GEORGE W. BUSH NOUS RACONTE SON VOYAGE À ROME

- 4 juin 2004 -




Tout d'abord :
son arrivée chez les Zropéens





L'autre jour, je suis allé à Rome, c'est en Italie.
J'ai été accueilli par mon ami Berluscono :

On se marre bien avec lui, il est sympa.
Il me dit toujours "Ti amo, Busholini."
C'est de l'italien, c'est la langue qu'ils parlent là-bas.
Je sais pas ce que ça veut dire, mais Connedeleezza m'a expliqué que pour les Zropéens,
c'est une marque de respect - parce que les Italiens, c'est des Zropéens.

(Cliquez ici pour entendre mon discours - je l'ai écrit tout seul)


A Rome, les gens m'aiment bien. Ils descendent dans la rue rien que pour moi :

Ma femme m'a traduit leur slogan, parce que je comprends pas l'italien.
Ben, je trouve qu'ils ont parfaitement raison : si y avait pas la guerre, je serais pas là...
(Enfin, je serais sûrement au Texas...)


Chez nous, y a un proverbe qui dit : "Quand t'es à Rome, fais comme les Romains."
Alors j'ai voulu aller défiler, moi aussi, mais le chef du Secret Service, il était contre,
à cause d'Al-Qaïda et tout ça...  Dommage...


J'ai appris qu'y avait beaucoup de drapeaux américains dans les rues.
Mon ami Berluscono m'a expliqué que la croix gammée, c'était un hommage à mon grand-père Prescott.

Pour le mannequin, je trouve qu'il me ressemble pas beaucoup :
le flingue, d'accord, mais le chapeau, non.
On dirait plutôt Rumsfeld, vous trouvez pas ?...


En Italie, même les chiens sont pour moi :

Des fois, pour m'embêter, Dick Cheney me dit que les Italiens appellent leurs chiens George Doubleyou.
C'est même pas vrai... Ils aiment les chiens là-bas - pourquoi qu'ils leur donneraient un nom aussi con ?...



J'ai profité de mon voyage à Rome pour aller dire bonjour au pape.
Comme je l'avais déjà vu avant, il m'a reconnu tout de suite :



Ce que j'aime bien chez le pape, c'est qu'il sait mettre les gens à l'aise.
Avec lui, j'ai toujours le sentiment d'être un grand président :



Et puis, il est drôle...
Le plus rigolo, c'est qu'on comprend même pas ce qu'il dit,
parce qu'il parle anglais avec l'accent catholique.

Colin Powell m'a fait remarquer plus tard que j'aurais pas dû me marrer comme ça.
Ce que le pape m'a raconté et que j'avais pas compris, eh ben, il paraît que c'était sérieux.
Il causait de l'Irak et de la guerre...
Je voulais justement lui demander s'il comptait envoyer des troupes là-bas, mais j'ai oublié. Tant pis...



Au moment de partir, j'en ai profité pour lui demander un petit service :

- J'ai du mal à déchiffrer ce truc en latin. Vous pourriez pas m'aider ?
- C'est une bible EN ANGLAIS, andouille. Tu la tiens à l'envers !




Voilà...  Demain je vais en Normandie.
C'est un pays que mon grand-père a libéré des Français.
C'était y a très longtemps - j'étais pas encore né,
mais mon grand-père, si...






Accueil



Recherche sur l'ensemble du site
Mot-clé :



- un outil FreeFind -