METHODS OF MEDIA MANIPULATION

by Michael Parenti


from the book
20 years of Censored News
by Carl Jensen and Project Censored

Source : http://www.thirdworldtraveler.com/Media/MediaManip_Parenti.html


Traduction française en bas de page



We are told by people in the media industry that news bias is unavoidable. Whatever distortions and inaccuracies that are found in the news are caused by deadline pressures, human misjudgment, limited print space, scarce air time, budgetary restraints, and the difficulty of reducing a complex story into a concise report. Furthermore, the argument goes, no communication system can hope to report everything. Selectivity is needed, and some members of the public are bound to be dissatisfied.

I agree that those kinds of difficulties exist. Still, I would argue that the media's misrepresentations are not merely the result of innocent error and everyday production problems. True, the press has to be selective - but what principle of selectivity is involved ? Media bias does not occur in random fashion; rather it moves in the same overall direction again and again, favoring management over labor, corporations over corporate critics, affluent whites over inner-city poor, officialdom over protesters, the two-party monopoly over leftist third parties, privatization and free market "reforms" over public sector development, U.S. dominance of the Third World over revolutionary or populist social change, nation-security policy over critics of that policy, and conservative commentators and columnists like Rush Limbaugh and George Will over progressive or populist ones like Jim Hightower and Ralph Nader (not to mention more radical ones).

The built-in biases of the corporate mainstream media faithfully reflect the dominant ideology, seldom straying into territory that might cause discomfort to those who hold political and economic power, including those who own the media or advertise in it. What follows is an incomplete sketch of the methods by which those biases are packaged and presented.


Omission and suppression

Manipulation often lurks in the things left unmentioned. The most common form of media misrepresentation is omission. Sometimes the omission includes not just vital details of a story but the entire story itself, even ones of major import. As just noted, stories that might reflect poorly upon the powers that be are the least likely to see the light of day. Thus the Tylenol poisoning of several people by a deranged individual was treated as big news but the far more sensational story of the industrial brown-lung poisoning of thousands of factory workers by large manufacturing interests (who themselves own or advertise in the major media) has remained suppressed for decades, despite the best efforts of worker safety groups to bring the issue before the public.

We hear plenty about the political repression perpetrated by left-wing governments such as Cuba (though a recent State Department report actually cited only six political prisoners in Cuba), but almost nothing about the far more brutal oppression and mass killings perpetrated by U.S.-supported right-wing client states such as Turkey, Indonesia, Saudi Arabia, Morocco, El Salvador, Guatemala, and others too numerous to mention.

Often the media mute or downplay truly sensational (as opposed to sensationalistic) stories. Thus, in 1965 the Indonesian military-advised, equipped, trained, and financed by the U.S. military and the CIA-overthrew President Achmed Sukarno and eradicated the Indonesian Communist Party and its allies, killing half a million people (some estimates are as high as a million) in what was the greatest act of political mass murder since the Nazi Holocaust. The generals also destroyed hundreds of clinics, libraries, schools, and community centers that had been opened by the communists. Here was a sensational story if ever there was one, but it took three months before it received passing mention in Time magazine and yet another month before it was reported in The New York Times (4/5/66), accompanied by an editorial that actually praised the Indonesian military for "rightly playing its part with utmost caution."


Lies, bald and repetitive

When omission proves to be an insufficient form of suppression, the media resort to outright lies. At one time or another over the course of forty years, the CIA involved itself with drug traffickers in Italy, France, Corsica, Indochina, Afghanistan, and Central and South America. Much of this activity was the object of extended congressional investigations and is a matter of public record. But the media seem not to have heard about it.

In August 1996, when the San Jose Mercury News published an in-depth series about the CIA-contra-crack shipments that were flooding East Los Angeles, the major media held true to form and suppressed the story. But after the series was circulated around the world on the Web, the story became too difficult to ignore, and the media began its assault. Articles in the Washington Post and The New York Times and reports on network television and PBS announced that there was "no evidence" of CIA involvement, that the Mercury News series was "bad journalism," and that the public's interest in this subject was the real problem, a matter of gullibility, hysteria, and conspiracy mania. In fact, the Mercury News series, drawing from a year long investigation, cited specific agents and dealers. When placed on the Web, the series was copiously supplemented with pertinent documents and depositions that supported the charge. The mainstream media simply ignored that evidence and repeatedly lied by saying that it did not exist.


Labeling

Like all propagandists, media people seek to prefigure our perception of a subject with a positive or negative label. Some positive ones are : "stability," "the president's firm leadership," "a strong defense," and "a healthy economy." Indeed, who would want instability, weak presidential leader ship, a vulnerable defense, and a sick economy ? The label defines the subject, and does it without having to deal with actual particulars that might lead us to a different conclusion.

Some common negative labels are : "leftist guerrillas," "Islamic terrorists", "conspiracy theories," "inner-city gangs," and "civil disturbances." These, too, are seldom treated within a larger context of social relations and issues. The press itself is facilely and falsely labeled "the liberal media" by the hundreds of conservative columnists, commentators, and talk-show hosts who crowd the communication universe while claiming to be shut out from it.


Face value transmission

One way to lie is to accept at face value what are known to be official lies, uncritically passing them on to the public without adequate confirmation. For the better part of four years, in the early 1950s, the press performed this function for Senator Joseph McCarthy, who went largely unchallenged as he brought charge after charge of treason and communist subversion against people whom he could not have victimized without the complicity of the national media.

Face-value transmission has characterized the press's performance in almost every area of domestic and foreign policy, so much so that journalists have been referred to as "stenographers of power." (Perhaps some labels are well deserved.) When challenged on this, reporters respond that they cannot inject their own personal ideology into their reports. Actually, no one is asking them to. My criticism is that they already do. Their conventional ideological perceptions usually coincide with those of their bosses and with officialdom in general, making them faithful purveyors of the prevailing orthodoxy. This confluence of bias is perceived as "objectivity."


False balancing

In accordance with the canons of good journalism, the press is supposed to tap competing sources to get both sides of an issue. In fact, both sides are seldom accorded equal prominence. One study found that on NPR, supposedly the most liberal of the mainstream media, right-wing spokespeople are often interviewed alone, while liberals-on the less frequent occasions they appear-are almost always offset by conservatives. Furthermore, both sides of a story are not necessarily all sides. Left-progressive and radical views are almost completely shut out.

During the 1980s, television panel discussions on defense policy pitted "experts" who wanted to maintain the existing high levels of military spending against other "experts" who wanted to increase the military budget even more. Seldom if ever heard were those who advocated drastic reductions in the defense budget.


Framing

The most effective propaganda is that which relies on framing rather than on falsehood. By bending the truth rather than breaking it, using emphasis and other auxiliary embellishments, communicators can create a desired impression without resorting to explicit advocacy and without departing too far from the appearance of objectivity. Framing is achieved in the way the news is packaged, the amount of exposure, the placement (front page or buried within, lead story or last), the tone of presentation (sympathetic or slighting), the headlines and photographs, and, in the case of broadcast media, the accompanying visual and auditory effects.

Newscasters use themselves as auxiliary embellishments. They cultivate a smooth delivery and try to convey an impression of detachment that places them above the rough and tumble of their subject matter. Television commentators and newspaper editorialists and columnists affect a knowing style and tone designed to foster credibility and an aura of certitude or what might be called authoritative ignorance, as expressed in remarks like "How will the situation end ? Only time will tell." Or, "No one can say for sure." (Better translated as, "I don't know and if I don't know then nobody does.") Sometimes the aura of authoritative credibility is preserved by palming off trite truisms as penetrating truths. So newscasters learn to fashion sentences like "Unless the strike is settled soon, the two sides will be in for a long and bitter struggle." And "The space launching will take place as scheduled if no unexpected problems arise." And "Because of heightened voter interest, election-day turnout is expected to be heavy." And "Unless Congress acts soon, this bill is not likely to go anywhere."

We are not likely to go anywhere as a people and a democracy unless we alert ourselves to the methods of media manipulation that are ingrained in the daily production of news and commentary. The news media regularly fail to provide a range of information and commentary that might help citizens in a democracy develop their own critical perceptions. The job of the corporate media is to make the universe of discourse safe for corporate America, telling us what to think about the world before we have a chance to think about it for ourselves. When we understand that news selectivity is likely to favor those who have power, position, and wealth, we move from a liberal complaint about the press's sloppy performance to a radical analysis of how the media serve the ruling circles all too well with much skill and craft.



Michael Parenti received his Ph.D. in political science from Yale University in 1962, and has taught at a number of colleges and universities. He is the author of thirteen books, including Democracy for a Few (6th edition); Power and the Powerless; Inventing Reality : The Politics of News Media (2nd edition); The Sword and the Dollar : Imperialism, Revolution and the Arms Race; Make-Believe Media : The Politics of Entertainment; Land of Idols, Political Mythology in America; Against Empire : Dirty Truths; and Blackshirts and Reds : Rational Fascism and the Overthrow of Communism. Dr. Parenti's articles have appeared in a wide range of scholarly journals and political periodicals. He lives in Berkeley, California, and devotes himself full-time to writing and lecturing around the country.






Les représentants de l'industrie des médias nous disent qu'une certaine partialité de l'information est inévitable. D'éventuelles distorsions ou inexactitudes seraient dues selon eux aux délais de publication très courts, aux erreurs humaines d'appréciation, à l'espace ou au temps d'antenne limités, aux contraintes budgétaires, et à la difficulté de présenter sous une forme concise un dossier souvent complexe. Autre argument avancé : aucun moyen d'information ne peut faire état de tout. Il est nécessaire de procéder à une certaine sélection, ce qui entraîne infailliblement le mécontentement d'une partie du public.

Je ne nie pas que ce genre de problème existe. Je soutiens cependant que les déformations médiatiques ne sont pas seulement le résultat d'erreurs anodines ou de difficultés quotidiennes de production. Il est vrai que la presse doit faire une sélection. Mais une sélection sur la base de quels critères ? La partialité des médias n'est pas le fruit du hasard. Au contraire, elle revêt un caractère systématique, privilégiant, par exemple, le patronat au détriment des syndicats, les grandes entreprises au détriment de ceux qui les critiquent, la population blanche aisée au détriment des couches défavorisées des banlieues pauvres, les milieux officiels au détriment des éléments contestataires, le bipartisme politique au détriment des petits partis de gauche, les partisans de la privatisation et de "réformes" dites libérales au détriment des défenseurs du service public, la domination américaine sur le tiers-monde au détriment des forces préconisant un changement social révolutionnaire ou populiste, la politique de sécurité nationale au détriment de la critique de celle-ci, et enfin les commentateurs et éditorialistes conservateurs comme Rush Limbaugh et George Will au détriment de progressistes ou populistes comme Jim Hightower et Ralph Nader, pour ne mentionner que les plus modérés d'entre eux.

[NdT : Rush Limbaugh a son propre show télévisé ; à la fois réactionnaire et ringard, il estime que tout porteur de blue jeans est un gauchiste. George Will, plus sérieux, est connu pour ses commentaires conservateurs dans le Washington Post. Jim Hightower, en tant que texan, est la bête noire des deux George Bush. Ralph Nader, avocat écologiste, a été candidat des Verts aux élections présidentielles de 2000, puis candidat indépendant en 2004.]

La partialité inhérente aux grands médias commerciaux reflète fidèlement l'idéologie dominante; on s'aventure rarement dans des domaines qui pourraient causer du désagrément à ceux qui détiennent le pouvoir politique et économique, y compris les propriétaires des médias en question et leurs pourvoyeurs de recettes publicitaires.

Voici une esquisse incomplète des méthodes utilisées pour dissimuler et faire passer cette partialité :


Omission et suppression

La manipulation consiste souvent à passer certaines choses sous silence. La forme la plus courante de déformation médiatique est l'omission volontaire. Il arrive qu'on escamote non seulement les détails essentiels d'une histoire, mais l'histoire dans son ensemble, même si celle-ci revêt une importance majeure. Comme je viens d'y faire allusion, les sujets peu flatteurs pour les détenteurs du pouvoir sont ceux qui ont le moins de chance d'être jamais évoqués. Ainsi l'empoisonnement de plusieurs personnes par un déséquilibré mental à la suite de la manipulation du médicament analgésique Tylenol, a fait les manchettes de la grande presse, alors que les affaires autrement plus graves d'empoisonnement industriel de milliers d'ouvriers par telle ou telle grande entreprise (qui est elle-même propriétaire des grands médias ou un de ses annonceurs principaux) ont été ignorées pendant des décennies, en dépit des efforts déployés par les organisations de sécurité du travail pour rendre publics les scandales en question.

Dans un autre domaine, on nous parle abondamment de la répression politique exercée par des gouvernements de gauche comme celui de Cuba (bien qu'un rapport récent du Ministère américain des Affaires étrangères ne fasse état que de six prisonniers politiques dans ce pays), mais on n'entend presque rien, en revanche, sur l'oppression autrement plus brutale et sur les massacres perpétrés par des régimes de droite soutenus par les USA, comme par exemple ceux de Turquie, d'Indonésie, d'Arabie Saoudite, du Maroc, du Salvador, du Guatemala et de nombreux autres pays qu'il serait trop long d'énumérer ici.

Fréquemment les médias passent sous silence ou minimisent des événements d'une réelle importance. Ce fut le cas en 1965 pour l'Indonésie, où des militaires conseillés, équipés, entraînés et financés par l'armée américaine et la CIA, renversèrent le président Ahmed Sukarno et exterminèrent le Parti communiste indonésien et ses alliés, tuant un demi-million de personnes (voire un million selon certaines estimations) dans ce qui fut le plus grand assassinat de masse depuis l'Holocauste nazi. Les généraux détruisirent aussi des centaines de cliniques, bibliothèques, écoles et centres communautaires qui avaient été mis en place par les communistes. Des évènements d'une ampleur aussi considérable auraient dû faire la une de tous journaux, mais il fallut attendre trois mois avant d'en trouver mention dans le Time Magazine et un mois de plus avant que le New York Times en fasse état le 5 avril 1966 dans un éditorial élogieux pour les militaires indonésiens qui auraient "joué correctement leur rôle en faisant preuve d'une extrême prudence".


Mensonges répétitifs

Quand la simple omission s'avère insuffisante, les médias font appel au mensonge pur et simple. A un moment ou à un autre au cours des quarante dernières années, la CIA s'est compromise avec des trafiquants de drogue en Italie, en France, en Indochine, en Afghanistan, en Amérique centrale et en Amérique du sud. Une grande partie de ces activités a fait l'objet d'enquêtes parlementaires et a été documentée dans des rapports rendus publics. Mais les médias ne semblent pas en avoir entendu parler.

En août 1996, lorsque le San Jose Mercury News publia une série de reportages très fouillés sur les livraisons de crack inondant East Los Angeles avec la complicité de la CIA, les grands médias firent comme de coutume et ne mentionnèrent pas cette histoire. Mais après que le reportage eût fait le tour du monde sur le web, il devint difficile de fermer les yeux, et les médias passèrent à l'attaque. Des articles parus dans le Washington Post et le New York Times ainsi que des émissions diffusées sur les grands réseaux privés de télévision et sur la chaîne publique PBS, annoncèrent qu'il n'y avait "aucune preuve" permettant de mettre en cause la CIA, que la série d'articles publiés par le Mercury News étaient du "mauvais journalisme", et que le vrai problème en l'occurrence était l'intérêt malsain manifesté pour cette affaire par un public candide succombant à l'hystérie et à la phobie de la conspiration. En fait, les articles du Mercury News, reposant sur une année de recherches, donnaient les noms des agents et des trafiquants concernés. Sur Internet, le reportage était accompagné de documents pertinents et de dépositions venant étayer l'accusation. Les grands médias n'en tinrent aucun compte et se lancèrent dans des mensonges à répétition prétendant que de telles preuves n'existaient pas.

[NdT : En décembre 2004, Gary Webb, l'auteur du reportage, est retrouvé "suicidé" à son domicile. Auparavant, la CIA a réussi à obtenir son "départ volontaire" du journal.]

Etiquetage

Comme tous les propagandistes, les gens des médias cherchent à influencer la manière dont nous allons percevoir un sujet donné, en lui collant par avance une étiquette positive ou négative. Une étiquette positive contient par exemple des expressions comme : "la stabilité", "la politique ferme et résolue du président", "l'effacité de notre défense", "la santé de notre économie". Car, cela va de soi, personne ne souhaite l'instabilité, la faiblesse de l'exécutif, une armée vulnérable ou une économie malade. L'étiquette caractérise le sujet traité sans se préoccuper des détails concrets qui pourrraient nous conduire à en tirer une conclusion différente.

Parmi les étiquettes négatives, on pourrait citer par exemple : "guérilla gauchiste", "terroristes islamistes", "théorie de la conspiration", "violence des banlieues", "agitation sociale". Là aussi, les sujets recevant ces estampilles sont rarement traités en profondeur, en tenant compte de toutes les implications. Certains organes d'information sont même très vite - et à tort - qualifiés d'"extrémistes" et rejetés comme tels par les centaines d'éditorialistes, de commentateurs et de participants aux discussions politiques télévisées qui peuplent l'univers de la communication.


Colportage incontrôlé

Une autre façon de mentir consiste à tenir pour vraie une nouvelle dont on sait pertinemment qu'elle est un mensonge officiel, et à la faire suivre telle quelle au public, sans confirmation adéquate. Pendant près de quatre ans, au début des années 50, la presse a exercé cette fonction pour le sénateur Joseph McCarthy, lui permettant, sans trop le contredire, d'accuser de trahison et de subversion communiste une foule de gens qu'il n'aurait jamais pu compromettre sans la complicité des médias nationaux.

Le colportage incontrôlé caractérise tellement l'action de la presse dans presque tous les domaines de politique intérieure et étrangère, qu'on a pu appeler les journalistes des "sténographes du pouvoir" (certaines étiquettes sont sans doute bien méritées). Confrontés à cette question, certains reporters rétorquent qu'ils ne sont pas là pour imprégner leurs articles de leur idéologie personnelle. En fait, personne ne le leur demande. Mais ce que je leur reproche, c'est qu'ils le font déjà. Leur perception idéologique conventionnelle coïncide habituellement avec celle de leurs patrons et, en général, avec tout ce qui a un caractère officiel, faisant d'eux les fidèles pourvoyeurs de l'orthodoxie dominante. Cette concordance des partialités est alors perçue comme de l'"objectivité".


Déséquilibre

Si l'on en croit les canons du journalisme sérieux, la presse est censée prendre en considération "les deux côtés de la médaille" lorsqu'elle présente une affaire. Mais en pratique, il est rare que chacun de ces deux côtés se voit accorder la même importance. Une étude a révélé que sur la chaîne de radio NPR, pourtant considérée comme "à gauche" dans le spectre des grands médias, les porte-parole de la droite sont fréquemment interwievés seuls, alors que ceux de la "gauche" sont non seulement moins souvent sollicités, mais lorsqu'ils le sont, ils apparaissent presque toujours flanqués d'un contradicteur du camp conservateur. En outre, contrairement à une médaille, une affaire politique ou sociale peut avoir plus de "deux côtés". Le point de vue progressiste ou radical, lui, est presque toujours occulté.

Dans les années 80, les discussions télévisées portant sur les problèmes de défense opposaient des "experts" plaidant pour le maintien des dépenses militaires au niveau élevé déjà existant, à d'autres voulant augmenter encore plus le budget de l'armement. Par contre, il était très rare d'entendre quelqu'un réclamer une diminution sensible du budget militaire.


Eclairage tendancieux

La propagande la plus efficace est celle qui a recours à l'éclairage tendancieux plutôt qu'au mensonge pur et simple. En mêlant à ses propos une part de vérité, en utilisant l'emphase et d'autres formes d'embellissement, on crée une impression d'ensemble sans qu'il soit nécessaire de soutenir explicitement une idée ou de se départir excessivement d'une apparente objectivité. Comme manifestations de l'éclairage tendancieux, on pourrrait mentionner la manière d'"emballer" une information, la place accordée à celle-ci (une ou page intérieure, titre ou entrefilet), le ton sur lequel elle est présentée (bienveillant ou dédaigneux), les manchettes et les photos qui lui sont consacrées, et dans le cas de la radio-télévision, les effets audio-visuels qui l'accompagnent.

Les présentateurs de l'information à la radio et à la télévision contribuent d'ailleurs par leur propre personne à cet embellissement. Ils cultivent l'art de la communication en douceur, donnant une impression de détachement qui les place au-dessus de la mêlée et de la brutalité des sujets traités. Les commentateurs de la télé et les éditorialistes de la presse écrite affectent un style et un ton d'initié qui entretient leur image de crédibilité et leur confère une assurance que l'on pourrait aussi qualifier de souveraine ignorance, comme en témoignent des expressions du genre "Comment tout cela va-t-il finir ? L'avenir nous le dira" ou encore "Nul n'est en mesure de l'affirmer" (ce qui signifie en clair : "Je n'en sais rien, et si je n'en sais rien, qui pourrait le savoir ?"). Parfois, la soif de crédibilité conduit à assener des truismes qui font office de vérités premières. Plus d'un présentateur a ainsi à son répertoire des phrases comme : "A moins qu'on ne parvienne à un règlement rapide de ce conflit du travail, les deux parties doivent s'attendre à un affrontement long et douloureux" ou "Le lancement de la navette aura lieu comme prévu, pour autant qu'aucun problème inattendu ne survienne jusque là" ou encore "Cette loi a peu de chance d'aboutir si le Parlement ne s'en saisit pas rapidement."

Notre avenir en tant que peuple et en tant que démocratie est incertain si nous ne prenons pas conscience des méthodes de manipulation médiatiques qui sont à la base des nouvelles et des commentaires produits quotidiennement. Les médias sont foncièrement inaptes à fournir une gamme d'informations et de commentaires susceptibles d'aider les citoyens d'une démocratie à développer leur propre sens critique. Le travail des médias commerciaux consiste à sécuriser l'univers de la parole dans l'intérêt du grand capital, et de nous dire ce que nous devons penser du monde avant même que nous ayons eu la moindre occasion de nous poser nous-même la question. Dès l'instant où nous comprenons que la sélection préalable de l'information est destinée à soutenir ceux qui détiennent le pouvoir, les postes et la richesse, nous passons du stade de l'habituelle critique de gauche concernant le niveau lamentable de la presse à celui d'une analyse radicale de la manière dont les médias, avec leur habileté et leur savoir-faire, servent les cercles dirigeants.


[Traduction : JD]


Accueil



Recherche sur l'ensemble du site
Mot-clé :



- un outil FreeFind -