NOUS LES AMÉRICAINS, NOUS AIMONS LES ENFANTS...



Nos enfants, nous les serrons dans nos bras chaque fois que nous le pouvons.
Et si nous oublions de le faire, des affiches sont là pour nous le rappeler :
" Did you hug your child today ? "

Nous ferions n'importe quoi pour nos enfants.
Nous faisons n'importe quoi.
Moi, j'avais le choix : essayer de trouver un job chez McDo, faire la pute ou m'engager dans l'armée.
C'est ça qui est génial, en Amérique : on a toujours le choix, on décide soi-même.
T'as pas un dictateur communiste qui vient te dire ce que tu dois faire,
ni un cinglé musulman qui t'oblige à mettre un voile.
Moi, je suis libre, je ne porte pas de voile.
Je porte un uniforme.
Et j'en suis fière.

Si je suis allée en Irak, et si j'y retourne demain, c'est pour défendre notre drapeau et notre liberté.
S'il m'arrive quelque chose, je sais que mon fils reprendra le flambleau
et qu'il vengera sa maman quand il sera grand.

Il ne sait pas encore se servir d'une grenade ou d'un fusil-mitrailleur,
mais il porte déjà cette jolie tenue de combat
qui va si bien avec ses pampers camouflage.


Mon voisin Brian pense comme moi.
Il aimerait bien retourner à Bagdad, lui aussi, mais l'armée ne veut plus de lui,
à cause de sa main qu'on a dû lui amputer à la suite d'un accident de humvee.
Ces engins-là, ça prend feu et ça explose pour un oui, pour un non...

Mais Brian se console en pensant à la belle médaille qu'on va lui donner.
Et plus tard, quand son fils sera grand, il sera lui aussi soldat comme son papa.
Dieu bénisse l'Amérique et notre Président...



C'est vrai que les Irakiens, eux aussi, ont des enfants,
Mais c'est pas du tout comme chez nous, c'est pas comparable.
Les Irakiens n'ont pas notre niveau de civilisation, ils sont musulmans.
Ils ont des enfants, beaucoup d'enfants, mais ils ne les aiment pas vraiment.
C'est le psychologue de notre bataillon qui nous a expliqué ça.
Il s'y connaît, il a fait des études.
Il nous a dit que si les Irakiens avaient beaucoup d'enfants, c'était surtout pour garantir leurs vieux jours.
Et puis c'est un réservoir inépuisable pour le terrorisme.

D'ailleurs, en les regardant bien, leurs mômes, on voit tout de suite qu'ils ont des têtes de futurs terroristes.
Même les filles.


Ils sont sales, ils ne se lavent jamais...

Quelle horreur ! Vous voudriez avoir un enfant comme ça, vous ?


Vous me voyez avec une fille aussi mal coiffée ?
A croire qu'ils n'ont jamais vu de peigne, à Bagdad.



Ces deux-là sont sûrement morts de faim, par la faute du dictateur Saddam.
Si c'est pas malheureux...
Il était temps qu'on aille les libérer.

Mais comme dit notre aumônier : n'attendez d'eux aucune reconnaissance,
ces Irakiens sont aussi égoïstes que les Français.

Dieu bénisse notre armée et nos chefs.

Amen.






Irak

Accueil



Recherche sur l'ensemble du site
Mot-clé :



- un outil FreeFind -