TIBET

- QUELQUES PRÉCISIONS -


(2002)





Nous avons reçu le message suivant concernant nos commentaires sur le Tibet :


Désolé mon cher, j'arrive de votre site et je vous devais cette confidence "apitoyée".

J'arrive à vous suivre à peu près sur tout mais vraiment pas sur le Tibet, où votre discours "anti-féodaliste" fait sans scrupules ni recul le lit d'une véritable "épuration ethnique par invasion + étouffement", pourtant accomplie avec cynisme, logique et obstination par Pékin depuis environ 40 ans sur tout le territoire de ce pays (sans doute le scandale géopolitique étatique le plus vieux et continu de notre époque, avec l'enfermement - en des camps démunis et surpeuplés délibérément conçus sans perspectives ni échappatoires - du peuple palestinien).

J'aimerais bien que vous me présentiez ces Tibétains des classes populaires que l'intervention chinoise sur leur pays est venue libérer et redignifier, rendant leur statut de Tibétains actuels infiniment préférable à ce qu'il était en 1950 !

Comment peut-on comprendre aussi bien les dangers de l'impérialisme capitaliste occidental yankee et amnistier aussi partialement son pendant sino-communiste asiate ? Y aurait-il deux poids et deux mesures pour apprécier les dommages faits à l'humanité et à la planète ?

L'homme est multiple et libre, l'humain un et indivisible, et la ligne de fracture ultime sépare les hommes défendant des intérêts financiers et / ou idéologiques particuliers (personnels, claniques, racistes, de classe, etc.) et les hommes se battant pour le bonheur et la liberté de l'homme et de la vie en entier, lesquels ne souffrent aucune exception d'aucun bord ni d'aucune sorte.


Bien cordialement désaccordé.

GL





Notre réponse :


Bonjour,

Merci pour votre message et vos commentaires.

Tout d'abord, permettez-moi de vous dire qu'il ne peut être question d'invasion chinoise au Tibet dans les années 1950, puisque cette région était province chinoise depuis le 17e siècle. Toutes les cartes anciennes sont là pour le prouver. On peut bien entendu considérer scandaleuse cette conquête vieille de plus de trois siècles. Il y a des gens qui trouvent scandaleux que la Corse, Nice, la Savoie ou l'Alsace aient été incorporées de force à la France (bien après l'annexion du Tibet par la Chine). Toute l'histoire humaine est faite de conquêtes et d'annexions de peuples par d'autres. La Chine de Mao devait-elle renoncer au Tibet en 1949 ?

En fait la Chine de Mao avait à l'époque d'autres chats à fouetter que de s'occuper de cette province de 1,2 millions d'habitants (sur 600 millions). Au Tibet, la révolution a eu lieu avec quelques années de retard.

Parler d'épuration ethnique (même avec des guillemets) à propos du Tibet, c'est un peu comme si on invoquait ce terme à propos de la Corse ou de la Bretagne. Ce n'est pas parce que le pouvoir central envoie ses fonctionnaires dans cette région ou impose le mandarin comme langue véhiculaire qu'il y a épuration. L'assimilation des Tibétains est moindre que celle des Basques, des Bretons ou des Cajuns de Louisiane. Le Tibet est une province autonome. Et la Corse ?...

Se battre pour le bonheur et la liberté de l'homme est une bien belle chose, mais la formule, aussi jolie soit-elle, ne veut pas dire grand-chose en 2002. Le bonheur est une affaire purement personnelle, étrangère à la politique. La liberté, tout le monde est pour, y compris George W. Bush. Liberté de quoi et pour qui, et à quelles conditions, et avec quelles conséquences pour autrui ?

Pour vous donner une idée du mode de vie tibétain vers 1950, je vous recommande le site

http://www.lalkar.org/issues/contents/jan2000/tibet.html
(Tibet before the Chinese Revolution)

60% des Tibétains vivaient alors en état de servage, 10% en esclavage. Noblesse (5%) et clergé (15%) possédaient la quasi-totalité des terres. Il n'y avait dans toute la province aucune école et aucun hôpital. La révolution communiste a mis fin à cette situation d'un autre âge. Si vous pensez que les serfs et les esclaves vivaient mieux en 1950 que leurs descendants d'aujourd'hui, libre à vous. Mais j'aimerais moi aussi que vous me présentiez ces Tibétains qui n'appartenaient pas autrefois aux 20% de privilégiés, et qui voudraient en 2002 faire marche arrière de cinquante ans.

Le régime chinois est ce qu'il est. Mon propos n'est pas de le défendre. Un opposant politique à Pékin ou à Shanghaï n'est certainement pas mieux traité qu'à Lhassa. Ce n'est pas une question d'ethnie. Je n'aimerais pas moi non plus me retrouver dans un camp - ni en Chine, ni aux Etats-Unis.

Mais les défenseurs de la cause tibétaine (ceux qui orchestrent les campagnes, pas nécessairement ceux qui les suivent) se fichent du Tibet et de la liberté de ses habitants comme de l'an 40. C'est tout simplement un prétexte pour venir à bout de ce qui reste en Chine de pouvoir communiste (pourtant pas grand-chose). Comme l'ex-URSS, comme l'ex-Yougoslavie, comme l'ex-Tchécoslovaquie, il faut que la Chine éclate sous les coups de la dissidence ethnique. Mais contrairement aux Russes, les Chinois semblent encore résister. Les attaques n'en sont que plus virulentes.

Autre lien intéressant :

http://www.rwor.org/a/firstvol/tibet/tibet6.htm
(The Earthly Dreams of the Dalai Lama)


Bien cordialement

JD



Chine / Tibet

Accueil



Recherche sur l'ensemble du site
Mot-clé :



- un outil FreeFind -