillent sous ses ordres..." (Piroska Nagy, subordonnée de Strauss-Kahn au FMI)

○  "Quand j'en ai parlé aux hôtesses et aux stewards d'Air France, ils m'ont dit tout de suite que DSK était un client difficile et qu'il avait déjà eu un comportement totalement déplacé vis-à-vis de certaines hôtesses. Cela s'est terminé par une paire de claques pour le directeur du FMI. Mais l'hôtesse en question aurait pu déposer plainte, d'après ce que m'a raconté un steward qui avait assisté, médusé, à la scène... C'était plus qu'une main aux fesses, pour être précis. Et tout l'équipage était particulièrement choqué. Ils m'ont dit que c'était de notoriété publique parmi les personnels navigants d'Air France..."  (Un habitué de la ligne Paris-New York, à l'émission 'Carrément Brunet' sur RMC, le 16 mai 2011 - lien audio)

○  "DSK est visiblement atteint d'une maladie mentale, il a des difficultés à maîtriser ses pulsions." (Michel Rocard)

○  "Dis donc, l'enflure, tu me dois encore 25.000 euros pour l'histoire du Carlton. C'est pas parce que tu t'es défoulé gratos sur une femme de chambre de New York, qu'il faut croire que mes putes sont à l'œil...  Alors, je te donne jusqu'à lundi, sinon tu peux oublier la présidence..." (Dodo la Saumure) - Voir également plus bas : Proxénétisme au Carlton

○  "Brusquement, j'ai ouvert la porte. Je bandais comme un gorille et ruisselais de partout..." (L'Enculé DSK, sous la plume de Marc-Édouard Nabe)

○  "Un viol, c'est avec un couteau ou un pistolet... Dominique Strauss-Kahn est innocent des accusations portées contre lui..." (Ivan Levaï, auteur du livre Israël, mon amour, ancien journaliste et premier mari d'Anne Sinclair, l'actuelle épouse de DSK)

○  "Les journalistes, c'est vraiment tous des pourris... Ceci dit, on ne va pas les rater..." (DSK, grand défenseur de la liberté de la presse, rendant hommage à des gens qui l'ont soutenu dans leur immense majorité, à commencer par Anne Sinclair et Ivan Levaï)

○  "Je n'ai jamais rien fait d'illégal. La prostitution, le proxénétisme, je les ai en horreur..." (sic - DSK)

○  "Offrir à cet individu l'opportunité de s'exprimer en public, est une insulte à toutes les femmes victimes de viols et d'agressions sexuelles..." (Ruth Graham, porte-parole d'une initiative contre la venue du violeur DSK à l'université anglaise de Cambridge pour y donner une conférence le 9 mars 2012)

○  "Heureusement que je ne me suis pas retrouvée en face de lui !  Je suis partie parce qu'il est hors de question pour moi de rencontrer Dominique Strauss-Kahn, ne serait-ce qu'au nom du droit des femmes et du respect qui leur est dû... Ce monsieur est totalement indésirable dans la campagne..." (Ségolène Royal, à six jours du second tour de la présidentielle 2012, commentant la venue inopinée de DSK à une soirée organisée par les dirigeants socialistes)

○  "C'est un être double, mi-homme mi-cochon... un artiste des égouts, un poète de l'abjection et de la saleté... sans aucune morale, qui prend sans demander ni calculer, sans se soucier des conséquences... Un être dégueulasse, incapable d'aucune forme de morale, de parole, de sociabilité... Son idéal, c'est la partouze... Il aurait transformé l'Elysée en une boîte échangiste géante, se serait servi de ses assistants, de ses larbins, de ses collaborateurs et de ses employés comme de rabatteurs, d'organisateurs de partouzes, d'experts dans l'art de satisfaire ses pulsions les plus obscures... Ce qui s'est passé dans cette chambre [du Sofitel] devenue légendaire ne peut se comprendre si l'on ne se met pas dans la tête d'un cochon authentique et véritable. D'un cochon qui prend une femme de ménage pour Catherine Deneuve dans 'Belle de jour'. Seul un cochon peut trouver normal qu'une misérable immigrée africaine lui taille une pipe sans aucune contrepartie, juste pour lui faire plaisir, juste pour rendre un humble hommage à sa puissance..." (Marcela Iacub, dans son livre Belle et Bête de février 2013)*

* Cette juriste et journaliste juive franco-argentine, chroniqueuse à L'Aberra-sion (anciennement Libération), est sans aucun doute masochiste puisqu'elle a eu une liaison avec DSK de janvier à août 2012, c'est-à-dire après "l'affaire".  DSK demande l'interdiction de Belle et Bête et exige 100.000 € de dommages-intérêts. Le "cochon" est devenu modeste dans ses revendications - à moins bien sûr qu'il ne s'agisse d'un coup de pub pour faire la promotion du livre.

○  "Attendez d'avoir vu mon livre d'or..." (DSK)



Affaire classée :

Le 23 août 2011 se produit ce que l'on attendait depuis longtemps : l'affaire Strauss-Kahn est classée. Le procureur Cyrus Vance, complice de la défense ("De-Vance Go !..." comme on dit au football américain), refuse de donner suite à cette affaire, jugeant trop maigres les chances de succès. Dans un Etat de droit, ce serait aux jurés qu'il incomberait de décider si les preuves sont suffisantes ou pas pour prononcer une condamnation de l'accusé. Rien de tel ici, nous sommes aux USA.

Au départ les preuves matérielles étaient pourtant suffisantes pour justifier une mise en accusation, et elles n'ont pas changé depuis. Le rapport médical établi immédiatement après le viol est formel. Mais l'inexistant lobby, sa presse (c'est-à-dire la presse), les avocats de DSK, ses nombreux partisans et le parquet, prétendent que l'examen médical "ne veut rien dire", que les hématomes, les griffures, la déchirure des ligaments de l'épaule, etc... peuvent très bien avoir été causés avant "l'incident". Dans ce cas, on se demande bien pourquoi on impose un examen médical aux femmes violées, puisque ce pseudo-argument strauss-kahnien pourrait en fait être invoqué dans tous les cas, sans exception. S'il ne l'est pas, c'est évidemment parce que tous les cas de viol n'impliquent pas un violeur ayant le profil tribal-religieux-financier de DSK.

Tous les éléments mettant soi-disant en doute la crédibilité de Nafissatou Diallo n'ont strictement rien à voir avec le viol lui-même. Et c'était de toute façon au tribunal, aux jurés, d'évaluer la crédibilité de la victime - et surtout la crédibilité de l'accusé, dont personne ne parle jamais. DSK n'a cessé de mentir. Il a modifié plusieurs fois sa version des faits. Tout d'abord, il déjeunait au restaurant à l'heure du forfait. Puis, c'était une jeune femme, de 30 ans plus jeune que lui, qui interrompait son travail pour lui faire une fellation, sans y être obligée et sans rien demander en échange. Et enfin, il avait tout simplement eu recours aux "services" (payants) d'une "prostituée". Question "crédibilité", c'est du solide...  (D'autant plus que selon l'humeur du jour, DSK revient parfois à la version numéro 2 : relation consentie "non-tarifée".)

La victime intente maintenant une action au civil devant un tribunal du Bronx où elle a son domicile. Comme le succès d'une telle plainte dépend moins de critères légaux que de critères de classe, de couleur de peau, d'appartenance ethnico-confessionnelle et d'influence politico-sociale, on ne risque pas grand-chose en prédisant un résultat analogue à celui de la plainte pénale. Mais même si, contre toute attente, la victime devait se voir reconnaître le droit au versement de dommages-intérêts, elle ne toucherait probablement pas un sou. D'une part, parce que DSK serait depuis longtemps rentré en France ; et d'autre part, parce qu'il ferait valoir qu'il ne possède lui-même aucune fortune, tout appartenant, comme par hasard, à sa femme et à elle seule.

Strauss-Kahn, "blanchi" selon la presse raciste, reste sale  par Claude Ribbe.

24 août : le journal New York Post du groupe News Corporation (qui a pour principaux actionnaires le sioniste Rupert Murdoch et la banque juive Goldman Sachs) attaque violemment la femme de chambre du Sofitel. Pour l'auteur de l'article, elle "n'est plus la bienvenue aux Etats-Unis". Il exige "qu'on la mette dans un avion en partance pour sa Guinée natale dès qu'on en aura terminé avec la paperasse". Nafissatou Diallo n'est que "la victime autoproclamée d'une sordide histoire de fausse accusation de viol".  Rien que ça...

Et si on renvoyait Merdoch dans son pays ?...  La difficulté, c'est que, comme tout bon sioniste, il en a plusieurs : son Australie natale, les Etats-Unis qui l'ont naturalisé (il n'a pas eu besoin de mentir dans sa demande, son fric suffisait), le Royaume-Uni où il séjourne aussi souvent qu'aux USA, et enfin Israël où il bénéficie automatiquement du "droit au retour" (grâce à sa mère juive Elisabeth Greene). Eventuellement il y aurait aussi la Pologne et la Russie, d'où venaient ses ancêtres...  Et c'est ce mec (ou un de ses employés) qui s'arroge le droit de dire qui peut vivre aux Etats-Unis et qui il faut expulser !...

28 août - journée mondiale de la chutzpah sioniste : les défenseurs de DSK menacent la victime de poursuites "si les attaques de ses avocats devenaient trop indignes". Le mieux serait sans doute de la traîner immédiatement devant un tribunal talmudique (voir plus haut). La seule question qui se pose : on la poursuit avant ou après l'avoir expulsée ?...

4 septembre : DSK est de retour à Paris, il ne risque plus de comparaître à son procès civil du Bronx.

18 septembre - En réponse à la scandaleuse exhibition cathodique de Strauss-Kahn  par Claude Ribbe :  "Pas de surprise pour celles et ceux qui ont regardé l'écœurant show à la gloire du mensonge, de l'impunité et de la connivence sur TF1. Cet homme qui récite la leçon que lui ont apprise ses 'communicants', cet homme toujours accusé de viol et de tentative de viol et qui se dit 'blanchi', cet homme qui ose venir au journal télévisé devant des millions de téléspectateurs non pas pour dire la vérité ou donner sa version des faits, mais pour jouer la comédie, abrité derrière le rapport complaisant d'un procureur de New York, cet homme enfin est l'arrogance, le mépris, la malhonnêteté, la vulgarité personnifiés." [en hébreu : la chutzpah]

26 septembre - Invoquant une prétendue "immunité", le violeur demande à la justice new-yorkaise de rejeter la plainte déposée au civil par sa victime. Quoi qu'il en soit, les avocats de Nafissatou Diallo annoncent que la procédure pourrait bien durer deux ans.

1er mai 2012 - Pas d'immunité pour DSK : le juge du tribunal civil du Bronx refuse de classer la plainte.

14 mai 2012 - Un an jour pour jour après le viol, le violeur porte plainte contre sa victime, mettant ainsi à exécution la menace proférée par ses avocats le 28 août 2011 (voir quelques lignes plus haut). DSK réclame "un million de dollars de dédommagement pour son arrestation, son placement en détention à la prison de Rikers Island puis son assignation à résidence à Manhattan, ainsi que pour la perte de ses fonctions à la tête du FMI et les conséquences de l'affaire sur sa réputation". Il aurait pu y ajouter la "perte" de l'Elysée, ce qui lui aurait permis d'exiger dix millions de plus.

12 juin 2012 - DSK fait appel de la décision du tribunal civil du 1er mai. D'autre part, le bureau du procureur complice, qui avait abandonné la procédure pénale contre le violeur en août 2011 (voir un peu plus haut), empêche maintenant les avocats de la victime d'avoir accès au dossier pénal pour s'en servir au civil. Les hommes de Cyrus Vance prétendent que "la demande des avocats de Nafissatou Diallo est trop large" et déclarent que "conformément au droit, le dossier a été scellé lorsque la procédure pénale a été abandonnée ; il ne peut être rouvert qu'avec l'accord de Dominique Strauss-Kahn ou sur injonction d'un juge". Il y aura donc une procédure de plus pour déterminer si la victime a le droit ou pas d'utiliser à son profit tous les éléments connus du procureur mais dissimulés par lui. La Jewstice américaine suit son cours...

10 décembre 2012 - Un accord amiable met fin à la procédure civile contre DSK. En échange de l'abandon des poursuites, le violeur verse à sa victime un montant resté secret (probablement plusieurs millions de dollars).



Thierry Meyssan aurait-il fumé la moquette ?

26 mai 2011 : L'époque où le patron du Réseau Voltaire produisait en série des articles lucides et pertinents sur le 11 septembre, le terrorisme téléguidé, les guerres americano-sionistes et la situation internationale en général, semble malheureusement révolue depuis quelques mois. Après s'être lourdement discrédité à propos de la Libye et des 50.000 mercenaires soi-disant fournis par Israël à Kadhafi pour la modique somme de 3 milliards de dollars par mois ou 36 milliards par an, soit plus de la moitié du PIB libyen (!) - voir "Révolutions" arabes et confusion politque, après avoir pédalé dans la choucroute en essayant de gérer ses contradictions, voilà que Thierry Meyssan prend la défense de Strauss-Kahn. On en reste bouche bée : Obama, la guerre financière et l'élimination de DSK.

Strauss-Kahn est, paraît-il, "le leader politique le plus populaire chez les Français" ; son "destin brisé tient de la tragédie antique" ; "le broyage d'une si haute personnalité ne peut que provoquer l'angoisse chez le simple citoyen" ; DSK "brillant économiste qui devait sauver l'humanité de la crise financière, se trouve soudain ravalé au rang d'infâme criminel" ; les Américains [producteurs numéro un de matériel pornographique] sont "des puritains" ; Strauss-Kahn est "un séducteur", pas un violeur ; sa femme Anne Sinclair, "qui fut la journaliste préférée des Français", est "toujours aussi belle et volontaire, malgré les années de plus" ; "cette femme prête à tout céder pour arracher son époux des mâchoires écrasantes de la justice états-unienne, n'en est que plus admirable" ; DSK "séquestré pendant dix jours" [il n'a passé que 6 nuits en prison] ; "pendant 10 jours, le fonctionnement du FMI a été bloqué faute de signature, pendant 10 jours, les problèmes de l'euro et du dollar, la faillite de la Grèce et bien d'autres enjeux ont été suspendus au bon vouloir de policiers, de juges et de matons" [elle est bien bonne, celle-là] ; etc. etc...

Pour Meyssan, il y a un complot derrière tout cela, mais il n'est pas l'œuvre de Sarkozy. Ce sont les Américains qui ont voulu virer DSK du FMI, car il s'apprêtait - tenez-vous bien - à révolutionner le système monétaire international en remplaçant le dollar moribond [pas plus moribond que l'euro] par une nouvelle monnaie internationale basée sur les Droits de tirage spéciaux - DTS.

[Les DTS sont nés il y a plus de 40 ans et résultent d'une astuce comptable du FMI, destinée à l'époque à procurer des liquidités supplémentaires au niveau international, ce qui n'est plus nécessaire aujourd'hui, bien au contraire - voir Le système monétaire international est-il en crise ?  L'unité monétaire fictive du DTS a cependant survécu ; sa valeur est déterminée par un "panier" de quatre monnaies (dollar, euro, livre, yen).  Quant au bancor, cette monnaie internationale mort-née mentionnée dans l'article de Thierry Meyssan, elle était d'autant plus utopique et irréalisable en 1945, que les Etats-Unis disposaient alors de la moitié du PIB mondial et détenaient 80 % des réserves d'or. Pourquoi auraient-ils dû saborder la position hégémonique du dollar et abandonner volontairement leur rôle d'unique banquier de la planète ?...]

Le coup d'envoi de la "révolution" monétaire de Strauss-Kahn - yes, we kahn - était prévu pour le 26 mai, date du G8 de Deauville. Quand il a été arrêté dans l'avion, DSK voulait se rendre à Berlin "pour trouver une solution avec la chancelière Angela Merkel. Il devait ensuite partir avec un émissaire de Mme Merkel négocier avec des représentants du colonel Kadhafi - voire avec lui directement, la signature du Guide libyen étant indispensable au déblocage de la situation." [vraiment n'importe quoi... - pour mémoire : Kadhafi, c'est le gars qui sacrifie la moitié du PIB de son pays pour se payer des mercenaires israéliens, pendant que l'OTAN le bombarde jour et nuit...]  Et pourquoi donc Kadhafi et DSK ?...  Parce que le dinar libyen est "la première monnaie au monde garantie en or et en Droits de tirages spéciaux du FMI."

En fait, si le dinar libyen est bien indexé sur les DTS, il n'est pas du tout basé sur l'or* et surtout pas "garanti en or". La dernière monnaie qui l'ait été fut le dollar US, jusqu'en 1971 et seulement vis-à-vis des Etats étrangers (c'est-à-dire de leurs banques centrales). Au cours des cinq dernières années, le dinar est resté stable par rapport au dollar. S'il avait été basé sur l'or, sa valeur en billets verts aurait doublé lorsque le prix de l'once est passé de 800 à plus de 1.500 $ (une once = 31 grammes).

* La Libye disposerait de 140 tonnes d'or, soit environ 4,5 millions d'onces ou (à 1538 $ l'once le 31.5.11) l'équivalent de 7 milliards de dollars. C'est relativement "peu" en comparaison du total des réserves de change de la banque centrale (100 milliards de dollars). Entre-temps, tout cela a été volé à l'Etat libyen, y compris l'or qui était déposé à Londres. Il a suffi d'un mot, et le criminel de guerre sioniste David Cameron (descendant direct de Moïse) s'est vu remettre les clés de la salle des coffres (pour ainsi dire). Le leader libyen pensait certainement que l'or peut garantir l'indépendance d'un Etat. Mais quand on veut être indépendant, il faut l'être jusqu'au bout, et Kadhafi ne l'a guère été depuis 2005.

En 2007-2008, les spéculations de Goldman Sachs ont fait perdre au fonds souverain de Libye (Libyan Investment Authority - LIA) près de 1,3 milliard de dollars - c'est le blog de Forbes qui le signale.


En février 2011, avant les événements de Benghazi, Strauss-Kahn avait certes félicité Kadhafi pour ses "réformes" (réalisées uniquement pour plaire aux Etats-Unis, puisque l'économie et les finances libyennes se portaient bien). Mais de là à coopérer plus tard - en pleine guerre - avec l'homme à abattre en priorité, l'idée est parfaitement saugrenue. D'autant plus qu'on ne voit pas pourquoi le "Guide" libyen devrait donner son accord à une "réforme" monétaire du FMI.  Parce qu'il est propriétaire du "copyright" ?...  Parce que ses réserves de 100 milliards - confisquées depuis - lui permettent de traiter d'égal à égal avec les grands de la finance ?...  Et que dire de l'affirmation de Meyssan selon laquelle "Washington aurait renoncé au financement de son hyper-puissance militaire par la dette pour se consacrer à sa restructuration interne..."  On est en plein délire...

Si jamais DSK est relâché à temps pour participer à l'élection présidentielle de 2012, Thierry Meyssan va certainement appeler à voter pour lui. Peut-être espère-t-il qu'une fois à l'Elysée, le "brillant économiste" et potentiel "sauveur de l'humanité" lui permettra de quitter l'exil libanais auquel il est astreint depuis que Sarkozy est au pouvoir.

[Le 23 août 2011, DSK est "blanchi" et libre de ses mouvements. Il peut rentrer en France à tout moment et se porter candidat. Attend-il, pour le faire, que la "crise libyenne" soit terminée, afin de ne pas compromettre ses chances ?  Si tout va bien, il sera le prochain président et pourra, à ce titre, se lancer dans la prochaine guerre par procura-sion. Ce qui a si bien réussi à Sarkozy en Libye, DSK devrait pouvoir le faire en Syrie ou en Iran.  Que dira alors Thierry Meyssan ?...]



Proxénétisme au Carlton :

Deux mois avant l'élection présidentielle, un retour de dernière minute semble définitivement écarté pour DSK. Tandis que François Hollande a pris sa place, le violeur de New York s'enfonce toujours plus dans son élément. L'affaire des partouzes du Carlton de Lille, qui couvait depuis quelques mois, lui éclate au visage. Alors que DSK était présenté jusqu'alors comme un "client" de ce réseau de prostitution transatlantique (Lille, New York, Washington), il est à présent soupçonné de complicité de proxénétisme et d'abus de biens sociaux.

Le 21 février 2012, Strauss-Kahn est placé en garde à vue et passe une nuit en cellule (7 m2, plus confortable qu'à Rikers). Mais on le relâche avant l'expiration du délai de 48 heures. Il paraît que tout cela est un malentendu. Le ministre avait dit aux gendarmes : si vous voyez DSK, mettez-vous au garde-à-vous. Eux avaient compris : mettez-le en garde à vue. Ce sont des choses qui arrivent...

Et pourtant, un mois plus tard, DSK est mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée". Il risque la cour d'assises mais reste en liberté sous contrôle judiciaire après avoir fourni une caution de 100.000 euros. [En octobre 2012, le parquet classe l'enquête.]







Welcome to New York :

En mai 2014, trois ans après le viol, le violeur est incarné à l'écran par Gérard Depardieu, dans le fim Welcome to New York d'Abel Ferrara.

Un film plutôt réussi  par Charlotte Pudlowski. C'est sur Slate, donc plus complaisant pour le sioniste DSK que pour "le Russe" Depardieu, mais quand même....

Un film écrit pour les fans de Dieudonné  par Bruno Roger-Petit (Nouvel Obs) : "C'est un spectacle de Dieudonné, sans Dieudonné, mais avec des dialogues de Dieudonné, des procédés de Dieudonné, des sous-titres de Dieudonné et des idées de Dieudonné..."  Involontairement, cette référence appuyée au roi de la quenelle est le meilleur compliment qu'on puisse faire au film.

Pour l'ensemble des médias pro-DSK, Welcome to New York est "antisémite". Forcément... C'est d'ailleurs pour cela que le film ne sort pas en salle ; il est seulement disponible via Internet (vidéo à la demande). Mais qu'on se rassure, les profiteurs habituels y trouvent très certainement leur compte... DSK lui-même espère bien prélever sa "petite commission" au passage, sous forme de dommages-intérêts. Il porte plainte contre Abel Ferrara avec l'aide de son avocat Jean Veil, pour qui "le film est une merde". (L'intérêt de "la merde", c'est qu'on peut la transformer en or...)

Welcome to New York : élégant, courageux et intelligent  par Ariane Walter (AgoraVox)








Boycottons l'apartheid
(régulièrement mis à jour)

Carte de la bande de Gaza
Carte d'Israël



Néga-sionisme nauséabond

Réfutation des protocoles de la haine

Une vie après le sionisme



I : Des origines à 1967     II : 1973-2008     III : 2009-2010     IV : 2011-2012     V : 2013-2014     VI : Certains mythes ont la vie dure




Textes d'intellectuels juifs antisionistes :
Israël Shamir
Gilad Atzmon
Lenni Brenner
Ralph Schoenman
Norman Finkelstein

Voir également ce dossier très complet sur la "question juive" :
http://www.jewishtribalreview.org/



Accueil



Recherche sur l'ensemble du site
Mot-clé :



- un outil FreeFind -