RIEN À FOOT DE CE CIRQUE


Après le fiasco du Mondial 2010, le vrai scandale est ailleurs





Depuis le 17 juin 2010 (défaite des Bleus contre le Mexique au Mondial et paroles "historiques" de Nicolas Anelka dans les vestiaires), tout le monde tape sur l'équipe de France.



Y compris Sarkozy, qui déclare dans une conférence de presse donnée en Russie (!) qu'il juge ces propos "inacceptables" - lui qui trouve normal, en tant que chef de l'Etat, de dire "Casse-toi, pauv'con" à un citoyen anonyme.

Entre-temps, et d'après des informations absolument authentiques et dignes de foi, Maître Sarkouille aurait manifesté son admiration pour le rappeur Anel-K (pas pour le handicapé du ballon).  Bon...



"Mon rappeur préféré, c'est plus Doc Gynésarco
mais Anel-K.
J'aime beaucoup son dernier album.
"

Domenech ta mère
(exclusif Coupe du Monde)



Quoi qu'il en soit, il est de bon ton, surtout quand on est journaliste, de démolir l'équipe de France (en précisant, bien sûr, qu'elle s'est déjà démolie elle-même). En fait, que s'est-il passé ?

    
"Allez les bœufs !..."

P.S. : Le 24 juin, pour prolonger l'effet Coupe du Monde malgré le fiasco, Sarkozy décrète que le ballon rond est désormais une affaire d'Etat. Il annonce "l'organisation d'états généraux du football français en octobre pour tirer les leçons de la piteuse élimination des Bleus au premier tour". Deux millions de Français dans les rues pour protester contre le démantèlement des retraites ?... On s'en fout... Ce qui compte, c'est le nombre de buts marqués. On va gagner !...

Toujours le 24 juin, le locataire de l'Elysée, protégé par une forte escouade de flics armés, va provoquer les habitants de la banlieue nord. A La Courneuve, un jeune de 21 ans lance à l'intrus indésirable : "Va te faire enculer, connard, ici t'es chez moi !..."  Aussitôt les forces de répression l'arrêtent et lui expliquent comment fonctionne la "démocratie" et la "liberté d'expression" au "pays des droits de l'homme". Se jetant sur lui à dix contre un, les flics le tabassent et lui fracturent le nez avant de le mettre en taule pour "outrage à haut fonctionnaire de l'Etat" (autrefois on disait crime de lèse-majesté). Qu'on vienne nous parler des droits de l'homme en Chine ou en Birmanie...

Bien sûr, il peut sembler anormal de dire "Va te faire enculer" à un président de la République. Mais si on en est arrivé là, ce n'est pas la faute du jeune rebelle. Ce qui est inadmissible, c'est que la politique destructrice menée par la présidence ne laisse d'autre choix aux victimes que de réagir de cette façon-là. La vraie caillera n'est pas dans le 93, mais plutôt du côté de Neuilly et du Faubourg Saint-Honoré.  (Quelqu'un sait-il encore que 93, c'était l'année de la révolution dans la révolution ?...)







Accueil



Recherche sur l'ensemble du site
Mot-clé :



- un outil FreeFind -